Et la colère?

Depuis deux semaines, depuis la nuit du drame qui a fauché cinquante vies, il plane comme une énigme au-dessus du Québec. Une sorte de grande question posée, mais que personne n’ose formuler précisément. Je suis certain pourtant qu’elle est dans toutes les têtes. Du moins, je l’espère.

Depuis deux semaines, cette question me taraude et je ne crois pas avoir passé une seule heure sans y penser. Je me la suis posée dès le début en écoutant, effaré, les tout premiers reportages qui provenaient de Mégantic. Je dis Mégantic comme ont toujours dit ma mère et mon grand-père, qui venaient de Sherbrooke, à quelques dizaines de kilomètres de là.

 

Cette question donc, je me la suis posée encore plus en écoutant les longs et souvent lancinants reportages qui s’égrenaient comme un interminable chapelet. Parfois, dans les meilleurs moments, on aurait dit une sorte de blues lancinant montant du fond des bayous. Cette question, je me la suis posée en entendant ces babillages insipides des éternels psychologues de service servant à meubler le temps d’antenne. Cette question, je me la suis posée au fur et à mesure que s’éternisait la même complainte sans fin.

 

Non, cette question ne veut pas me lâcher, et elle me poursuivra tant que je ne l’aurai pas formulée : comment peut-on subir ainsi l’indicible et exprimer si peu de révolte ?

 

***

 

Je comprends que durant les 48 premières heures, il fallait tout simplement essayer de comprendre, se faire à cette idée que l’horreur était bien de ce monde. Je comprends tout cela. Mais comment, une fois l’horreur découverte, ne pas lancer un immense cri de colère ? C’est ce cri libérateur que j’attends depuis deux semaines et qui ne vient pas.

 

Certes, la première ministre du Québec et la mairesse de Mégantic ont magnifiquement exprimé la compassion et l’esprit de résilience de la population. Plus encore, elles ont symbolisé la noblesse de tout un peuple qui sait résister et se tenir debout.

 

Mais la révolte ?

 

Pourtant, nous avons tous vu la même chose. Nous avons vu l’infâme Ed Burkhardt s’adresser aux colonisés dans la langue de l’empire. L’homme n’a même pas pris la peine de se faire accompagner d’un attaché de presse parlant minimalement le français. Plus tôt, il avait adressé à la population un communiqué dans un baragouin informe, reflet du plus parfait mépris. Nous l’avons tous entendu accabler d’abord les pompiers, puis son propre conducteur de locomotive avant de reconnaître, au bout d’une semaine, « quelques erreurs ».

 

Et pourtant, nous avons vu le ministre fédéral des Transports défendre pied à pied son pré carré en bon petit roi nègre respectueux des compagnies ferroviaires et nous répéter jusqu’à plus soif que l’enquête sera longue. Tellement longue ! Quel contraste avec la bonne volonté manifeste des représentants du Maine et l’efficacité des fonctionnaires québécois.

 

À Brétigny-sur-Orge, après le déraillement d’un train qui a fait six morts, il n’aura fallu que quelques heures pour que le président, le premier ministre et le président de la SNCF arrivent sur place. Quelques jours après le drame, dès qu’on a soupçonné la défaillance d’une éclisse, la SNCF a aussitôt ordonné la vérification de 5000 aiguillages. Même aux États-Unis, le ministère des Transports a indiqué qu’il inspectait le tronçon américain de la voie ferrée utilisée par la MMA et que d’éventuelles anomalies devront être corrigées sur-le-champ, aux frais de la compagnie.

 

Où sont les inspecteurs sur les tronçons canadiens des lignes de la MMA ? Et sur les trains de la Quebec North Shore Labrador Railway qui sont eux aussi opérés par un seul homme ? Il est vrai qu’à Schefferville, il ne reste plus que des Indiens ! Seuls les maires de l’Estrie semblent s’émouvoir et manifester un minimum d’esprit civique. Il aura fallu attendre deux semaines avant que le CN et le CP s’interrogent sur la sécurité de leurs voies. À Ottawa, pourtant l’un des pires élèves des pays de l’OCDE en matière de sécurité ferroviaire, on s’est contenté de vérifier la police d’assurance de la compagnie et de répéter que ce sera long. Tellement long ! C’est cela, vivre dans un pays qui n’en est pas vraiment un.

 

Depuis deux semaines, devant l’incurie d’Ottawa et de la MMA, j’ai attendu une révolte, un cri. Dans n’importe quel autre pays, il y aurait eu des manifestations, des pancartes, des esclandres, des banderoles devant le Parlement. Ici, rien n’est venu. Est-ce à cause de l’été, des vacances, de la chaleur ? Peut-être.

 

« La plainte sans révolte contre le fardeau écrasant du long hiver », écrivait l’auteur de Maria Chapdelaine.

À voir en vidéo