Long-courrier

Des villages la nuit

J'ai un beau problème. Nous sommes quatre copines étudiant l'italien depuis de nombreuses années et nous avons l'occasion de partir pour l'Italie durant une quinzaine de jours. Les régions se sont choisies d'elles-mêmes, c'est-à-dire les Langhe et la Toscane, car nous y disposerons de deux maisons.

Nous avons entre 55 et 73 ans. L'une aime les voyages sac au dos avec beaucoup de marche, peu d'endroits touristiques au sens commun du mot; l'autre aime les villes, les églises, les musées et peu la marche: c'est celle de 73 ans. Comme c'est par mon intermédiaire que nous aurons les maisons, je me sens un peu responsable du succès de l'expédition.

«Pouvez-vous nous suggérer les points forts à voir dans les deux endroits? En Toscane, nous sommes près de Bolgheri et dans les Langhe, à Bossolasco. Nous pensons passer une semaine dans les Langhe et une semaine en Toscane et nous partirons le 2 ou le 3 septembre. Évidemment, nous louerons une voiture et nous sommes capables de mettre de l'eau dans notre vin même en Italie!


Monique, Beauport

Je sais que votre prénom est Monique et que votre port d'attache est Beauport, mais permettez-moi de vous appeler, telle une comtesse toscane, Monique de Beauport. Votre demande est comme un vidéoclip. Je vous imagine un peu vous séparant au détour d'une route, l'une prenant à pied un chemin des Langhe mal indiqué et l'autre revendiquant le musée de la Cathédrale à Lucques. Ah! que Dante et Eco doivent être contents. Le premier pour la syntaxe, le second pour la synthèse.

Dans les Langhe, il y a un itinéraire sympa appelé Route de la noisette qui passe par les villages de Rochetta Belbo, Cortemilia, Cravanzana, Feisoglio, Cissone, Albarello et Benevello.

Pour la Route des vins, les cépages sont là: barolo, barbasresca, barberam nebbiolo, dolcetto, pelaverga, freis, grignolina, arneis, favorita, moscato et brachetto.

Alba est à conseiller. En plus d'être le bunker de la truffe blanche, c'est une ville agréable (le marché de la via Maestra offre tous les produits régionaux) avec des parcours quotidiens dans les villages avoisinants pour découvrir les producteurs.

C'est dans cette région également, à Bra, qu'a commencé le mouvement Slow Food initié et dirigé par Carlo Petrini, qui se bat pour renouer avec les plaisirs de la bonne chère et sauvegarder les aliments en voie de disparition. www.langhe.com.

Quant à la Toscane, votre position près de Bolgheri vous assure la Route des cyprès. Bibonna et la côte des Étrusques sont à portée de Fiat. Lucques, Carrere, Sarzana, Voltere sont à percher à vos souvenirs. Je ne parle même pas de Florence ou de Sienne. C'est vous dire à quel point les séparations vont être terribles...

Tchin! Tchin!

À défaut de voyager, je lis vos chroniques avec grand plaisir. Mais cette fois, c'est décidé, je pars pour la Chine en compagnie d'un couple d'amis. Pour un voyage de 21 jours, avec excursions et croisières, les tarifs de Sinorama me paraissent très raisonnables. Des connaissances qui avaient fait le même circuit étaient revenues ravies de leur expérience. www.vacancesinorama.com/fr/gs/index.php?id=la-chine-21-jours-b.

Sinorama proposait de jumeler les voyageurs solitaires. En six mois, semble-t-il, personne ne s'étant montré intéressé à partager ma chambre, je me suis donc retrouvée avec un supplément de 990 $ à payer. L'agence ne fait guère de zèle pour accommoder les clients qui le désirent. Qu'en est-il en général?

Un supplément pour la chambre est justifié dans la mesure où les hôtels l'imposent, mais beaucoup d'établissements louent des chambres à prix fixe, que l'on soit une ou deux personnes à les occuper. Après avoir vérifié sur Internet, il semble que ce soit le cas du Four Points Sheraton de Pékin, où l'on doit passer les premières nuits.

Pour ce voyage, le prix demandé en occupation double est de 3299 $ par personne, ce qui comprend les vols internationaux, cinq vols domestiques, le transport en autocar, les repas, les visites, une croisière (trois nuits), les guides et accompagnateurs, les taxes et le fonds d'indemnisation. Demander un supplément de près de 1000 $ pour les voyageurs en solo me semble un peu disproportionné.

Il serait temps que les hôteliers tiennent compte du fait que nous serons de plus en plus nombreux à voyager seuls, quitte à nous offrir des chambres aux dimensions plus modestes. J'aimerais avoir votre opinion sur le sujet. Auriez-vous la gentillesse de ne pas mentionner mon nom? Je ne tiens pas à ce qu'on sache que je me pousse en septembre!


Bertholdine Muslak, pôle Nord

J'espère qu'avec ce nom-là, on ne vous reconnaîtra pas. Beaucoup de gens jurent que Sinorama, c'est bien, surtout parce que ce n'est pas cher. C'est vrai, mais vous en avez pour votre yen. Pour moi, c'est un peu le McDo de la visite sinocanadienne.

Vous remarquerez un détail... Au restaurant du midi, vous serez au milieu d'un marchand de bébelles où vous aurez fait la queue pendant de longues minutes. Il y a 10 ans à peine, vous auriez été les seuls touristes à faire la file. Mais avec les armadas chinoises autocarisées qui défilent de plus en plus à l'intérieur du pays, c'est comme des restos sans saveurs qui solderaient leurs nouilles. Les queues s'allongent, pas les soupes.

Pour les personnes qui vont en Chine, à Macau ou à Hong Kong, avec des enfants, et particulièrement une petite fille, attendez-vous à ce que la prunelle de vos yeux soit prise d'assaut par des illuminés du Kodak. J'ai dû faire observer un cordon sanitaire autour de ma fille lors de notre séjour chinois, sous peine qu'elle se voie étouffer par des malhabiles de Confucius ou de Bouddha. Dire qu'on se demande si la p'tite dame ridée de Shanghai peut se faire photographier sans demande initiale... Et attendez, gens de Laval. Il y aura dans quelque temps des autocars entiers qui débarqueront devant votre piscine, creusée ou non, pour immortaliser les bonheurs canadiens!

Mais revenons à nos baguettes et au contenu de votre missive: quand vous avez commencé à manifester votre impatience au sujet de votre prétendu jumelage qui ne se faisait pas, Sinorama vous a indiqué qu'une femme charmante nommée Paulette, de Mesa, en Arizona, partagerait votre espace vital. Pour avoir essayé, vous avez réalisé que Paulette est autant en partance dans votre chambre qu'une comète au-dessus de l'Arizona.

Vous avez donc essayé plusieurs façons d'avoir des nouvelles de Paulette auprès de Sinorama. D'où votre missive, qui se termine par ceci: «La première, c'est celle que j'adressais à Dona la semaine dernière: "Pour les jumelages, donnez-vous la priorité à ceux qui réservent les premiers ou à ceux qui n'acceptent de partir qu'à condition d'avoir un jumelage?" La seconde: "Paulette part-elle toujours le 29? Si oui, comment faire pour la joindre? Et finalement, pourquoi ne vous en occupez-vous pas? Pour ma part, j'aurais certaines réticences à discuter de ce genre de choses avec une parfaite inconnue sans passer par l'intermédiaire de l'agence de voyages avec laquelle je fais affaire."»

Pour la petite histoire, ce ne sont pas tous les hôtels qui exigent un supplément pour une chambre en occupation simple. Mais la plupart des établissements proposés par Sinorama ont cette pratique, comme vous avez pu le constater: le Xi'an Grand Empark Hotel (5 étoiles) en est un exemple. Cela dit, une chambre simple en Chine n'est souvent pas plus chère qu'une chambre double. On leur parlera du droit et du non-droit, de mon ami avocat du voyage, Me Daniel Guay, d'un peu d'Office de la protection du consommateur et de quelques solitaires indignés...

Guides francophones

Le 28 mai dernier, vous donniez une référence à un lecteur sur des guides francophones à Rome. Existe-t-il pareils services à Venise, Milan, Florence et sur la côte almafitaine? Étrangement, mes recherches sur Internet me laissent croire que les visites guidées ne sont offertes qu'en anglais ou en italien.

Alain Villeneuve, Gatineau

À Venise: www.guidevenise.com. À Milan: www.beoglobe.com/p/detail.php?lang=fr&id_guide=1917. À Florence: www.guiderome.com/florence-visite-insolite-hors-des-sentiers-battus.htm. Pour la côte amalfitaine, je ne connais pas de guides qui font leurs visites spécifiquement en français. Mais il y a des étudiants à l'Office de tourisme de Sorrente qui sont des guides sommaires. Et des chauffeurs privés qui jouent aux guides. Mais attention aux tarifs, il faut négocier avant... 70 $ est le maximum pour une demi-journée en voiture.

Bonnes adresses

Je voudrais ajouter une information à votre chronique. Il existe à Prague une agence de tourisme qui fournit des renseignements et des services en français. Les gens sont accueillants, sympathiques, chaleureux et fort compétents. Il s'agit d'Avant-Garde Prague. Nous avons fait affaire avec cette agence à nos deux derniers séjours à Prague et c'est avec grand bonheur que nous avons retrouvé leurs conseillers. Qui plus est, à notre retour, nous avions un courriel de leur part s'enquérant de notre retour et du degré de satisfaction non pas de leurs services mais de notre séjour en République tchèque, particulièrement à Prague.

Lorsque nous sommes dans un pays où la langue a si peu de lien avec le français ou l'anglais, il est rassurant de savoir qu'on peut s'adresser dans notre langue à des gens qui sont heureux de nous aider. Avant-Garde Prague, 63/3 110 00 Prague Vieille Ville, République tchèque, 420-226-235-080, www.avantgarde-prague.cz.

***

lkiefer@ledevoir.com

www.ledevoir.com/liokiefer

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.