L'écoconception - Monde Ruelle, porte-étendard du slow design

Dans la mer de boutiques et de marques qui se prétendent «vertes», Monde Ruelle redonne ses lettres de noblesse au design responsable.
Photo: François Pesant - Le Devoir Dans la mer de boutiques et de marques qui se prétendent «vertes», Monde Ruelle redonne ses lettres de noblesse au design responsable.
Monde Ruelle est à la fois une boutique hybride, une galerie atypique, une agence hors du commun et un lieu inspirant dédié à la diffusion du design écoresponsable, mais c’est également un porte-étendard du slow design. C’est entourées de leur tribu de designers, d’artistes et d’artisans locaux, qui ont tous choisi de prendre le virage vert, que la designer Marie-Claude Parenteau-Lebeuf, fondatrice de Monde Ruelle, et ses associées Nancy Brault et Julie Brisebois, se sont engagées dans leur mission hors des sentiers battus.
 
Cette vitrine prestigieuse qui regroupe les collections d’une quarantaine de concepteurs québécois nous en met plein la vue avec ses objets inédits, ses luminaires ludiques, son mobilier original et ses créations souvent détournées de leurs fonctions initiales. Si la diversité et l’insolence des œuvres étonnent, elles naissent toutes d’un seul et même fil conducteur : l’écodesign.
 
À l’heure où s’afficher vert est devenu si à la mode, avec comme effet pervers de provoquer un certain scepticisme chez les consommateurs parce que trop galvaudé et faussement récupéré par tout un chacun, le design durable et responsable reprend chez Monde Ruelle tout son sens et retrouve ses lettres de noblesse. C’est tout un art de vivre qui se déploie dans ce showroom aux mille facettes où l’on peut rencontrer autant les artisans établis que ceux de la relève, pendant que l’univers des accessoires précieux fabriqués en petites séries acquiert sa dimension rare et exclusive.
 
Un centre névralgique 

La vocation de cet antre singulier consacré au design responsable n’a cessé d’évoluer depuis sa fondation en 2006. De ses modestes débuts, il s’est transformé lentement en centre d’écodesign. Aujourd’hui, l’agence s’occupe également du développement de marché et de la promotion des concepteurs qu’elle représente et travaille aussi avec les professionnels de l’architecture et du design d’intérieur afin de réaliser des œuvres uniques en mesure de répondre aux besoins de leurs projets précis.
 
Les propriétaires de Monde Ruelle ont fait le choix d’encourager la fabrication locale ; c’est là leur signature distincte et elles continuent leur travail d’éducation auprès des consommateurs de plus en plus conscientisés par rapport à cette valeur ajoutée, tout en les informant de l’importance du développement durable.
 
Ce trio de femmes visionnaires, jouant simultanément les rôles de designers, d’entrepreneurs et de promoteurs, entend bien poursuivre sa démarche pour démocratiser le design auprès d’un large public, toujours plus avide de mieux comprendre le processus innovant qui se cache derrière les objets du quotidien.
Parmi ce collectif réunissant des concepteurs de grand talent, trois d’entre eux présentent des créations qui vous feront craquer à coup sûr.
 
Véronique Lamarre est designer industrielle diplômée de l’Université de Montréal, minutieuse et pragmatique, avec un réel souci pour l’environnement. À la suite d’un stage en Italie, elle se consacre depuis 2008 à son projet de récupération en composant des lampes et des objets de maison exclusifs et accessibles, parfaitement maîtrisés.
 
Nicola Tardif-Bourdages séduit avec sa collection Brut et ramène la nature à la maison : patères, tableaux d’affichage, supports à couteaux, sous-verres et bancs d’entrée, tous sous forme d’arbres ou d’animaux de chez nous. Rien ne résiste à l’inventivité débordante de cet artisan du beau qui donne une toute nouvelle identité à la revalorisation et à l’écoconception.
 
Tat Chao est un designer dans le plus pur sens du terme. Après l’obtention de son diplôme en design industriel de l’Université de Montréal et un stage au Studio Architecti Dobegani & Lauda de Milan, en 1977, il a travaillé dans le milieu du design graphique, d’exposition et de mobilier pendant cinq ans, ici et à Singapour. Depuis 2003, il se consacre au design d’objets et à l’aménagement d’intérieur. Sa collection In vitro provoque l’admiration et pose un regard neuf sur les objets en verre recyclé, allant des luminaires aux tables d’appoint.
 
Les portes ouvertes de Monde Ruelle, prévues pour les 4 et 5 mai prochains, sont à inscrire à l’agenda pour découvrir un lieu étonnant où brille le design dans tous ses états.
 
 
Cette chronique est publiée le dernier samedi de chaque mois.

***
 
CARNET DE STYLES

Rad Hourani, l’étoffe du héros nouvelle vague

À l’heure où Montréal se questionne sur son positionnement en tant que ville de mode et de design, voilà qu’un jeune créateur de 30 ans, autodidacte, marginal et inclassable, de la métropole triomphe à l’international. Rad Hourani a été admis très récemment dans le cercle ultrasélect de la Chambre syndicale de la haute couture parisienne, devenant ainsi le premier Canadien à faire partie de cette élite mondiale.
 
Ce styliste devenu tour à tour designer, couturier et artiste visionnaire, passionné par toutes les formes d’art, s’est construit un parcours artistique atypique en déclinant et en sublimant la mode unisexe sous toutes ses coutures afin de créer une nouvelle façon de concevoir les vestiaires, tant masculins que féminins.
 
Signe des temps, la démarche particulière de ce marginal, qui a défilé avec éclat dans la Ville lumière pour la première fois en janvier dernier, fera l’objet à l’automne 2013 d’une exposition hétérogène célébrant les cinq ans de création de cette nouvelle icône de la mode, au centre Phi du Vieux-Montréal. Cela vient peut-être démontrer qu’on peut enfin prétendre être prophète en son pays.
 
Aumself, la vitrine Web des décoristas

Les décoristas de la planète design seront ravis d’apprendre qu’un nouveau site leur est entièrement consacré. Aumself.com se veut l’ultime carrefour de ce que le monde des arts d’intérieur et du design a de meilleur et de plus beau à offrir. Ce nouveau point de rencontre de la décoration mélange avec brio les dernières tendances internationales, les objets cultes et le mobilier de toutes les époques pour offrir le meilleur des créations, tant contemporaines que très anciennes.
 
Ici, la tradition flirte avec la modernité, les styles s’entrecroisent, se font et se défont au gré de votre imagination. C’est un exercice exaltant que de partir à la découverte de ce qu’on aime et de ce qu’on est en parcourant les incontournables des tendances éclectiques ou minimalistes, les références les plus marquantes de l’Art déco, du style Empire ou du mouvement Bauhaus, et d’enfin comprendre les bases des écoles de pensée de la mode, du shabby chic au roughluxe.
 
Ce jeu de partages, d’explorations et de révélations fera de vous de véritables chasseurs de tendances et vous permettra de dénicher mille trouvailles. On peut s’inscrire par son compte Facebook ou directement sur aumself.com. Le voyage immobile peut alors commencer.
 
Benoit Godin est un entrepreneur et un artiste qui a su, en quelques années, se démarquer en misant sur le renouveau de l’art floral et en mêlant de main de maître la végétation artificielle aux fleurs et aux plantes naturelles. Les compositions top design de ses arrangements floraux sont un ravissement pour les yeux. On peut admirer ses réalisations commerciales dans plusieurs lieux prestigieux, notamment à l’hôtel Gault du Vieux-Montréal, chez Clarins Canada et à l’agence Palm & Havas.
 
Ce secret trop bien gardé se laisse découvrir dorénavant dans un nouvel espace irrésistible, une belle boutique qui non seulement expose des fleurs et des plantes somptueuses, mais propose également de superbes collections de vases, de pots et de jardinières pour meubler autant l’intérieur que la terrasse. À l’approche des beaux jours, cela mérite un petit détour du côté du Mile-End.

À voir en vidéo