Essais québécois - Trop de prudence, c'est comme pas assez

Comment rendre le parcours politique de Robert Bourassa passionnant? C'est la tâche à laquelle s'attache le journaliste Julien Brault dans une biographie simplement intitulée Robert Bourassa, sans y parvenir. La mission, il est vrai, était peut-être impossible. L'homme, rappelle Brault, était «affable, dénué de la moindre mesquinerie et même soucieux du bonheur des autres», mais il n'en reste pas moins que son bilan politique s'avère bien mince.

Alors que Jacques Parizeau, en 1970, est convaincu «que l'avenir repose sur le développement de l'énergie nucléaire», Bourassa aura plutôt l'idée de génie de parier sur l'hydroélectricité en lançant, en 1971, le projet de la Baie-James. «Si Robert Bourassa passera [sic] à l'histoire, note Brault, c'est grâce à ce projet...» La remarque est juste parce que, pour le reste, il n'y a pas grand-chose à retenir.

Pour définir le style politique de Bourassa, Brault évoque «une prudence presque démesurée», la prédominance des «demi-mesures» et de «l'atten-tisme», de même que «l'art de servir des réponses aussi structurées... que vides de sens». Quand de Gaulle fait sa sortie sur le Québec libre en 1967, Bourassa «réagit plus ou moins». Quand l'Union nationale de Bertrand fait voter le bill 63 en 1969, Bourassa «ne prend pas position, histoire de ne pas perdre d'appuis en pleine course à la chefferie»...

En juin 1990, après la mort de l'accord du lac Meech, il y va de sa célèbre déclaration affirmant que, «quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse, le Québec est, aujourd'hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d'assumer son destin et son développement». Le lendemain, il la désamorce lui-même, en clamant qu'il ne prendra «aucune décision affectant la sécurité économique des Québécois», ce qui revient à dire, dans sa logique, qu'il ne deviendra surtout pas souverainiste.

À l'époque de Charlottetown, en 1992, il dénonce le «fédéralisme dominateur», mais, au lendemain de l'échec de cet accord, «il déclare à un journaliste de The Gazette que ce sera dorénavant "business as usual" pour son gouvernement». En d'autres ter-mes, le fédéralisme dominateur, que tempérait un peu l'accord de Charlottetown, vaut mieux que la souveraineté. Ce n'est plus de la prudence, mais une lâche démission, comme les lois 178 et 86 sur l'affichage, dont il était assez fier.

Un rêve d'enfant

Dès l'enfance, Bourassa rêvait de devenir premier ministre du Québec et n'a eu, sa vie durant, «d'autre intérêt que la politique», mais force est de conclure, à lire cette biographie, que cette passion se limitait à la politique politicienne.

En racontant tout son parcours, de l'enfance à la mort, avec clarté, neutralité et en se fondant sur des entrevues avec une trentaine d'acteurs ayant fréquenté l'homme politique, Julien Brault signe une biographie valable, mais sans éclat, qui n'apprendra rien de neuf aux connaisseurs.

Au passage, Brault revient sur cette rumeur selon laquelle Bourassa aurait été homosexuel, mais la rejette, avec raison probablement, du revers de la main. Pour le reste, le biographe, comme son héros, pratique le «business as usual». Pouvait-il vraiment faire mieux?

Michaud bafoué


Le 14 décembre 2000, la prudence n'était pas à l'honneur à l'Assemblée nationale. Dans une motion conjointement présentée par le libéral Lawrence Bergman et le péquiste André Boulerice et votée à l'unanimité des 109 députés présents, cette Assemblée a dénoncé «sans nuance, de façon claire et unanime, les propos inacceptables à l'égard des communautés ethniques et, en particulier, à l'égard de la communauté juive tenus par Yves Michaud à l'occasion des audiences des États généraux sur le français à Montréal le 13 décembre 2000». Ainsi, sans même avoir entendu ce que le présumé coupable avait à dire pour sa défense, les parlementaires le condamnaient pour délit d'opinion.

Dans L'Affaire Michaud. Chronique d'une exécution parlementaire, l'historien Gaston Deschênes, qui était au moment des faits chef du Service de recherche et directeur des Études documentaires de l'Assemblée nationale, revient sur cette affaire «parfaitement minable», selon les mots de notre chroniqueur Michel David.

Pour condamner le citoyen Michaud, qui fut, faut-il le rappeler, journaliste de combat, député libéral de 1966 à 1970, commissaire général à la coopération du Québec avec l'extérieur sous Bourassa, directeur du quotidien souverainiste Le Jour de 1974 à 1976, délégué général du Québec à Paris sous Lévesque et le célèbre «Robin des banques», les parlementaires lui ont attribué des propos antisémites et l'ont accusé d'avoir banalisé l'Holocauste. Or, précise Deschênes preuve à l'appui, «il n'a donc jamais été question de l'Holocauste, de la souffrance comparée des uns des autres ou de l'organisation B'nai Brith lors du témoignage d'Yves Michaud aux États généraux. [...] Le chef de l'opposition [Jean Charest] et le premier ministre [Lucien Bouchard], qui sont tous deux avocats, ont donc entériné un "acte d'accusation" fondé sur une fausseté et entraîné leurs députés dans cette erreur».

Cette condamnation d'un citoyen pour délit d'opinion est d'ailleurs sans précédent dans les annales de l'Assemblée nationale (on croit souvent qu'André Pratte a été condamné pour son livre sur le mensonge en politique, mais ce n'est pas le cas). Michaud dira, en 2001, qu'elle «a gâché [sa] vie». Michel David parlera, lui, d'un «geste irréfléchi» et ajoutera, en constatant que les péquistes répugnent à s'amender dans les mois et les années qui suivent, qu'«il y a quelque chose d'odieux à refuser de corriger une injustice simplement pour avoir la paix». La droite péquiste (Brassard, Boisclair, Facal, Legault et Simard), rappelle Deschênes, opposera une farouche résistance à la réhabilitation de Michaud, à laquelle s'attelleront, mais bien tard et sans succès, Bernard Landry et Jean-Pierre Charbonneau.

Dix ans plus tard, le respectable Yves Michaud reste le seul citoyen du Québec nommément et abusivement con-damné par notre Assemblée nationale pour des «propos inacceptables» qu'il n'a pas tenus. Cette honteuse injustice, que le passage du temps ne rend pas moins infâme, doit être corrigée.

***

louisco@sympatico.ca
7 commentaires
  • Andre Vallee - Inscrit 30 octobre 2010 02 h 27

    Un digne batailleur

    Je ne comprends pas encore comment Lucien Bouchard a pu se laisser entraîner dans ce piège par John James. Monsieur Yves Michaud mérite que cette erreur de l'Assemblée Nationale doit être corrigée.
    La vérité, l'honnêteté doivent triompher, parce que nous sommes un peuple digne.

  • michel lebel - Inscrit 30 octobre 2010 04 h 33

    Triste classe politique!

    Soyons franc et sérieux. Comment peut-on faire confiance à des dirigeants incapables de reconnaître qu'ils ont commis une grave injustice à l'égard d'Yves Michaud. Les faits parlent d'eux-mêmes et ils témoignent d'une bien peu courageuse classe politique.

  • Daniel Couture - Inscrit 30 octobre 2010 08 h 14

    Pas si drabe que ça

    La passion de Robert Bourassa n'était pas "la politique politicienne". Je suis convaincu que les ressorts de ce maître en camouflage dans le drap drabe de la neutralité insipide sont de l'ordre d'une finalité authentiquement politique. Avec le recul et sans partisannerie, l'art de l'équivoque et de la drabitude pratiqué par Bourassa, avec une certaine insolence mesurée, n'a rien d'une énigme. Sa passion à lui, c'était la stabilité sécuritaire d'un pragmatisme serein! Ce trait de caractère politique était toute sa personnalité, et c'est devant elle que les incohérences mortifères du mouvement souverainiste ont fait naufrage (contre J.-F. Lisée). Sa tricherie a consisté à soutenir en persistant que "quoi qu'on fasse et qu'on dise", les faits ont préséance sur les idées. Politiquement, l'indépendance n'est pas une fin mais un instrument de liberté réelle et concrète: elle n'a pas à être mise à l'agenda du Québec tant qu'il ne sera pas démontré qu'elle ne nous donnera pas de meilleurs moyens d'exercer une liberté réelle. Ce qui signifie, grosso modo, une meilleure économie...

    Non, il me semble assez clair que la passion de Robert Bourassa n'était pas la politique politicienne.

  • Geoffroi - Inscrit 30 octobre 2010 09 h 45

    Oui, «...c'est comme pas assez.»

    Oui il faut sauver le soldat Michaud...mais il il y en a d'autres.

    Les Québécoises et les Québécois sont contre la Guerre en Afghanistan et pourtant ça continue. Plusieurs, souvent des jeunes, reviennent tués, blessés ou suicidés là-bas ou ici. Cela devait être davantage considéré dans nos débats, me semble... Oui, «... c'est comme pas assez.»

  • Louis Cornellier - Abonné 30 octobre 2010 11 h 51

    Le cas Pratte

    Monsieur Bolduc,
    Gaston Deschênes explique bien que c'est une émission du réseau TVA, organisée autour du livre de Pratte, qui a reçu un blâme de l'Assemblée, et non Pratte lui-même. Cette émission du midi avait demandé aux téléspectateurs d'identifier le politicien le plus menteur. Les élus n'avaient pas apprécié. Il reste que le seul citoyen condamné pour délit d'opinion par cette Assemblée est Yves Michaud et personne d'autre. Voilà, donc, pour la distinction. Pour les détails, je vous invite à lire l'essai de Gaston Deschênes.
    Louis Cornellier
    chroniqueur