Les ripoux

Interrogée il y a deux ans sur les raisons de l'omniprésence de représentants de firmes de génie-conseil à ses cocktails de financement, Nathalie Normandeau avait répondu qu'il s'agissait simplement d'une «petite tape sur l'épaule» pour l'encourager à poursuivre son bon travail.

Sur le coup, on n'avait peut-être pas pris toute la mesure du cynisme des propos de la vice-première ministre. Les dernières révélations des collègues de l'émission Enquête, à Radio-Canada, permettent de l'apprécier pleinement.

Résumons. Une firme de génie-conseil, en l'occurrence le groupe Roche, et un entrepreneur aujourd'hui accusé de fraude et de corruption, Lino Zambito, organisent des cocktails en l'honneur de Mme Normandeau, alors ministre des Affaires municipales, qui permettent de verser des centaines de milliers de dollars à la caisse du PLQ.

À l'occasion d'une de ces agapes, la ministre annonce qu'une subvention de 11 millions, que ses propres fonctionnaires avaient pourtant refusée, permettra finalement la mise aux normes de l'usine d'épuration de Boisbriand. Surprise! Roche et l'entreprise de M. Zambito, dont la collusion est manifeste, raflent les contrats.

Il n'y avait aucun lien entre les cocktails et la subvention, assure Mme Normandeau. En annulant la décision de ses fonctionnaires, elle a simplement fait preuve «de souplesse et de créativité». Quant aux billets pour le spectacle de Céline Dion, offerts plus tard par M. Zambito, elle ne pouvait tout simplement pas les refuser.

Il serait difficile d'illustrer de façon plus éclairante un système qui est dénoncé depuis des années et qui se trouve au coeur du mandat confié à la commission Charbonneau. Tous les éléments de la chaîne y sont. Il reste à espérer que la commission sera aussi efficace.

***

Elle ne sera pas la première à s'intéresser à la question. En 2006, la commission Moisan avait évoqué le cours de «contributions 101» qu'un homme d'affaires qui collectait des fonds pour le PQ, Marcel Melançon, avait donné au patron de Groupaction, Jean Brault, immortalisé par la commission Gomery.

«Monsieur Melançon lui fit la comparaison suivante. On peut regarder l'avion passer, on ne va nulle part. Pour voyager, il faut acheter un billet. Si on choisit la première, on obtient plus de confort qu'en classe économique», peut-on lire dans le rapport. Bref, plus tu contribues, plus ça peut rapporter.

À en croire Gilles Cloutier, cet ancien vice-président du groupe Roche qui s'est confié aux collègues d'Enquête, il y a très longtemps que les firmes de génie-conseil maîtrisent la technique des prête-noms.

Dans le cas de Groupaction, c'est une employée du PQ, Ginette Boivin, qui avait dû expliquer à M. Brault comment contourner les dispositions de la Loi sur le financement des partis politiques en utilisant ses employés comme prête-noms.

Si le PQ a eu recours à des méthodes illégales, c'est vraisemblablement avec plus de modération que les libéraux. Hier, les porte-parole péquistes reprenaient à tour de rôle une compilation effectuée en 2010 par Le Devoir à partir des chiffres publiés par le Directeur général des élections.

Les contributions à la caisse libérale explosent littéralement quand les libéraux sont au pouvoir. Entre 2003 et 2008, elles ont totalisé en moyenne 8,3 millions de dollars par année, comparativement à 4,3 millions entre 1994 et 2002. Au PQ, la moyenne était de 4,6 millions durant les années de pouvoir, mais a plutôt augmenté à 4,8 millions dans l'opposition. De toute évidence, l'espoir d'un retour d'ascenseur est plus grand quand les libéraux sont au pouvoir.

***

Cette semaine, la Foundation for Democratic Advancement, un organisme de promotion de la démocratie basé à Calgary, a accordé au Québec et au Manitoba une note de A+ pour l'excellence de leur régime de financement des partis politiques, mais son porte-parole a reconnu qu'il s'en est tenu aux textes de loi, sans en vérifier l'application.

Pendant plus de vingt ans, tous les partis représentés à l'Assemblée nationale ont chanté les louanges de la loi adoptée en 1977, présentée comme la troisième merveille que le Québec avait offerte au monde, après Céline Dion et le Cirque du Soleil.

Durant tout ce temps, ils sont demeurés sourds aux demandes du DGE qui réclamait un resserrement des règles. Pourtant, tout le monde savait parfaitement à quoi s'en tenir. Le récent abaissement du plafond des contributions à 1000 $ — et éventuellement à 100 $, comme l'a promis le PQ — rendra plus difficile le recours aux prête-noms, mais il ne changera pas la nature humaine.

En créant la commission Charbonneau, le premier ministre Charest pensait peut-être faire l'économie d'un débat sur l'intégrité au cours de la prochaine campagne électorale, mais les squelettes ont une fâcheuse tendance à sortir des placards et le Plan Nord a de quoi faire saliver les ripoux.

Nathalie Normandeau assure que le dossier de l'usine d'épuration de Boisbriand a été géré dans les règles. Même si le Commissaire à l'éthique et à la déontologie n'y a rien vu d'incorrect, sa nomination au poste de vice-présidente au Développement stratégique de la firme Raymond, Chabot Grant, Thornton, très intéressée au Plan Nord, laisse pourtant perplexe.

À voir en vidéo