Questions d’images - Retour à la case départ

Créativité! Le mot est sur toutes les lèvres. À l’unisson, ce vocable résonne sur la planète comme un mot d’ordre. Un impérativité quasi alarmiste. Comme un cri. Sans elle, point de salut.

La semaine dernière, Montréal a nettement occupé le leadership de la créativité (commerciale) mondiale, dans un événement flamboyant, C2Mtl. Une démonstration éclatante de la vivacité créatrice du monde des affaires. Et de celle, au passage, de quelques grandes personnalités, présentes à Montréal pour l’occasion.


« Notre civilisation va mourir », clame, en conférence de presse, le très brillant et illustrissime designer Philippe Starck. « Comme celles des Égyptiens, des Grecs et des Romains, en leur temps, elle risque même de disparaître d’ici une cinquantaine d’années. Notre monde occidental est en bout de course et nous allons devoir nous réinventer dans un rôle plus modeste ». Bon.


Je prends une deuxième tasse de café. J’ai toujours éprouvé pas mal de pudeur pour ne pas dire de grande réserve devant les réflexions absolutistes des millionnaires visionnaires. Je suis de la catégorie de ceux qui adhèrent plus simplement à ce que disait Coluche, lorsqu’il divisait le monde en deux : ceux qui parlent de la fin du monde et les autres qui craignent la fin du mois !


Pourtant, la déclaration de Starck est intéressante à plus d’un titre. D’abord, parce qu’elle « officialise » un point de vue qui tarde à s’imposer dans le monde des affaires en général et dans celui de la finance et de la politique en particulier. De grandes failles sont mises au jour et, désormais, on s’entend pour affirmer que, dans ce monde en plein bouleversement, certaines choses doivent changer encore bien davantage.


Ensuite, parce que de plus en plus, et Starck le souligne, on s’entend également pour reconsidérer le rôle et la place de l’humain dans cette problématique. Des changements qui soulèvent nécessairement des questions économiques, environnementales, sociales, éthiques, etc. Donc politiques.


À l’université, parmi les chercheurs qui, quotidiennement, planchent sur l’observation des schémas de la créativité et de l’innovation, les positions de Philippe Starck, n’étonnent guère. Le ton et la forme font toute la différence. Il est vrai que, dans une approche similaire, de grands penseurs ou entrepreneurs hésitent de moins en moins à radicaliser leurs positions sur la question de l’impérieuse nécessité de créativité. Non plus seulement celle qui permet de générer des avancées ou des solutionnismes technologiques spectaculaires (combien temporaires), mais plutôt sur cette créativité qui, démontrera sa véritable capacité à modifier structurellement la gestion des entreprises et de l’économie tout entière. Quitte, évidemment, à revoir à la baisse les objectifs gloutons de production et de rentabilité. On n’en est pas là.


La vraie créativité sera celle qui permettra de modifier en profondeur tout ce qui nous a menés aux grands dérapages de notre système économique, un système aujourd’hui totalement emballé, celui-là même dont Starck prévoit l’effondrement d’ici un demi-siècle.


Le constat est relativement plus facile à faire que les solutions à trouver. Plus rien n’est caché, plus rien n’est tu. L’avènement des nouveaux médias et des médias sociaux procure au moins cet avantage de mise en évidence des problématiques humaines de l’heure. Grands États déficitaires, perte grandissante de l’influence des politiciens sur les systèmes financiers (par conséquent, perte de leur autorité morale), écarts de richesse indécents, prolifération des actes frauduleux à grande envergure, scandales d’exploitation humaine - comme celui de l’effondrement de cet immeuble bangladais de sweatshops destinées à la production de vêtements de marques occidentales - mépris des règlements d’exploitation de la ressource humaine, animale, forestière, minière, etc.


Autrement dit, nous dit Starck, retour à « la case départ », il faut nous réinventer entièrement. Combattre les affres du « productionnisme » et du « rentabilisme ». Retrouver les zones d’équilibre. Tendre vers une redistribution plus saine des richesses, etc. Utopie, crient les uns. Fatalisme, crient les autres.


Le vrai problème ne réside pas dans le manque de créativité de l’humain, mais bien davantage dans la réelle volonté de mettre cette créativité au service de l’humain. Une volonté qui, pour le moment, ne se lit guère que dans les discours de leaders et de penseurs, aussi brillants, aussi créatifs soient-ils.


 

Jean-Jacques Stréliski est professeur associé à HEC Montréal, spécialiste en stratégie de l’image.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 27 mai 2013 13 h 44

    Il y a tous les pays en émergence et peut etre le Québec, des barbares d'un autre age

    Oui, parce que les compagnies sont devenus trop grosses, l’émulation se perdant dans toutes sortes de preocupations. Si l’on se fie à l’histoire depuis fin XVIII siècle, la meilleure période fut celle ou il était encore possible de bricoler dans son arrière boutique des inventions qui allaient changer le monde. Il ne s’agit pas de revenir au temps passé, le voulions-nous, nous ne le pourrions pas. Une société ne peut pas être la copie, de la précédente. Au Moyen âge ce sont surtout les barbares enfin ce que l’on a appelé les barbares, qui ont permis au monde de se renouveler, de renouveler les structures romaines obsolètes, Souvent je pense a Augustin, un algérien qui a renouvelle la religion catholique. Ce n’a pas été une catastrophe, la preuve, la culture occidentale est toujours vivante même si elle s’est modifiée. On pourrait faire le procès de tout ce qui ne marche pas, mais ca donnerait quoi. Nous savons tous qu’il y a des pratiques contre productives, la difficulté c’est souvent par quoi les remplacer, je ne vous donnerai pas d’exemples pour ne pas froisser trop de gens, la vie va se charcher d'y pourvoir