La toundra

À l'époque où le gouvernement Bouchard faisait croisade pour atteindre le déficit zéro, Bernard Landry évoquait les «vallées verdoyantes» qui attendaient les Québécois après des années de durs sacrifices.

L'actuel ministre des Finances est d'un naturel moins lyrique, mais l'esprit de son discours est le même. «La tendance de fond nous ouvre de formidables perspectives, je dirais même des perspectives sans précédent dans notre histoire», a-t-il déclaré hier.

L'enflure verbale est à la mode ces temps-ci au gouvernement. Dans le discours inaugural, le premier ministre Charest a lancé le plus sérieusement du monde que le Québec était un modèle pour la planète entière. À entendre le discours sur le budget d'hier, il fallait cependant faire un très gros effort d'imagination pour entrevoir le pays de cocagne.

Certes, il y a le Plan Nord. M. Bachand a déclaré qu'il ne voulait pas priver sa collègue des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, du plaisir d'en dévoiler prochainement les détails. Il est vrai que la pauvre a bien besoin d'un petit remontant après tous ses déboires avec le gaz de schiste, mais cet interminable strip-tease commence à prendre des allures de farce.

En toute justice, on peut difficilement reprocher au gouvernement de ne pas dépenser l'argent qu'il n'a pas, mais cela n'excuse pas la poudre aux yeux. Soit, la crise qui a ébranlé les marchés financiers a forcé tous les gouvernements à réviser leurs plans, mais elle avait déjà éclaté quand le PLQ s'est engagé à créer 15 000 nouvelles places en garderie d'ici la fin du présent mandat.

Hier, M. Bachand a reporté cet engagement à 2015-2016 au coût de 558 millions, mais il n'y consacrera pas un sou au cours de la prochaine année et à peine 6,8 millions en 2012-2013. Autrement dit, cette promesse ne se réalisera — peut-être — que dans la très hypothétique éventualité où les libéraux seraient réélus.

***

Le ministre des Finances a-t-il voulu faire de l'humour en déclarant en conférence de presse que la «surprise du jour» était que le gouvernement allait apporter sa contribution dans le financement des universités? Il est pourtant vrai qu'en dépit de la «juste part» qui sera exigée des étudiants, le Québec demeurera la province où les droits de scolarité sont les plus bas.

Bien entendu, les associations étudiantes vont se déchaîner, même si l'impact de cette hausse sur les moins nantis devrait être annulé par une augmentation correspondante des bourses. Il est cependant trop facile de crier au scandale comme l'a fait le PQ qui, en date d'hier, semblait plus ou moins revenu au gel des droits de scolarité, et de s'indigner du même souffle de l'explosion des dépenses. On peut reprocher bien des choses à M. Bachand, mais il faut lui reconnaître la détermination de maintenir le cap sur la réforme tarifaire initiée l'an dernier.

À moins d'être en mesure d'annoncer de spectaculaires baisses d'impôt, il est rare qu'un gouvernement marque des points grâce à un budget. Il peut généralement s'estimer heureux de ne pas en perdre.

Le gouvernement actuel est cependant tombé à un niveau d'impopularité tel que même les bons coups se retournent contre lui. Comme le rapport du BAPE, le nouveau régime de redevances pour le gaz de schiste risque d'être perçu comme la preuve du laxisme dont il a fait preuve jusqu'à présent.

Tout le monde reconnaît depuis des années l'urgence d'une réforme du Régime des rentes. M. Bachand a raison de dire que la hausse des cotisations ne constitue pas une taxe, mais une forme d'épargne. Peu importe, plusieurs y verront plutôt une autre tromperie d'un gouvernement qui s'était fait élire en 2003 sur la promesse de soulager le fardeau des contribuables, tandis que ceux qui ont planifié une retraite hâtive pesteront contre l'alourdissement des pénalités actuarielles.

***

Le grand échec du ministre des Finances et de sa collègue du Conseil du trésor depuis un an est d'avoir perdu la bataille de l'opinion publique. Hier encore, ils ont eu beau répéter que la croissance des dépenses est maîtrisée, plus personne ne croit que le gouvernement assume réellement 62 % de l'effort nécessaire pour arriver à l'équilibre budgétaire.

Le député péquiste de Richelieu, Sylvain Simard, a sans doute trouvé la meilleure image quand il a souligné qu'on a réussi à éliminer seulement 9 fonctionnaires sur un total de 70 663 au cours de la dernière année.

Les partis d'opposition ont eu beau jeu de dénoncer cette «fraude intellectuelle» et la «comptabilité créative» de M. Bachand récemment mise en lumière par le vérificateur général. Les 79 % de Québécois qui se disent insatisfaits du gouvernement, selon le dernier sondage Léger Marketing-Le Devoir, doivent penser eux aussi que «le contrat n'a pas été respecté».

Chat échaudé craint l'eau froide. La dernière fois, les lendemains du déficit zéro ont déchanté. À leur arrivée au pouvoir, les libéraux ont découvert un déficit «caché» par le PQ, qui leur a servi de prétexte pour renier leurs promesses. Au lieu des vallées verdoyantes, on s'est retrouvé en pleine toundra.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

12 commentaires
  • Nestor Turcotte - Inscrit 18 mars 2011 07 h 24

    234 milliards....et plus....

    Quand le compteur va-t-il commencer à rouler en sens inverse?

    Tout le monde le souhaiterait bien, sauf que personne ne veut y participer. Le voisin, OUI. Chacun, NON.

    Et dire que certains se permettent de dire que le budget fait trop payer le monde...C'est à croire que plus personne ne sait compter au Québec. Vive le Québec...libre, qu'on disait...

  • Marcel Bernier - Inscrit 18 mars 2011 08 h 22

    Fraude intellectuelle...

    En permettant à l'Institut économique de Montréal de faire cette publicité intempestive sur la dette du Québec le lendemain du budget, le Devoir se fait le complice d'une campagne de propagande qui se veut une invite à s'aveugler volontairement sur les hausses de taxes et de ponctions gouvernementales.

  • Marie-Francine Bienvenue - Abonné 18 mars 2011 08 h 27

    bourses?

    'augmentation correspondante des bourses?'

    Il faudrait vérifier: j'ai entendu que les bourses seraient pour les jeunes dont les parents gagnent moins de 30 000$; même au salaire minimum, 2 personnes au travail atteignent plus que 30 000$, donc les bourses pour qui?

  • Monsieur Pogo - Inscrit 18 mars 2011 09 h 58

    Dormir en classe

    ‹‹Le Québec demeurera la province où les droits de scolarité sont les plus bas (au Canada) ››

    Ce qui n’empêche pas certains jeunes au Québec de ne pouvoir compléter leurs études, parce qu’ils leur est impossible de suivre le rythme d’avoir à travailler en étudiants.

    D’ailleurs, il ne manque pas d’étudiants aujourd’hui qui dorment en classe, affalés sur leur pupitre.

    De plus, sans un support parental conséquent, l’inquiétude que génèrent l’indigence et la précarité est un frein au processus cognitif.

    De fait, la scolarité au Québec est passéiste : il s’agit d’une responsabilité qui relève encore de la famille, alors qu’en Europe la conception de l’éducation est moderne puisque sa responsabilité engage l’État.

  • Monsieur Pogo - Inscrit 18 mars 2011 10 h 08

    @Marie Francine Bienvenue

    Faudrait se rappeler que c’est Pauline Marois, lorsqu’elle était ministre de l’Éducation, qui a mis la hache dans l’Aide financière aux études, en changeant les bourses en prêts et diminuant drastiquement à la fois les montants versés et le nombre d’aides attribué.