Revue de presse - Pauvre démocratie…

L’état de notre démocratie est un sujet récurrent dans les chroniques publiées dans la presse anglophone. Il faut dire que la matière ne manque pas. Une pièce de choix : le second projet de loi budgétaire C-45, ce mammouth hétéroclite que le gouvernement veut faire adopter rapidement. Comme le note Stephen Maher, de Postmedia News, il faut féliciter le premier ministre Stephen Harper pour la réduction de sa propre pension et de celles des parlementaires, mais il serait bien qu’il permette aux députés de mériter leur paie en leur donnant la possibilité d’étudier et de débattre les projets de loi.

John Ivison, du National Post, trouve tout aussi intrigant cette volonté apparente du gouvernement de vouloir garder les députés dans le noir, y compris les siens, quand vient le temps de faire approuver ses dépenses. Les documents budgétaires et financiers sont alambiqués, les députés arrivent mal à s’y retrouver et le gouvernement ne fait rien pour les aider alors que « le rôle le plus important des élus est de s’assurer que les contribuables en ont pour leur argent ». Un comité parlementaire a, dans un rapport unanime et donc appuyé par les membres conservateurs, recommandé de modifier le moment et la façon de présenter, pour approbation, le plan de dépenses du gouvernement. Ce dernier a rejeté l’essentiel des recommandations. Ivison s’inquiète de l’érosion du rôle de gardien des finances publiques du député. « Il ne s’agit pas de l’argent du Parti conservateur, écrit-il, ils doivent obtenir la permission du Parlement pour le dépenser. Il ne faudrait pas, pour ce faire, exiger des députés qu’ils aient les pouvoirs d’enquête de Sherlock Holmes, le génie des mathématiques […] et la patience de Job. »


Les remparts


Dans ce contexte, la bataille du directeur parlementaire du budget Kevin Page pour obtenir des données sur les compressions budgétaires apparaît plus pertinente que jamais, écrit Tim Harper, du Toronto Star. Elle est même fondamentale pour notre système parlementaire. Le fait qu’il soit forcé de menacer le gouvernement d’une poursuite judiciaire « en dit long sur la culture de peur qui sévit dans la capitale, sur la prédilection de ce gouvernement à diaboliser ses opposants et sur le peu de cas qu’il fait de sa promesse de transparence et de reddition de comptes, la principale raison pourquoi nous envoyons des députés à Ottawa ».


Andrew Coyne, du National Post, va dans le même sens. Il revient sur l’étude du plan de dépenses du gouvernement, communément appelé l’étude des crédits. « Comme à peu près tout dans notre Parlement actuel devenu largement cérémonial, les députés posent les gestes requis pour la forme, privés qu’ils sont du temps ou des faits nécessaires pour voter de façon informée. » Selon lui, le manque de données financières mène à une absence de reddition de comptes. Il déplore l’intimidation, le harcèlement et l’obstruction auxquels fait face le DPB, une créature des conservateurs. Plus inquiétant à ses yeux est le piètre état dans lequel se trouvent les mécanismes traditionnels de supervision du gouvernement.

 

Crise et solutions


Pour plusieurs commentateurs, notre démocratie est en crise. Don Lenihan, sur le site iPolitics, estime toutefois qu’il faut regarder au-delà des personnes et identifié les problèmes systémiques, dit-il. L’un d’eux est le passage de la défense du bien commun à la technique du marketing politique. On ne répond plus aux besoins. On traite les citoyens en consommateurs à qui on offre des politiques taillées sur mesure pour obtenir leur vote. Le renversement de cette tendance dépend de l’engagement des citoyens, des médias et de politiciens prêts et aptes à changer cette façon de faire, dit Lenihan. Tout un programme.


Barbara Yaffe, du Vancouver Sun, ne se fait pas d’illusions. Selon elle, « les Canadiens ont la démocratie qu’ils méritent ». C’est parce qu’ils s’en préoccupent peu que certains politiciens peuvent prendre des libertés avec nos traditions parlementaires. Ils prorogent prématurément des sessions, présentent des projets de loi omnibus et les citoyens haussent les épaules. « Nos Parlements sont pourtant le lieu où les chefs et les ministres doivent rendre publiquement des comptes sur leurs décisions et les dépenses publiques et où les députés de l’opposition peuvent jouer un rôle modeste dans la gouverne du pays. »


Michael Den Tandt, de Postmedia News, croit aussi que les citoyens ont leur rôle à jouer pour remédier à la situation actuelle. « Les partis politiques ne peuvent guérir leurs propres maux. Pas d’eux-mêmes, du moins. Ils sont en conflit d’intérêts. Seule la volonté populaire peut les pousser vers une réforme. Mais avant que cela arrive, il faudra que les Canadiens ordinaires, ces amateurs de Tim Hortons dont la somnolence est tenue pour acquise depuis longtemps par le gouvernement Harper, cessent d’accepter les violations servies goutte à goutte. Les Canadiens commencent peut-être à réaliser qu’une tradition parlementaire centenaire, basée sur les conventions de décence, d’équité et de retenue, est réécrite au fil des jours. Si Jean Chrétien a écorné le recueil des règles non écrites, Harper et McGuinty l’ont brûlé. » D’où l’urgence de réagir.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • François Desjardins - Inscrit 27 octobre 2012 08 h 23

    Pour les bonnes raisons?

    En tout cas, et je ne sais trop si c'est pour les bonnes raisons, ce n'est pas au Québec que les conservateurs ont fait leur gloire aux dernières élections...

  • Daniel Bérubé - Abonné 27 octobre 2012 15 h 49

    Les effets secondaires de l'individualisme...

    Quand vous dites: "Barbara Yaffe, du Vancouver Sun, ne se fait pas d’illusions. Selon elle, « les Canadiens ont la démocratie qu’ils méritent ». C’est parce qu’ils s’en préoccupent peu que certains politiciens peuvent prendre des libertés avec nos traditions parlementaires. Ils prorogent prématurément des sessions, présentent des projets de loi omnibus et les citoyens haussent les épaules."...

    L'individualisme porte parfois à voir de façon un peu trop prononcé le contexte de vie "au jour le jour", c.à.d. que, ce qui se fait aujourd'hui qui pourrait nuire à la qualité de vie demain... bof, on verra ça demain...

    Si on y ajoute le pourcentage de population qui ont décider de mettre de côté la politique, parce qu'ils (elles) n'y croient plus (se faire mentir en pleine face, vs les promesses faitent et leurs réalisations...) devient PLUS que ridicule. Je comprend de mieux en mieux les témoins de Jéhova qui ont mit la politique comme "à la poubelle", et ne s'y intéressent plus d'aucune façon. Les marchés et les contextes économiques ont pris le contrôle de la politique, et ce n'est que leurs valeurs à eux qui ne sont reconnues, pronées et défendues. Et que penser de l'entente que hARPER s'apprête à signer avec la Chine... donnant le droit à la Chine de réclamer au gouv. canadien toutes pertes financières reliées directement ou indirectement à des décisions fédérales, provinciales, voir municipales visant a protéger leurs environnement...

  • François Dugal - Inscrit 27 octobre 2012 17 h 16

    Les canadiens

    «Les canadiens ont la démocratie qu'ils méritent».
    Mais ou s'en va le «plusse meilleur™» pays du monde?

    • Pierre Denis - Inscrit 27 octobre 2012 19 h 03

      Facile, juste à regarder au sud de la frontière : elle est là votre réponse.

  • André - Inscrit 28 octobre 2012 01 h 39

    Larmes de crocodile

    Connaissant le penchant des conservateurs pour son autoritarisme et qui ne se sont pas gênés pour l'affirmer, au contraire, la majorité des média anglophones ont quand même recommandé aux canadiens anglais de voter pour les conservateurs aux élections de l'an dernier.
    Aux prochaines élections, quel parti pensez-vous qu'ils soutiendront ?
    Et après, ils viennent pleurer sur le sort de la démocratie pris en otage depuis des années par ces mêmes conservateurs.
    Ces média semblent oublier qu'ils ont un rôle à jouer dans cette démocratie lors du changement de gouvernement.

  • G. Gilles Normand - Inscrit 28 octobre 2012 10 h 08

    Réflexion individuelle !

    Que chacun des partisans conservateurs réfléchisse aux conséquences malsaines de son option politique !