Médias - Radio poubelle et autres recyclages médiatiques

Voici la dernière chronique de l’année médiatique 2011-2012. Profitons-en donc pour entrevoir ce que nous réserve la prochaine. De quoi la rentrée automnale sera-t-elle faite dans les médias ?

La première grande surprise sera créée assez tôt avec le lancement de CHOI Radio X Montréal. La nouvelle radio parlée de Montréal va prendre le relais de Planète Jazz avant la fin de l’été.


Le 91,9 FM veut évidemment concurrencer le 98,5, qui domine outrageusement les ondes en accaparant entre le quart et le tiers des parts de marché pendant la journée. C’est énorme et cela suscite des convoitises. Le petit nouveau voudra aussi certainement arracher des bouts à la très vieille Première Chaîne, déjà bien affaiblie par le 98,5. Radio-Canada (RC) prévient le coup en annonçant la restructuration de son traitement de l’information, par exemple en créant une nouvelle émission interactive le midi.


Raynald Brière, directeur de RNC Média, promet de faire de la radio X de Montréal une « radio d’opinion », par opposition au 98,5 et au 95,1, qui feraient dans « l’information et le service ». Le patron jure, par contre, que sa chaîne ne versera pas dans le « trash », la radio poubelle quoi.


On verra bien. Dans la capitale, CHOI demeure la station la plus écoutée. La semaine dernière, un chroniqueur de l’émission du matin (que le 91,9 reprendra à Montréal à l’automne) y traitait le porte-parole étudiant Gabriel Nadeau-Dubois de « rat », de «petite pute» et de « morveux ». Des excuses ont ensuite été présentées.


Le risque de surchauffe idéologique et rhétorique semble bel et bien réel. D’autant que le Québec risque alors d’être en pleine campagne électorale sur fond de reprise de la crise étudiante. Ce contexte sera certainement favorable à un média qui a fait ses preuves ailleurs au Québec avec ses opinions fortes, tranchées, souvent populistes et de droite.


Le recrutement des futurs animateurs et chroniqueurs a commencé. Combien de commentateurs du Journal de Montréal se verront offrir un micro ?

 

Pour qui La Presse se fait-elle belle ?


Une autre grande innovation viendra du « projet iPad » que le groupe Gesca lancera peut-être même avant Noël. Selon des informations non confirmées, le bras médiatique de Power Corporation a déjà englouti plus de 60 millions de dollars dans le plan de dématérialisation intégrale de ses quotidiens maintenant regroupés en ligne sous la bannière lapresse.ca.


Des dizaines de surnuméraires ont récemment été embauchés pour remplacer les journalistes chevronnés en formation. Le projet force même l’adaptation du système de gestion de contenu (ou CMS, Content Management System) implanté au début de l’année dernière. La nouvelle famille de logiciels va permettre de passer de l’écriture à la mise en ligne de documents avant leur impression, la permutation des deux dernières étapes cristallisant la refondation en cours. Les cadres ont été dépêchés à l‘étranger pour se familiariser avec les techniques de pointe et les expérimentations porteuses.


Cette mutation stimule d’ailleurs de troublantes questions. Au fond, pour qui La Presse subit-elle le grand lifting ? Power Corporation va-t-elle conserver les entreprises du Groupe de communications Square Victoria, la filiale contrôlant Gesca, mais aussi La Presse télé ? Ces « marques » prestigieuses, créatrices de contenu multimédia, ne vont-elles pas attirer la convoitise de consortiums des télécommunications en manque de contenus payants à diffuser sur leurs plateformes ?


Les interrogations semblent d’autant plus légitimes que le « projet iPad » décline le modèle d’affaires de la téléphonie. Dans ce cas, l’abonnement au contenu dorénavant payant de lapresse.ca se fera en échange d’une tablette électronique. Un peu comme l’abonnement à un service sans fil se fait en échange d’un téléphone.


Les gros fournisseurs d’appareils et de bandes passantes, du contenant quoi, pourraient logiquement tenter d’intégrer les fabriques à contenu. Posséder le tuyau, c’est bien. Posséder en plus ce qui passe dedans, c’est mieux.


On pense à Bell Media, évidemment. Le géant canadien vient d’acquérir Astral Media, ses chaînes radio, ses stations de télé spécialisées. La guerre est ouvertement déclarée avec Québecor, l’autre grand joueur médiatique au Québec.


D’ailleurs, même si Bell n’achète pas Gesca, la compagnie a de bonnes chances d’être la fournisseuse principale des abonnements au projet iPad. Ce qui stimulera de toute manière le casus belli avec Québecor. Parce que certaines choses ne changent pas au fil des ans…

16 commentaires
  • Réal Giguère - Inscrit 26 juin 2012 07 h 36

    Ca va poigner

    Je peux tout de suite vous prédire que la radio-poubelle à Montréal ca va poigner.

    Toute la droite qui est orpheline, tous les cols rouges amateurs de gros 4X4, tous les banlieusards qui pestifèrent contre les ponts bloqués par la Classe, tous les contribuables tannés de payer pour les artistes subventionnés, vont avoir enfin une voix sur la Grande Ile

    Choc culturel violent pour le Plateau habitué à faire la pluie et le bon temps dans les médias montréalais.

    • Gérard Côté - Inscrit 26 juin 2012 09 h 54

      Étrange. Pendant que la droite administre sans partage pays et province à coups de c-38 et de loi 78 et mettant fin souvent aux débats parlementaires, pendant que les think thank de droite comme l'institut Fraser et l'institut économique de Montréal trouvent preneurs pour leurs études tendancieuses, pendant que Quebecor finance à coup de déficit la chaîne de droite Sun news, pendant que le Journal de Montréal et La Presse prennent en position éditoriale la droite, pendant tout ce temps des gens réclament quasi en martyrs de l'informatin le possibilité de pouvoir enfin exprimer leurs opinions dans des talks-radios pour contrer les opinions de gauche semble-t-il trop répdandues.

      Étrange.

      Faut dire que pendant ce temps le ministre Bachand déplore dans Le Monde l'envahissement des marxistes-lénistes dans les organisations étudiantes. Connaissez-vous ici ou ailleurs (sauf en Corée du Nord) un endroit dans le monde où il existe encore des marxistes-lénistes ? Il y en aurait une talle sur le Plateau. Un pragmatique ce Bachand.

      Doublement étrange.

      Gérard Côté

    • Stéphane Laporte - Abonné 26 juin 2012 13 h 26

      Encore cette ce pénible antiplateau. Comme s'il n'avait que dans ce quartier que les gens réfléchissaient et tendait à gauche! Ridicule! Une bête réduction géographique qui cache un manque flagrant de vision analytique.

  • Jacques Beaudry - Inscrit 26 juin 2012 09 h 43

    on peut l'éviter

    La radio poubelle c'est fait pour ceux qui se lèvent en "criss" et qui se couchent en "tabarnaque". Ils trouvent dans la poubelle tous les matins la nourriture pour entretenir leur état toute la journée. Ils sont comme dans un coma idéologique qui nourrit les sentiments humains les plus obscurs. Ils sont sur un fil près à sombrer dans la dépression. Rébarbatifs aux changements et peu enclins à comprendre et à accepter que la différence mérite le respect. On peut éviter les effets de poubelle en syntonisant une radio qui fait entrer autre chose dans notre tête. La sérénité est ailleurs.

    • Réjean Grenier - Inscrit 26 juin 2012 11 h 51

      Tout simplement, Jacques Beaudry...bravo!

      Et qui voteront libéral par dépit.

      Ils nous faut continuer à leur parler, ils finiront
      peut-être par comprendre.

      Réjean Grenier

    • Bastien Carrier - Inscrit 26 juin 2012 11 h 55

      comme vous dites monsieur Beaudry, la radio poubelle s'édifie sur nos tendances et pulsions les moins édifiantes. Elle ne diffuse presque pas d'information, à proprement parler, mais plutôt des réponses toutes faites qui visent à alimenter la rancune et le ressentiment des individus les moins chôyés par la société. La frustration des gens les moins bien nantis intellectuellement se voient ainsi gavée par un média qui lui ne veut rien d'autre que son propre enrichissement, et ce, au prix d'un endoctrinement quasi-systématique.

      Le ressentiment est une drogue dont on ne se débarasse pas aisément! Plus on nourrit nos auditeurs avec de l'information "fast food" plus ils auront de misère à vraiment réfléchir et recevoir d'informations réelles, c'est-à-dire : aussi complexe que la réalité. À son point culminant, l'addiction à une telle rhétorique de très bas niveau devient grave, car elle finit par orienter et justifier les choix personnels des individus devenus dépendants. Une fois à ce point, oser critiquer les "informations" de la radio poubelle revient à critiquer sa propre vie...

      Il est donc important pour chacun de prendre garde et de réaliser qu'on ne combat pas la misère et les problèmes par la rancune. La radio poubelle et les médias populistes ne veulent pas donner une voix aux travailleurs ni aux exploités, mais bien nourir leur haine afin de l'utiliser dans leur propre intérêt. On ne vise pas l'amélioration de la situation, mais son maintien (Radio X s'est battu pour quoi déjà? N'était-ce pas justement pour sa propre sauvegarde?)

    • Stéphane Laporte - Abonné 26 juin 2012 13 h 31

      Beau texte.

    • François Dugal - Inscrit 26 juin 2012 17 h 25

      Et le CRTC, ça sert à quoi?

  • François Dugal - Inscrit 26 juin 2012 09 h 56

    Un auditeur en moins

    J'étais un auditeur assidu de Planète Jazz. La Radio X, très peu pour moi.
    Ce changement est une grande perte pour Montréal.

    • Daniel Normandin - Inscrit 26 juin 2012 17 h 09

      Une station de radio que personne écoutait. Le CRTC donne des permis de radiodiffusion à n'importe qui pour n'importe quoi. Espace-musique diffuse du Jazz tous les jours de la semaine pendant deux heures et demies que personne écoute. Il faudrait bien un jour revoir et analyser le rôle du CRTC dans notre nouveau monde. J'espère que le parti conservateur va se mettre à l'ouvrage là-dessus.

  • Jocelyn Boily - Inscrit 26 juin 2012 11 h 26

    Radio poubelle

    Bonne chance Montréal car la radio poubelle de Québec détruit tout sur son passage ce qui est de gauche

    Jocelyn Boily

  • Stéphane Laporte - Abonné 26 juin 2012 13 h 32

    hahaha

    «Le patron jure, par contre, que sa chaîne ne versera pas dans le « trash », la radio poubelle quoi.»
    Laissé moi rire.