De Vatel à… Saint-Bruno à Louis XIV

Le resto qui porte le nom Louis XIV aurait aimé, à Saint-Bruno-de-Montarville, est un bistro au charme rustique, malgré son appellation qui évoque plutôt la vie de château.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le resto qui porte le nom Louis XIV aurait aimé, à Saint-Bruno-de-Montarville, est un bistro au charme rustique, malgré son appellation qui évoque plutôt la vie de château.

J’aime aller flâner dans la petite ville de Saint-Bruno, sur la Rive-Sud près de Montréal, aux rues bordées d’arbres et de fleurs, avec des terrasses où il fait bon prendre un peu de repos et, pourquoi pas, un bon repas.

 

Le resto qui porte le nom Louis XIV aurait aimé est un bistro au charme rustique, malgré son appellation qui évoque plutôt la vie de château, et c’est tant mieux. Sa terrasse est prise d’assaut par les habitués, que le patron salue même par leurs noms.

 

Le restaurant possède une salle au rez-de-chaussée et une autre sur une mezzanine, qui sert aux banquets et aux réceptions. Son menu propose des plats qui vont de la cuisine italienne à celle que Vatel aurait pu servir à la cour du roi.

 

On y trouve notamment des tartares, des risottos, des moules, du canard, du foie gras, des crevettes, des ris de veau et, allez savoir pourquoi, de la poutine, pourtant inconnue sous le règne de Louis XIV, concoctée avec du foie gras et une sauce à la bière Trois-Pistoles.

 

Il n’y a plus de place sur la terrasse quand on arrive, mon invitée et moi, mais on nous trouve une jolie table à l’intérieur qui nous permet de contempler le mobilier et le va-et-vient du personnel, qui se déplace de table en table comme dans un ballet.

 

Si la carte a tout ce qu’il faut pour trouver son bonheur, on propose aussi une formule table d’hôte qui permet, pour environ 30 $, de faire un bon repas, l’endroit étant aussi reconnu pour la qualité de sa table. Comme en plus on apporte son vin, cela permet d’acheter une bonne bouteille et de s’offrir un excellent repas à un prix plus que raisonnable.

 

La table d’hôte propose ce soir de fin de semaine une crème aux champignons accompagnée d’une petite salade. J’opte ensuite pour le tartare de boeuf à la moutarde de Meaux, auquel le chef ajoute de fins morceaux de merguez d’agneau grillés, le tout servi avec des pommes allumettes maison.

 

Mon invitée choisit pour sa part le magret de canard, servi avec une sauce aux fruits des champs et au porto, le tout accompagné de quinoa et d’un mélange de légumes.

 

La crème de champignons est fine et délicatement assaisonnée. Le mélange de champignons, de crème et de bouillon est parfait. Ici comme ailleurs, la mode est aux tartares en ce moment. Pour réussir un tartare, il faut une viande de qualité supérieure et hachée à la dernière minute de façon fine.

 

C’est le cas de celui qu’on me sert, rehaussé de moutarde de Meaux et d’épices bien dosées. Si les dés de merguez ajoutés au plat surprennent de prime abord, ils donnent un résultat intéressant. Les frites maison, croustillantes, sont bonnes elles aussi.

 

Quant au magret de canard, il est parfaitement rosé, comme mon invitée le souhaitait, et coupé dans le bon sens. Toutefois, la sauce aux fruits qui l’accompagne aurait très bien pu, selon moi, se passer de porto. Le quinoa remplit bien son rôle en absorbant une partie de la sauce et les légumes sautés apportaient une touche de saison fort agréable.

 

Il est assez rare que je me laisse tenter par un dessert, surtout en soirée, aussi bon semble-t-il. Mais notre serveur a su nous convaincre d’essayer le pouding chômeur aux fruits des champs, que l’on sert avec un caramel à la fleur de sel.

 

Nous décidons de partager ce qui ne ressemble en rien au pouding chômeur traditionnel. Celui-ci ressemble en effet davantage à un gâteau des anges, avec des petits fruits dont le mélange n’est pas du tout desséché. Le tout est servi avec un bon caramel, teinté d’une touche amicale de fleur de sel, un ensemble vraiment des plus intéressants.

 

Prix payé pour deux personnes le soir, avant taxes et service : 69 $.

 

Plus : une belle constance dans ce restaurant, où la cuisine et le service sont de qualité.

 

Moins : le restaurant devient assez bruyant en fin de soirée, gênant la conversation.

 

 

Collaborateur

À voir en vidéo