C’est du sport! - 850 ans, c’est vite passé

Rien ne sert de courir car tout vient à point à qui sait prendre son mal en patience et longueur de temps, déclamait à tue-tête le poète passé maître dans l’art de recycler du vieux stock, et nous disposons ici d’une preuve résolument irréfutable de la véracité de cette assertion.

Il s’agit d’un monsieur Brad Sauve, résidant du Wisconsin et amateur de football professionnel américain. Il y a quelque temps, il avait fait une commande afin d’obtenir une paire d’abonnements de saison pour les joutes des Packers de Green Bay.


Par l’expression délibérément vague « quelque temps », on entend « près de 37 ans ». M. Sauve avait en effet effectué sa grande demande en 1976, et il a été avisé plus tôt ce mois-ci par l’équipe qu’il aurait enfin ses billets, nous informe packersnews.com.


Voilà ce qu’on appelle une liste d’attente des ligues majeures, qui devrait peut-être vous inciter à vous montrer un peu plus compréhensifs lorsque notre système de santé vous fait poireauter, n’est-ce pas.


Et encore, on pourrait aller jusqu’à dire que M. Sauve a profité d’une espèce de sorte de genre de traitement accéléré. C’est que les Packers ont été particulièrement mauvais pendant les années 1970 et 1980, et cela a fait en sorte que plusieurs personnes se sont alors retirées du processus de réservation.


La liste d’attente compte actuellement quelque 105 000 noms et, l’an dernier, 119 candidats seulement soit ont obtenu leurs billets, soit se sont désistés. Le taux de renouvellement chez les détenteurs d’abonnements avoisine les 99,9 % et, à ce rythme, si vous soumettiez votre nom aujourd’hui, vous feriez partie des heureux élus dans environ 880 ans.


Mais il n’y a pas lieu de se décourager, bien au contraire. Car le Lambeau Field sera agrandi en vue de la prochaine saison, et l’ajout de quelques milliers de sièges fera en sorte de ramener le délai à plus ou moins 850 ans. Le temps d’un clin d’oeil à l’échelle de l’univers, quoi.


De toute manière, dans huit siècles et demi, Brett Favre soupèsera probablement encore l’opportunité de revenir au jeu.


***


Si on n’éprouve pas trop de mal à remplir les gradins à Green Bay, la situation est différente dans les stades de soccer de Singapour. Aussi, après votre représentante Avon et votre témoin de Jéhovah préféré, voici votre joueur de foot, rapporte Metro de Londres.


« Les joueurs de soccer de la S.League de Singapour, dont les assistances aux matchs sont faibles, sont tellement las de se produire devant des foules clairsemées qu’ils ont entrepris de faire du porte-à-porte pour obtenir quelques appuis »


« L’assistance moyenne dans le circuit a chuté à 932 personnes la saison dernière, alors que plusieurs amateurs préfèrent rester à la maison et regarder les matchs de la Premier League anglaise à la télévision. »


« Le président du club Balestier Khalsa, S Thavaneson, espère que la campagne de visites à domicile fera croître l’intérêt : « Plus les joueurs frapperont souvent aux portes, plus fortes seront les chances qu’ils deviennent familiers avec les résidants. Qui sait, peut-être ceux-ci deviendront-ils curieux et iront-ils assister à un match ou deux. »»


La prochaine fois, nous verrons d’ailleurs, inspirés par les deux situations évoquées aujourd’hui, que vous ne devriez pas remplir le Centre Bell Téléphone comme des malades à chaque joute. D’abord parce que cela allonge les files d’attente et que les progrès de la médecine ont beau s’avérer fulgurants, les chances que vous viviez encore 850 ans demeurent relativement ténues. Ensuite parce que vous vous privez de la possibilité enivrante que des joueurs de Canadien viennent toc-toquer à votre lourde et que vous puissiez ainsi offrir un café et des petits biscuits secs à P. K. Subban ou Carey Price.