Technologie: Une puce d'IBM à 64 bits pour la nouvelle génération d'ordinateurs Macintosh?

Coup de marketing ou erreur malheureuse? Quoi qu'il en soit, ce qui était à la base une simple rumeur issue des sites à potins à saveur de Pomme tend de plus en plus à se confirmer. Suite à la diffusion accidentelle de spécifications techniques sur la boutique Apple.com, tout porte à croire que la Sainte-Pomme introduira cet après-midi son très attendu G5.

Je me suis toujours demandé comment illustrer l'hystérie collective? Évidemment, on peut toujours regarder un vieux film de Godzilla, et voir la réaction des habitants de Tokyo face à la visite inattendue de ce cher dinosaure en goguette. Mais il y a mieux.

Branchez-vous plutôt cet après-midi, vers 13h00, sur le site d'Apple pour voir la réaction des développeurs présents à la conférence annuelle WWDC lorsque Steve Jobs, dans une présentation sûrement haute en couleurs, introduira les nouveaux Mac à base de puces G5. Si ce n'est pas ça l'hystérie collective...

Il faut dire que pour donner un «show», il n'y a pas de meilleur vendeur dans l'industrie que Jobs. Chacune de ses interventions est réglée comme du papier à musique. Bref, à moins d'une intervention divine, le clou du spectacle de Steve Jobs devrait être l'introduction d'une toute nouvelle génération d'ordinateurs personnels, dont le coeur battra la chamade au rythme d'une toute nouvelle puce fabriquée par IBM, la PowerPC 970 ou G5.

En effet, le fournisseur habituel d'Apple, Motorola, n'a pu suivre la cadence imposée par les fondeurs du monde PC, les Intel et AMD. Alors que les puces Pentium et consorts atteignaient ces derniers mois des vitesses folles de 3Ghz, les puces G4 fabriquées par Motorola peinaient à atteindre le 1,4GHz. Quant au développement d'un éventuel G5, Motorola avouait qu'elle n'avait pas les moyens d'y voir.

Nouvelle ère

Heureusement, de son côté, IBM, un croyant convaincu de l'architecture PowerPC, finissait la conception d'une toute nouvelle puce ultra-puissante à l'architecture 64 bits, un microprocesseur donc l'adoption par Apple pourrait contribuer à propulser la Sainte-Pomme dans une toute nouvelle ère de l'informatique personnelle.

Il faut comprendre que les puces actuellement utilisées dans les ordinateurs personnels, qu'ils soient Mac ou PC, carburent toutes en 32 bits. L'adoption de l'architecture 64 bits ouvrira la porte à Apple, ainsi qu'à ses développeurs, à de toutes nouvelles applications qui demandent un surcroît de puissance et une architecture de nouvelle génération.

Par exemple, le système d'exploitation d'Apple, le Mac OS X, devrait profiter agréablement de ce passage à 64 bits. C'est pourquoi, en même temps que la présentation de ces nouvelles machines, Steve Jobs devrait profiter de l'occasion pour expliquer les évolutions futures du Mac OS X.

On s'attend d'ailleurs, et ceci n'est pas une rumeur, à une avant-première de la prochaine grande évolution du Mac OS X, prénommée Panther.

Quant aux spécifications des nouvelles machines, nombreux sont ceux qui les trouvent grandioses:

Microprocesseur PowerPC G5 cadencé à 1.6GHz et 1.8GHz pour les ordinateurs d'entrée de gamme et configuration avec double puce à 2GHz pour le modèle de haut de gamme, vitesse du bus processeur à 1GHz, capacité maximale de 8 Go pour la mémoire vive, carte vidéo ATI ou nVidia sur bus AGP Pro 8x, trois ports USB 2.0, FireWire à 400 et 800 Mhz, Bluetooth et 802.11g et enfin, pour les maniaques d'audio, des ports d'entrée et de sortie analogiques et numériques.

Et avec la sortie d'applications comme Quark Xpress (éditique), Final Cut Pro (vidéo) ou ProTools (musique) pour Mac OS X , combinées à ces nouvelles machines, gageons que le Mac retrouvera ses lettres de noblesse auprès de utilisateurs professionnels. Car, dans un marché aux ventes stagnantes depuis plusieurs mois déjà, avec seulement 156 000 PowerMac qui ont trouvé preneur l'année dernière, Apple avait bien besoin de relancer la ferveur pour la Sainte-Pomme.

Mais ce ne sont pas que les PowerMac qui profiteront de ces nouvelles puces. Les serveurs Xserve vendus par Apple, qui déjà, connaissent un succès d'estime pour leurs prix concurrentiels et leur extrême facilité d'utilisation, devraient connaîtrent un regain de vie avec l'adoption de cette nouvelle puce 64 bits. En effet, s'il existe un marché qui a beaucoup à gagner à embrasser le G5, c'est bien celui des serveurs et de diverses applications comme les bases de données.

Évidemment, si cet après-midi, Steve Jobs n'introduit aucune machine, et que l'erreur d'Apple sur son Apple Store n'étais qu'une diversion pour tourner en ridicule les sites de rumeurs, il y aura donc un mea culpa à faire de la part du pas très humble. Mais sachant que même le très sérieux Eweek confirme le tout, je ne me sens pas trop en danger.

mdumais@ledevoir.com

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.