Santé: Le miracle de l'oméga

La dépression, chronique ou winter blues, post-partum ou maniaco-dépression... La tristesse, le manque d'énergie — voire les idées de suicide! —, l'agressivité; l'inflammation (une tendinite qui traîne, par exemple), les maladies chroniques... Hum, donnez-moi une seconde. Ah oui: le développement du cerveau en général et de la rétine très particulièrement, le déroulement de l'accouchement, le poids du bébé à la naissance; les infections, les maladies auto-immunes, l'hyperactivité, sans oublier les problèmes du système de la circulation, infarctus et AVC compris... Avouez que ça fait un bon lot pour une seule solution. Les recherches ne sont pas définitives, il en faut de beaucoup, mais les études s'empilent depuis 20 ans, donnent la tendance... et la bonne nouvelle est annoncée: elle se nomme oméga 3.

Les premières fois que j'ai lu que les omégas 3, des acides gras essentiels, pouvaient nous garder en santé, j'ai pensé: bien sûr, c'est la dernière tendance des nutritionnistes. Pas que je sois contre, remarquez. On avance, on trouve ceci, puis la limite de ceci, on passe à autre chose. On sait maintenant qu'il faut augmenter notre consommation de fruits et légumes, mais varier demeure primordial. Un excès d'antioxydants peut entraîner des ennuis; tous les excès, à mon avis, il s'agit seulement de connaître la limite! Et voilà qu'on nous annonce maintenant les omégas 3, c'est le poisson qui revient sur le marché, dans un contexte de vache folle et de viandes aux hormones... Je vous le répète, j'ai regardé ça avec bienveillance en me disant: pourquoi pas?

Puis je suis tombée sur Michel Lucas, un chercheur du CHUL qui a une formation de nutritionniste et qui a développé une expertise par ses travaux sur les omégas 3. Il écrit qu'il serait bon de prendre des suppléments d'oméga 3. My, my, alors que j'entends toujours qu'il est préférable de prendre ce dont on a besoin dans l'alimentation plutôt qu'avec des suppléments — car les aliments apportent tellement plus que la seule vitamine isolée —, je n'ai pas dit que l'argument me convainc, mais enfin, médecins et nutritionnistes l'ont assez répété.

Après le bouquin de Lucas, je suis tombée sur Le Régime oméga, du Dr Barry Sears. Ensuite, le chapitre qu'y consacre Servan-Schreiber (dans Guérir) m'a achevée. Les doutes ont leur limite.

Il faut d'abord comprendre que si la cuillerée d'huile de foie de morue de nos grands-mères faisait peut-être le boulot, nous, avec notre alimentation sucrée, salée, riche et rapide, on fait dur. Nos maladies de civilisation sont nées de notre mauvaise alimentation, on commence à comprendre à quel point c'est vrai. Servan-Schreiber parle de tournants majeurs en médecine. Outre le domaine de la chirurgie, il cible les antibiotiques et... la nutrition. Entendez: omégas 3. Le Dr Sears, lui, écrit: «La prise de fortes doses d'huile de poisson révolutionnera la pratique de la médecine au XXIe siècle.»

Mais attention: si vous sautez tout de suite sur la bouteille de gélules, choisissez une huile de poisson de qualité pharmaceutique. Ça veut dire que par un processus moléculaire, on a retiré le mercure et autres saletés de pollution. Il semble qu'il ne soit pas inutile d'avaler en même temps de la vitamine E pour empêcher l'oxydation des omégas 3. Mais vous êtes sceptique et avez besoin d'un peu plus de détails avant de vous lancer? Je comprends. Ça m'a pris trois bouquins et plusieurs articles scientifiques avant de me dire: d'accord, essayons. Ai-je stabilisé mon humeur, rehaussé mes facultés mentales? Vous saurez bien me le dire!

Remontons aux débuts, disons à partir de 1982, prix Nobel de médecine autour de la prostaglandine: les recherches sur les acides gras mono et polyinsaturés ont vraiment démarré. Les éicosanoïdes, nom général pour plusieurs hormones, ont attiré l'attention. Plus tard, on a appris qu'il y a de bons éicosanoïdes et de mauvais éicosanoïdes... comme pour le cholestérol. Et devinez ce qu'on a en trop qui nous rend malades? Les omégas 6 — mais il serait plus exact de dire que c'est le rapport entre omégas 3 et omégas 6 qui est déséquilibré. Les éicosanoïdes sont-ils la clé de notre avenir? Le Dr Sears le croit et ajoute qu'il faut inclure l'autre grand système hormonal qu'incarne l'insuline. Il n'est pas le seul à le dire, mais son argumentation est convaincante. Bien régir ces deux hormones nous permettrait de contrôler notre poids et toute notre santé. L'alimentation est la tour de contrôle, mais les suppléments d'omégas 3 sont les gardes du corps.

Quelle alimentation? C'est là que je soupire, tant les écoles de pensée sont encore à se chamailler, c'est moi, c'est moi. Pour les omégas 3, c'est quand même assez simple, quoique, pour nous, les algues, anchois, sardines et tous les poissons qui vivent en eau froide (car ils se font de la graisse protectrice où logent nos futurs omégas 3) ne sont pas en tête de notre palmarès cuisine. Ajoutez à cette mer de bestioles les noix (entières), les avocats et l'huile d'olive, ça ne fait pas trois repas sept jours, on est d'accord. C'est là qu'on vous arrive avec les suppléments. CQFD. Faut-il simplement soigner notre taux d'insuline et notre niveau d'omégas ou faut-il sept étapes pour être en santé? De cette dernière option, je vous reparlerai la semaine prochaine... Vaste projet, la santé.

À lire:
- Dr Barry Sears, Le Régime oméga, Éditions de l'Homme.
- M. Lucas, H. Baribeau, M. Lepage, Santé la Gaspésie, Éditions Malisan.
- Sur Internet: www.guerir.fr/omega3.html.
- Le Nobel de 1982: www.nobel.se/medicine/laureates/1982/press.html

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Inouk Babin-Ruel - Inscrit 2 novembre 2003 15 h 21

    À l aide

    j avais compris que vous deviez donner dans l article suivant une facon simple de prendre des omega3.j esperais une marque de capsules pour qui n aiment pas le poisson.merci de me repondre si c est possible