Médias - Les bronzés font de la télé

L’été commence et la télé d’été recommence, pour le pire et le pas pire. Dans le lot de qualité, il faut bien sûr considérer le retour en ondes ce soir de l’émission Les chefs ! de la chaîne ICI Radio-Canada Télé (sic).


Sur papier, mettons dans un bon vieux téléguide, la production a tout pour énerver. C’est bien une téléréalité et d’un genre des plus exploités, celui du concours pour apprentis cuisiniers. Au secours ! Et changeons de menu.


Dans les faits, au fil des épisodes, la compétition entre treize aspirants chefs s’est révélée fort agréable, avec plein de bonnes surprises, comme la découverte de produits locaux ou de techniques culinaires.


Ces atouts ne devraient pas beaucoup changer avec l’arrivée de la nouvelle animatrice Élyse Marquis en remplacement de Julie Bélanger. Honnêtement, le show pourrait se passer de meneuse de claque qui ne sert souvent, en gros, qu’à poser des questions plus ou moins béotiennes au coanimateur Daniel Vézina et à questionner les candidats sur leurs sentiments.


Mais, bon, la gentille animatrice demeure la seule femme de l’équipe puisque les trois juges en chef reviennent eux aussi, toujours aussi francs, toujours aussi exigeants. Jusqu’à maintenant, il n’y a d’ailleurs eu que des gagnants et, sauf erreur, une seule aspirante a pu se faufiler jusqu’en finale. Qui a dit que la cuisine n’était plus une chasse gardée masculine ?


Au coin de la légèreté


Revenons au sujet de la télé d’été. Les chefs ! peut plaire. Beaucoup d’autres émissions estivales dégoulinent de niaiseries présentées comme de la « légèreté ». La palme revient à Cap sur l’été, le rendez-vous quotidien d’ICI Radio-Canada Télé (sic), « 90 minutes de plaisirs partagés », selon la formule publicitaire. Les chroniques y semblent sorties des moins bons magazines de service. On y a récemment appris comment nettoyer son barbecue, reçu des idées de cadeaux pour la fête des Pères et découvert comment déménager pas cher.


Les deux animateurs (Marc Hervieux et Marie-Josée Taillefer) rient tellement pour tout et pour rien qu’il serait gênant de leur présenter autre chose, mettons du plus lourd. Sucré salé à TVA adopte la même stratégie zygomatique puisque le modèle l’exige.


La télé d’été paraît en fait humorisée de bout en bout, y compris avec les reprises qu’on nous sert jusqu’à plus soif. Samedi et dimanche soir, les deux grands réseaux généralistes proposaient en rafale des reprises de La petite séduction et des Enfants de la télé, des Galas du grand rire 2012, LOL et Dieu Merci.


Tous ces choix se justifient par une volonté évidente de programmer du convivial, du consensuel, du divertissement. Les télés les plus populaires retirent donc leurs offres plus sérieuses. Elles ne rajoutent rien non plus en fiction.


Pour trouver autre chose, il y a bien sûr les chaînes plus ou moins spécialisées, débarrassées des contraintes de faire du nombre. TQ n’affadit pas sa grille en été. On y retrouve donc encore d’excellents documentaires ou des films de qualité. ARTV va offrir la deuxième saison de l’excellent feuilleton politique danois Borgen à compter de la mi-août. Très bien.


On peut aussi se rabattre sur les concurrentes américaines. Là-bas, les programmeurs ont compris que même et surtout en vacances pendant quelques semaines, on peut rester disponible pour des émissions fortes, y compris de dérangeantes séries qui ne rigolent pas du tout.


Il y en a tellement en fait que les chroniqueurs télé peuvent proposer des listes de tentations, souvent sous la forme d’une liste des dix nouveaux shows à surveiller. On y retrouve immanquablement Magic City (réseau Starz) qui a commencé la semaine dernière. La série sur la vie au Miramar Playa Hotel de Miami surfe sur la nouvelle passion pour les sixties inaugurée par Mad Men.


La semaine prochaine CBS lancera Under the Dome, série fantastique inspirée d’un roman de Stephen King. À la fin du mois, Showtime va même dévoiler la huitième et dernière saison de son mégasuccès Dexter, comme Breaking Bad connaîtra à partir du 11 août sa propre dernière sortie sur le réseau AMC.


On ne parle pas de navets, ni de bancs d’essai en temps mort. Ces deux dernières créations figurent respectivement en 66e et en 13e place de la liste des 100 meilleures séries télé « de tous les temps » (en fait en anglais) dévoilée au début du mois par la Writers Guild of America. Toutes choses égales d’ailleurs, c’est un peu comme si ICI Radio-Canada Télé (sic) lançait la prochaine saison de 19-2 en juillet ou en août 2014. Pourquoi pas, d’ailleurs ? Il y a de la place dans la grille juste après Les chefs !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Denis Marseille - Inscrit 17 juin 2013 06 h 33

    Malgré la pluie...

    L'été, c'est mieux de le passer ailleurs que devant la télé.

    Il y a des projets à démarrer,
    des jardins à désherber,
    des chiens à aller promener ,
    des enfants à activer,

    Et surtout des gros motards qui font du bruit avec leur Harley, à envoyer ch...

  • Jean Boucher - Inscrit 17 juin 2013 12 h 43

    «Les Américains eux autres ils l'ont l'affaire»

    Vous croyez vraiment que c'est mieux chez les chaînes anglophones !/?* C'est souvent ordinaire ailleurs comme ici et ce toute l'année. Durant l'été, chez TVA Beaudoin est bien meilleur qu'Hervieux de Radio-Canada "Ici" (est ce que Jacquie D. s'occupe toujours de sa carrière?). Même la chaîne de Saint-Pierre-et-Miquelon est davantage intéressante que Radio-Canada "Ici" (c'est plate).

    Comme les montréalais francos dits multiculturels, altermondialistes ou anglophiles, vous devriez vous intéresser davantage aux chaînes de langue française. Il y en a de très intéressantes: il suffit de pitonner et pistonner autrement.

    • Jean Boucher - Inscrit 17 juin 2013 22 h 02

      Plutôt "Jodoin" que "Beaudoin"

  • Daniel Lemieux - Inscrit 17 juin 2013 14 h 20

    Aussi bien fermer les stations de télé pour l'été

    et ne maintenir que les chaînes d'« information » continue.

    Tant qu'à présenter de pareilles inepties, tout le monde serait donc incité à vivre autrement, à lire, à écouter la radio, à sortir...

    Mais au bout du compte, en se concertant pour aligner leurs programmations vers la « légèreté » inhérente à la période estivale, on peut se demander pour qui (ou pour quoi) les directeurs de programmation télé nous prennent, été après été.