Des cadeaux pour les mordus des autos

<div>
	On peut toujours rêver d’une voiture de course, mais il serait sans doute plus raisonnable de demander au père Noël un cours de pilotage.</div>
Photo: Bridgestone
On peut toujours rêver d’une voiture de course, mais il serait sans doute plus raisonnable de demander au père Noël un cours de pilotage.

On n’y échappe pas : c’est le temps de Noël, donc des cadeaux, et pour bien des gens, c’est un casse-tête. Si vous voulez faire plaisir à un passionné ou une passionnée de la chose automobile et que vous vous y connaissez peu, voici quelques suggestions, à petit, moyen et gros prix.

Ceci n’est pas un jouet

Illusion : ces voitures miniatures ne sont pas des jouets, mais bien des souris d’ordinateur. D’où leur nom : Road Mice. Je me suis procuré la mienne chez Canadian Tire. Un petit cadeau à la fois amusant et pratique. Et pas trop cher, en plus : 29,95 $. Idéal pour un échange de cadeaux. Se décline en Mustang et en Camaro. Pas de Porsche ni de Ferrari, hélas…
 
Ceci n’est pas (toujours) un jouet

Acheter une automobile en cadeau n’est pas à la portée de toutes les bourses, si vous me permettez cet euphémisme. Pourquoi ne pas lui en acheter une miniature ? Sachez cependant que ce n’est pas si simple : il y en a de tous les formats… et de tous les prix. Dans ma collection personnelle, cela varie de 3 $ à plus de 300 $. Il y a les plus petites, les classiques Hot Wheels et Matchbox, qui coûtent entre 2 $ et 4 $, selon l’endroit. Mais il y a aussi du haut de gamme dans les minis : vous paierez le double pour des marques comme Greenlight, American Muscle ou Johnny Lightning, par exemple.
 
Un cran plus haut, il y a les échelles 1/43 et 1/18. Ici, ça se corse. Pour le format 1/43, on reste dans les limites du raisonnable : les plus belles — les Minichamps, par exemple — peuvent coûter jusqu’à 50 $. On ne parle plus de jouets, ici, mais d’objets à exposer, à contempler. Pour les plus jeunes, ceux qui veulent jouer avec leurs miniatures, il y en a aussi à 10 $ ou 15 $, comme les Corgi de mon enfance. Contrairement aux défuntes Dinky Toys, elles existent toujours.
 
À l’échelle 1/18, on ne peut plus parler de jouets. Il y a du « beau, bon, pas cher » comme la marque Maisto, dont la qualité de reproduction est plus qu’honnête (nettement supérieure à celle de Burago, par exemple). Hot Wheels donne aussi dans les échelles 1/43 et 1/18 ; au grand dam des puristes, la marque américaine a passé un accord avec Ferrari. Au début, la qualité était médiocre et Hot Wheels a corrigé le tir en proposant une gamme de qualité supérieure (Elite). En clair, il y a des Hot Wheels 1/18 à 40 dollars et d’autres dont le prix oscille entre 100 $ et 120 $. En début d’année, je me suis procuré la réplique de la 250 GT Berlinetta Lusso d’Eric Clapton et la qualité de reproduction ne m’a pas jeté par terre. À ce prix, des marques comme AutoART et Kyosho (mes deux préférées) font beaucoup mieux.
 
Le summum a pour nom Exoto. Cette marque basée en Californie assemble de véritables bijoux et leurs prix sont directement proportionnels à la qualité. Cette fois, on parle de 300 $ en moyenne. Les miniatures Exoto sont assez difficiles à trouver, car peu de boutiques les tiennent en magasin. Je vous suggère de faire comme moi : achetez-les en ligne (www.exoto.com). Vous y trouverez d’ailleurs des spéciaux intéressants ; j’en ai acheté quelques-unes à moitié prix.
 
Quelques bonnes adresses

Si c’est un jouet que vous désirez acheter, vous trouverez les miniatures les plus abordables dans les grandes chaînes, spécialisées (Toys “R” Us) ou non. Pour le haut de gamme, je vous refile mes adresses de prédilection : Udisco (4660, boul. Décarie, Montréal), Grand Prix Miniatures (6807, Saint-Laurent, Montréal) et Hobbec (18, rue Principale, Granby).
 
Situé sur la voie de desserte de l’autoroute Décarie Sud, entre les rues Snowdon et Côte-Saint-Luc, Udisco est aussi une véritable caverne d’Ali Baba pour les amateurs de modélisme de tout poil (autos, bateaux, avions) et d’engins téléguidés. Grand Prix Miniatures est situé en plein cœur de la Petite Italie : vous pouvez donc vous y procurer tout ce qui porte un logo Ferrari (modèles réduits, vêtements, souliers), mais aussi de superbes lithographies ayant pour thème l’automobile et la course. À Granby, Hobbec est aussi le genre d’endroit que je dois visiter avec parcimonie : j’entre en transe et je vide mon portefeuille… L’inventaire de modèles réduits est impressionnant : comme chez Grand Prix Miniatures, quantité et qualité sont au rendez-vous. Hobbec se spécialise également dans les voitures pour les pistes de course (slot cars).
 
Si vous habitez la Rive-Nord, j’entends beaucoup de bien de la boutique Passion DieCast, sise au Centre Laval. Outre les modèles réduits, vous y trouverez de la littérature. Les amateurs de voitures américaines y trouveront également plusieurs miniatures, à toutes les échelles. Nice Car DieCast (sortie 174 de l’autoroute 40 à Yamachiche) est une autre caverne d’Ali Baba : vous y trouverez tout, tout, tout sur l’automobile. Des miniatures, mais aussi des enseignes en tout genre (marques d’autos, motos, camions, articles vintage) pour décorer le garage. Pour les amateurs d’américaines, de camions et de NASCAR, c’est un incontournable. L’entrepôt est ouvert au public le dimanche, de 11 h à 16 h. On peut aussi acheter en ligne (www.nicecardiecast.com).
 
Lectures

Et pourquoi pas un livre ? Au Québec, il y a des incontournables qui reviennent chaque année : L’Annuel et l’automobile, auquel collabore l’auteur de ces lignes, et le Guide de la moto. Pour les amateurs de « 2 roues », c’est un incontournable : nous avons la chance d’avoir, au Québec, un des meilleurs chroniqueurs de moto, j’ai nommé Bertrand Gahel. Son livre est complet, bien écrit et bien illustré. Incontournable, je le répète.
 
Autre suggestion : AZ Cars qui, comme son nom ne l’indique pas, est traduit en français. Ledit bouquin traînait dans mon pigeonnier et j’en ai été quitte pour une belle surprise : voilà un beau livre pas trop gros, pas trop cher, aussi agréable à lire qu’à regarder. Les principales marques y sont répertoriées, avec une attention particulière pour leurs modèles phares, mais surtout, les designers ont droit à leur page. Ils y sont tous, ou presque : les monuments, comme Bertone ou Giugiaro, mais aussi le Montréalais Ralph Gilles et plusieurs autres pointures, d’hier et d’aujourd’hui. Le tout est abondamment illustré. AZ Cars, Tony Lewin, éditions de la Martinière.
 
Cours de pilotage

Dans une tout autre sphère de prix, le cours de pilotage est un autre incontournable. Que l’être cher (ou l’être aimé) soit un amateur ou une amatrice de course ou non, l’expérience est non seulement riche en sensations, mais elle transformera à jamais sa façon de conduire. Pour le mieux. Si vous ne voulez pas offrir une voiture (une vraie) parce que c’est décidément trop cher, le cours de pilotage est une alternative pour une fraction du prix. Quelques adresses :
Collaborateur

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 17 décembre 2012 08 h 34

    La librairie

    Y a-t-il, au Québec ou au Canada, une librairie spécialisée dans l'automobile?