Allo, maman, nono

Il y a un an, nous étions en plein printemps étudiant. Il deviendrait bientôt « érable », c’est-à-dire qu’on assisterait à cette mutation qui en ferait une crise sociale à laquelle tout le monde s’attarde depuis quelques semaines en raison de son anniversaire.

Pour ceux qui ont tapé sur des casseroles, pour des milliers de personnes qui sont descendues dans la rue, l’augmentation des droits de scolarité était un symptôme parmi d’autres d’une maladie plus importante, de laquelle est atteinte la politique québécoise, et dont le porteur le plus gravement affecté était le Parti libéral.


Sa manipulation de la crise sera cependant si redoutablement efficace que le pouvoir parviendra à démoniser les manifestants, assimilant des milliers de protestataires pacifiques et de partisans du milieu artistique à une culture de violence et d’intimidation, quand au fond, à part lors de quelques rares dérapages de contestataires - et surtout de cellules anarchistes en marge du mouvement -, ce sont les flics qui auront été les plus généreux vecteurs de violence.


Quelques mois plus tard, le tiers d’un électorat polarisé par la question voterait pour un parti terni par des allégations de scandale. Aveugles à la manière dont on avait manufacturé la crise étudiante, préférant les rassurantes berceuses de la stabilité et l’économie d’un parti soupçonné de corruption à toutes les autres propositions, y compris celles des champs droit et gauche, des milliers de personnes ont bu le Kool-Aid de Jean Charest et voté pour son parti. Un moment lamentable pour la démocratie, puisque c’est exactement la chose que ce printemps dénonçait qui, sans triompher, montrait qu’elle avait bien peu perdu de son pouvoir d’attraction : la politique qui prend les gens pour des cons.


Reste que les libéraux ont fait plusieurs erreurs. Dont le recours à la loi 78. Parce que c’est là que se trouve le point de bascule du conflit. C’est à ce moment que le gouvernement a montré qu’il avait à ce point perdu le contrôle d’une crise qu’il avait lui-même monté en épingle qu’il devait désormais rogner sur les libertés des citoyens afin de mater la résistance.


Cette loi, nous sommes des milliers à l’avoir encore en travers de la gorge. Y compris des tas de gens qui n’étaient absolument pas d’accord avec les réclamations des étudiants, mais qui, pour paraphraser cette vieille idée de Voltaire qui pourtant ne s’use jamais, étaient prêts à se battre pour qu’ils puissent défendre un point de vue différent du leur.


C’est comme quelque chose qui ressemble à la démocratie.


Un an plus tard, la crise couve toujours. C’est beaucoup la faute du gouvernement Marois qui, à force de ménager la chèvre et le chou, a donné l’impression à plusieurs d’être revenu sur sa parole. Ce qui n’est pas totalement faux. Peu importe ce qu’on pense de la validité du résultat, on a beau déguiser une indexation en gel, ça n’en fait pas le gel qu’on avait promis.


Si la crise n’a pas repris de plus belle, c’est surtout parce que le mépris affiché n’y est plus, et parce que l’intérêt, comme d’habitude, a fini par s’étioler. Les manifs ont ralenti le rythme. La ferveur des étudiants, qui était déjà tiède au printemps, s’est considérablement refroidie.


Et c’est à ce moment que le gouvernement du Parti québécois, qui s’était farouchement opposé à la loi 78, trouve opportun de se prononcer en faveur du règlement P6 qui oblige les manifestants à livrer leur itinéraire à l’avance et à se découvrir le visage. Loi qu’on utilise pour remplir les fourgons avant même que les manifs aient levé le camp.


Vous me dites que c’est une bonne chose, ce règlement ? Ce n’est pas la question.


Ce que je dis, c’est que les péquistes sont peut-être en train de faire un compromis de trop. Ils sont peut-être en train de brader un peu de nos libertés en échange d’un moment de calme. Mais pire encore, en faisant cela, ils soufflent sur les braises de la crise, risquant de l’intensifier alors qu’elle semblait vouloir mourir tranquillement, dans l’indifférence totale.


Je le répète : il n’est pas question pour moi ici de demander si P6 est acceptable ou non. Ou peut-être un peu, mais surtout pour constater que le changement de gouvernement en est surtout un de ton. Pour le fond, ça reste le même.


Plutôt que de réprimander et de haranguer, on se réclame du raisonnable (Lisée), proposant qu’il serait si facile de fournir un itinéraire (Bergeron), et l’on tend la main du compromis en affirmant que la serrer, promis, n’est pas un acte de compromission.


Allez, montrez-nous que vous n’êtes pas des voyous, dit ainsi le gouvernement, qui a choisi d’infantiliser les manifestants. Et du coup, tous ceux qui savent que la main de fer ne serre pas moins fort dans un gant de velours ont le sentiment qu’on les prend vraiment pour des nonos.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

36 commentaires
  • André Lefebvre - Inscrit 30 mars 2013 04 h 09

    Wow!

    Article parfait qui, sous le couvert de l'analyse objective, d'une certaine sagesse et d'un semblant d'équité, sert finalement, à ré-attiser les esprits qui se sont calmés ayant acquis une possibilité de discuter d'une solution acceptable par tous les partis.

    André Lefebvre

    • Claude Lachance - Inscrite 30 mars 2013 10 h 28

      Êtes-vous du genre à nier l'effet papillon? Rien ne se perd, rien ne se crée
      Ce qui a eu lieu est gravé dans le reste de rêve que l'hiver a momentément engourdi. Si je ne suis pas dans la rue c'est que j'ai peur d'un policier fou et vengeur, des amendes exorbitantes et chèrement payées pour un droit à la démocratie, les esprits calmés ? Pas si sur!.

    • Mathieu Bouchard - Inscrit 30 mars 2013 12 h 15

      Inquiétez-vous pas, à voir ce qui circule dans les divers médias alternatifs, c'est pas David Desjardins qui mène le mouvement, il y a pas mal de monde qui parle du droit de manifester. De plus, Québec Solidaire et Option Nationale se sont tous deux déclarés anti-P6 et ne changeront certainement pas d'idée.

  • Yves Graton - Abonné 30 mars 2013 05 h 11

    coach d'estrade

    et vous, comme PM, ( premier ministre et Pauline Marois ), quelle serait votre approche ?

    • Louka Paradis - Inscrit 30 mars 2013 10 h 27

      En effet, «la critique est aisée, mais l'art (de gouverner) est difficile. Difficile et exigeant, plus que des jugements expéditifs.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 30 mars 2013 14 h 28

      Et mentir aussi, est aise. Et semble bien justement la manière de gouverner

  • François Dugal - Inscrit 30 mars 2013 08 h 24

    La vieille dame

    Pendant le printemps érable, à un poste de télé populaire, on voyait en direct, filmée du haut des airs, une manif. L'anti-émeute tapait joyeusement sur des cégepiens et leurs professeurs.
    C'était une tribune téléphonique et une auditrice commentait; à en juger par sa voix, c'était une vieille dame. Celle-ci disait en substance: «Envoye, fessez sur ces petits maudits».
    Devinez pour qui elle vote?

    • Jacques Boulanger - Inscrit 30 mars 2013 11 h 26

      Ma mère disait toujours: je ne suis pas pour annuler le vote de ton père, alors j'ai voté comme lui.

      Alors les jeunes, vous savez maintenant quoi faire pour annuler un vote !

    • Claude Lachance - Inscrite 30 mars 2013 13 h 38

      Je ne devinerai pas pour qui elle vote, mais du genre de poste de radio!!!! Il y en a dans la région de Québec, et ils sont aimés par ceux qui votent pour des poubelles.

  • Gilles Théberge - Abonné 30 mars 2013 08 h 37

    Vous posez de bonnes questions

    J'espère pour eux qu'ils lisent ces papiers au parti Québécois. Qu'ils lisent et comprennent.

    Parce qu'en effet on peut se demander comment il se fait que dans la plupart des cas, ils sont capables de faire ce qu'il faut pour faire se dresser les cheveux sur à peu près toutes les têtes. Et la ministre de la solidarité semble bonne en la matière.

    D'autre part ils semblent incapables de mettre en lumière les bons coups. Comme la fin du nucléaire, ce n'est pas rien, comme la fin de l'amiante, etc.

    Font-ils un compromis de trop demandez-vous? Comme disait Cocteau, «Le tout dans l'audace est de savoir jusqu'où on peut aller trop loin».

    • Maxime Dion - Inscrit 30 mars 2013 11 h 42

      @Gilles Théberge

      Comme les médias le dévoilaient récemment, la fin du nucléaire (i.e. Gentilly-II) avait été décidée avant l’élection du gouvernement Marois, ce dernier n’ayant qu’entériné la décision

    • Gilles Théberge - Abonné 30 mars 2013 15 h 48

      Dites-nous alors monsieur Dion pourquoi les libéraux ont déchiré leur chemise sur la place publique après l'annonce formelle de la ministre. En particulier la députée de trois-Rivières?

    • Maxime Dion - Inscrit 1 avril 2013 18 h 33

      @ Gilles Théberge

      Comme les médias l’ont révélé récemment, la décision de fermer la centrale avait déjà été prise sous le gouvernement Charest, mais les libéraux ont retardé l’annonce par opportunisme électoral (tandis que le PQ a fait de même en récupérant cette décision prise antérieurement à leurs élections).

  • Michel Laramée - Abonné 30 mars 2013 10 h 03

    @M. André Lefebvre

    ReWOW!, M.Lefebvre. On voit dans les chroniques ce que l'on veut bien y voir, n'est-ce pas? Semblant d'ojectivité de votre part?