Et puis euh - Bruits de fond

Parlez-moi un peu de ça. Il doit s'agir de résilience, ou de quelque chose d'approchant. Quand les circonstances sont contre vous, genre, en vertu d'un sombre complot ourdi par les forces du mal, et que vous parvenez à vous relever les manches même si vous êtes en camisole et à surnager en aux troubles, en quelque confuse sorte.

Exemple patent: Novak Djokovic. Le tennisman serbe connaît une année de rêve, lui qui n'a perdu qu'un match, à Roland-Garros, de toute la saison jusqu'à maintenant. Or à mi-chemin du tournoi de Wimbledon, le week-end avant-dernier, Djokovic avait fait part de son «état de détresse». Motif: son caniche Pierre, qui l'accompagne partout (et possède un compte Twitter), avait été interdit d'entrée en Grande-Bretagne et il était donc retenu en France. Une «source dans le camp Djokovic» avait même indiqué au Daily Telegraph de Londres que le jeune homme était «vraiment en colère».

Et au bout du compte, c'est qui qui a gagné Wimbledon? En plein cela. N'est-ce pas sublime quand un seul individu se lève et pourfend à sa manière la bêtise des autorités?

Par ailleurs, il y avait hier matin dans le métro un intellectuel qui parlait tout seul et frappait avec un bâton sur une chaudière. Sans arrêt. Il avait l'air de se trouver pas mal drôle, malgré les regards courroucés de ses voisins, dont j'étais. Une chance que je n'avais que deux stations à faire, sinon je serais sans doute en train d'écrire ceci vêtu d'une camisole de force (le thème d'aujourd'hui est effectivement la camisole).

Puis, à tête reposée, je songeai à cet autre génie qui faisait jouer de la musique de poil à fond la caisse dans son bazou et j'en arrivai à une conclusion provisoire: l'humain ne se sent jamais autant exister que lorsqu'il fait du bruit.

Et puisqu'il est question de tennis et de bruit, le lien vers les joueurs, et surtout les joueuses, qui s'époumonent à chacun de leurs coups ne tarde pas à surgir. Il s'agit d'un problème qui va croissant, a dit le directeur du tournoi de Wimbledon Ian Ritchie, avec la jeune génération qui n'a pas été «éduquée» à l'étiquette à observer sur un court.

On croirait parfois entendre quelqu'un se faire torturer. Cette année, la championne à l'All-England Club a été Victoria Azarenka, du Belarus, qui a été mesurée en train de mugir à 95 décibels. Selon mon tableau comparatif, ce serait l'équivalent d'une rame de métro circulant à 200 milles à l'heure. (Personnellement, je n'ai jamais vu ou entendu un train souterrain circuler à 200 milles à l'heure, mais bon, l'un des grands plaisirs de la vie consiste à imaginer des choses.)

La marque historique appartient à Maria Sharapova, qui a été enregistrée à 105 décibels en 2009, tout juste en deçà de la tondeuse à gazon.

La BBC a reçu tellement de plaintes qu'elle a mis en service cette année un gadget que l'on peut télécharger. NetMix permet d'abaisser le son en provenance du terrain et d'augmenter celui des commentateurs, et vice-

versa. Évidemment, certaines langues pas propres ont persiflé que, dans bien des cas dans d'autres sports, il serait plutôt tentant de faire taire les commentateurs.

Et étrangement, quelques exemples se pointent aussitôt dans notre esprit.

***

Vous serez heureux d'apprendre qu'avait lieu hier à Coney Island, à New York, le championnat annuel d'ingurgitation de hot-dogs présenté par Nathan's. Un événement proprement enchanteur, qui fait ressortir le meilleur de l'humain, cette merveilleuse bête qui cherche à se désennuyer en attendant la mort par tous les moyens possibles, dont l'empiffrage n'est pas le moins exotique. Il est rassurant, après tout, de savoir qu'on ne crèvera pas de faim.

Selon un sondage pas très scientifique mené sur espn.com, 82 % des répondants croient que la gloutonnerie de compétition n'est pas un sport, mais qu'à cela ne tienne. Pour une analyse de la discipline sous toutes ses coutures, il fallait se rendre, ces jours derniers, sur des sites à caractère sportif. Nomenclature des denrées utilisées: un gars a déjà mangé trois oignons crus en moins d'une minute, un autre se spécialise dans le beurre, et ainsi de suite jusqu'à la nausée, comme disait Jean-Paul Sartre, qui croyait d'ailleurs que tout cela et le reste n'ont aucun sens. On pouvait même retrouver un épisode de l'excellente série Sport Science, dans lequel on expliquait l'importance d'avoir une mâchoire développée, un oesophage leste et un estomac indépendant d'esprit.

Cela pour dire que le Californien de 27 ans Joey «Jaws» Chestnut a remporté un cinquième titre mondial consécutif en avalant 64 chiens chauds en 10 minutes, lui dont le record de tous les temps établi en 2009 est de 68. Chez les dames, Sonya «The Black Widow» Thomas, 43 ans — ainsi surnommée parce qu'elle peut vaincre des mâles beaucoup plus gros qu'elle, qui fait 5 pieds 5 pouces et pèse 100 livres —, s'est imposée avec 40 hot-dogs dans ces mêmes 10 minutes. Sa marque personnelle est de 41 (et de 65 oeufs durs, son aliment préféré bien qu'elle ne soit pas difficile, en 6 minutes 40).

Pour vos archives, on notera par ailleurs que Major League Eating, le circuit qui encadre cet exercice hautement technique, qualifie ses joueurs d'«armes de digestion massive».

Oui oui: tant de chemin parcouru depuis l'amibe pour en arriver là.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 5 juillet 2011 06 h 01

    Que ça procure grands bienfaits que ceux de lire votre...

    ...enjouée, ludique et, à la fois, respectueuse prose sur la description de faits vécus : les décibels de ces dames, les «chiens-chauds» de madame et de monsieur», cette mention de la Major League Eating, le «Pitou» laissé en France. Votre papier, Monsieur Dion, fort loin de ces descriptions de d'autres comportements humains aux saveurs et couleurs si fades ! Je fais référence aux acteurs(trices) d'un certain monde politique.
    Je resalue votre humour, dilateur de rate. Plus encore, je me permets de remercier cet humour d'avoir élu domicile chez-vous et avec vous. Y a peut-être de la maman ou du papa derrière «ça» ?
    Mes respects,
    Gaston Bourdages
    Simple citoyen - écrivain en devenir
    Gaston Bourdages.
    www.unpublic.gastonbourdages.com

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 5 juillet 2011 08 h 51

    Au secours!

    Il y a plusieurs siècles, Hélène Pelletier a «arraché» un set (ou peut-être une simple partie) à la grande Martina Navratilova. Depuis ce temps glorieux, madame Pelletier est devenue commentatrice à RDS. Et elle parle, parle et parle encore. Pourriez-vous lui expliquer qu'elle n'est pas à la radio mais à la télé? que si le joueur (ou la joueuse) frappe un coup gagnant en parallèle, il n'est pas nécessaire de nous raconter que le joueur (ou la joueuse) a frappé un coup gagnant en parallèle?

    Il est vrai qu'on peut appuyer sur le bouton «mute» dès que madame ouvre la bouche, mais le risque est grand d'attraper une tendinite du pouce. Alors on va à TSN et on se plaindra de l'anglicisation de nos populations sportives et laborieuses.

    Pierre Desrosiers
    Val David

  • Samuel Pothier - Inscrit 5 juillet 2011 11 h 21

    Heu... et c'est ainsi qu'Allah est grand.

    On aimerait voir M. Dion écrire un roman : ça ranimerait l'austère littérature francophone.

  • homocalculus - Inscrit 6 juillet 2011 14 h 10

    Bruits de fond--hot dogs etéééstupidité humaine.

    Wow! L'être humain et capable du meilleur mais aussi du...pire!
    Vos exemples en disent long sur la deuxième option.
    Vous connaissez sans doute la Loi de la Normale ou Courbe en Cloche.
    Sous la partie la plus haute de la cloche, on retrouve les gens...moyens; en allant vers la gauche de la cloche, on retrouve les plus doués en allant vers les...génies; en allant vers la droite de la cloche, on retrouve les moins brillants en allant vers les...idiots!
    Mais ce serait le même phénomène, si on inversait la gauche pour la droite... Vous saisissez?
    Et parlant de...bruits, je suis d'avis (étant musicien moi-même) que le genre de "musique" dit Heavy metal et certains Rockn'roll sont des musiques "débilitantes". Palez-en à des gens "qualifiés" qui sont des musiciens professionnels qui ont arduement étudié la musique "intelligente". Mais je ne me fais peut-être pas des amis ici! So What!
    Amen
    HOMOCALCULUS
    maurice.bernard@videotron.ca

  • Chambord - Inscrit 6 juillet 2011 22 h 25

    Dernier degré

    Peut-être que quand qu'on veut pas t'être jamais au premier degré on risque dans mon livre à moi de le rester lentement mais sûrement.

    À bon entendement, salut.