La ministre fait fausse route

La réponse est venue, claire et nette, de Guy Rocher. La hausse des droits de scolarité, imposée par le gouvernement Charest, ne serait acceptable que pour les étudiants issus de milieux aisés. Tous les autres qui risquent de s'endetter encore davantage pour mener à terme des études qu'ils auront choisies, seraient placés devant des choix difficiles qui représentent une injustice dans notre société. Moi, je vote Guy Rocher.

La ministre s'est peinturée dans le coin, c'est évident. Dans son désir de servir son maître Jean Charest, elle a négligé de mesurer la réaction du milieu étudiant dont on affirme trop souvent qu'il ne peut pas réfléchir par ses propres moyens. Depuis le temps que les politiciens ont tendance à dire que les jeunes ne s'intéressent à rien, qu'ils ne sont pas des citoyens à part entière et que les problèmes de la société dans laquelle ils vivent les laissent complètement indifférents, depuis le temps qu'on les traite comme des bébés la la, la surprise, forcément, a dû être grande devant leur cohérence et leur combativité. 200 000 étudiants dans la rue pour une autre raison que faire le party, ça surprend.

La ministre a pensé qu'il suffirait de dire que la décision était prise et qu'il n'était pas question de reculer pour que ces petits tannants rentrent tranquillement dans les salles de cours. Elle n'avait certainement pas prévu qu'ils lui tiendraient tête pendant neuf semaines sans se démobiliser et sans vraiment dépasser les bornes. Ils ont même réussi par leur comportement à emporter l'adhésion de plusieurs professeurs et surtout de beaucoup de parents qui sont fiers de leurs enfants comme ils ne l'ont pas été depuis longtemps. La ministre est complètement déroutée.

Surtout qu'il n'est pas très évident que le choix qu'elle défend est vraiment le sien. La présence du «souriant» ministre des Finances à ses côtés, au moment d'annoncer que le gouvernement avait choisi de permettre l'augmentation de la dette des étudiants en difficulté comme seule solution à la crise, donnait à penser qu'elle ne voulait plus porter le dossier toute seule, ce qu'elle a beaucoup fait il faut bien le reconnaître. Le premier ministre, qui devrait lui apporter tout son soutien dans l'épreuve de force qu'elle vit, préfère jouer le peddler du Plan Nord en pays étranger pendant ce temps. Si ce que répète la ministre ressemble à une cassette, apprise par coeur et sans possibilité de changer un seul mot, c'est peut-être bien parce que c'en est une.

Guy Rocher affirme que la lutte des étudiants est juste. Il a raison. Si bien qu'il n'y a qu'une solution, c'est de remettre toute la question sur la table et de négocier de bonne foi pour trouver une solution. Il paraît évident qu'il faudra en arriver à la gratuité scolaire, qui va dans le sens de tout ce que le Québec a choisi de développer depuis 1960. Comment le faire, comment y arriver et dans quels délais sont les questions auxquelles il faut trouver des réponses. Le blocage des dernières semaines aura au moins servi à ça.

Le ministre des Finances va refaire ses devoirs, car il semble avoir oublié qu'il n'occupe le poste qu'il occupe que par la volonté de la population qui reste son seul vrai patron durant son passage en politique. Même chose pour la ministre de l'Éducation. Le problème, c'est que quand on reste trop longtemps au pouvoir, on finit par penser qu'on est propriétaire du gouvernement. C'est une grave erreur.

Je n'arrive pas à me mettre dans la tête que nous allons payer collectivement pour enseigner l'anglais à des francophones au Québec, pour construire un aréna pour accueillir un éventuel club de hockey ou pire, pour asphalter les routes vers les mines du Plan Nord, des routes qui serviront à des compagnies minières à s'enrichir généreusement, et que nous ne pourrions pas instruire tous nos enfants en investissant dans leurs cerveaux dont nous risquons d'avoir bien plus besoin que de tout le reste. Il est temps de nous poser les bonnes questions.

Le sujet n'est pas banal. C'est de l'avenir de nos enfants dont il est question. Et c'est aussi de l'avenir de notre société dont nous parlons. Il faut nous montrer exigeants, car la survie de ce peuple parlant français en Amérique du Nord n'est pas garantie. Ce que nous bâtissons depuis 1960, ce sont des outils de développement essentiels à notre apport au monde d'aujourd'hui. Notre démarche est d'autant plus valable qu'elle ne suit pas de modèle établi ailleurs et que nous restons maîtres de faire des choix qui sont authentiquement les nôtres.

Je salue cette jeunesse marchant dans les rues à la recherche de réponses aux questions qu'elle se pose. Sa quête d'identité me rassure tout à fait.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

62 commentaires
  • lucge - Inscrit 13 avril 2012 03 h 08

    Nos enfants

    Mme Payette,
    Vous ne pouvez pas vous imaginer comme j’approuve votre texte ce matin. Ces étudiants sont en train de nous faire la leçon. Je déplore la stratégie gouvernementale qui semble réussir avec une partie de la population, statégie utilisée par certains médias également qui consiste à les faire passer comme s'ils étaient des criminels. LES ÉTUDIANTS, un peu comme il y a LES HELL ANGELS, etc. Je tiens à rappeler que ce sont NOS ENFANTS avant tout.

  • Guillaume Bard - Abonné 13 avril 2012 04 h 08

    Vous saluez cette jeunesse...

    Et moi, je vous salue, Lise Payette. J'apprécie vos propos, et votre ton. Vous avez raison de dénoncer les agissements absurdes de Beauchesne Bachand et compagnie. Comme Guy Rocher, on peut prôner la gratuité. On peut aussi prôner le gel, ou même à la limite une hausse raisonnable, proportionelle à l'augmentation du coût de la vie (à condition toutefois que la nécessité d'une telle hausse soit démontrée). Mais dans tous les cas, le refus de dialoguer de la ministre Beauchamp, son entêtement borné, son mutisme, son mépris à l'égard de ses interlocuteurs étudiants sont tout à fait inacceptables. Cette inaction et cette stratégie du pourrissement sont non seulement irresponsables, elles sont de plus en plus dangereuse. Un gouvernement qui mise sur l'effritement de la paix sociale pour se faire du capital politique et pour affirmer son "leadership" (sans y parvenir à mon avis) ne mérite pas de gouverner.

  • Jeannelle - Inscrit 13 avril 2012 05 h 01

    Merci Lise Payette

    Vous avez tout dit !

    J'ai déjà écrit à la Ministre de l'Education il y a quelque temps et j'espère qu'elle vous lira aujourd'hui.

    Une retraitée de l'Education

  • Catherine Paquet - Abonnée 13 avril 2012 05 h 34

    La gratuité

    Mme Payette, vous savez très bien que la gratuité scolaire coûte très chèr. Prenons l'exemple de la France. Les Présidents ont tous admis que la gratuité des études a été puisée dans l'enveloppe de la Sécurité sociale, toujours à crédit, et que la dimension du "trou de la Sécu" risque d'engloutir la France entière. Il faudrait nous dire combien de citoyens sont pr`ts à ce que gouvernement "vienne encore puiser dans leurs poches" pour payer les frais de ceux qui ne veulent pas payer. Faire payer les entrerpises. Vous connaissez la réponse de vos collègues de l'époque qui soutenaient et qui soutiennent toujours qu'il faut des mesures incitatives pour attirer des entreprises et créer des emplois.

    On a bien compris que la gratuité demeurait un bel objectif souhaité au moins depuis la Révolution tranquille, mais que de souhaits formulés à cette époque sont demeurés à l'étape de souhaits. Pour faire avancer cette gratuité que tout le monde trouve juste, mais chère, il faudrait que vous trouviez au moins 3 ou 4 députés de l'Assemblée nationale qui seraient disposés à en discuter. Mais ne comptez pas sur les partis politiques qui aspirent au pouvoir maintenant.

  • parade21 - Abonné 13 avril 2012 05 h 35

    Gratuité scolaire et garderie à 7 $

    Le Québec ne s’est pas trompé quand il a pris le virage politique et révolutionnaire, même tranquille, dans les années 60. Manifestement, ce grand chantier n’est pas terminé. Et il est très certainement plus riche d’avenir que le Plan Nord de John, Duplessis, Charest.

    On nous apprend aujourd’hui que les garderies à 7 $ constituent un bon placement social et économique pour l’État. Et probable qu’on en arriverait à la même conclusion si on instituait la gratuité scolaire. Un beau projet de société et un bel enjeu électoral lors de la prochaine élection?

    Il faudra bien un jour aller au bout de la Révolution tranquille et faire l’indépendance. Je vote aussi Guy Rocher et… Lise Payette.

    • Roland Berger - Inscrit 13 avril 2012 22 h 18

      Personne du Parti libéral ne semble vouloir mener l'étude qui démontrerait noir sur blanc que la gratuité scolaire est un excellent placement, comme les garderies à 7 $. Pourquoi donc ?
      Roland Berger