Scotch, champagne, porto...

Porto Ramos-Pinto<br />
Photo: Porto Ramos-Pinto Porto Ramos-Pinto

Scotch. Le mois d'octobre bien chargé voit défiler chez nous un nombre ahurissant de personnalités, qu'elles soient issues du milieu des vins ou des alcools. Tenez, cet Ian Millar, ambassadeur du single malt whisky Glenfiddich, connu pour sa forme triangulaire (la bouteille, pas l'homme, même s'il est baraqué) mais surtout pour la qualité d'un produit qui est, selon la statistique, le plus primé au monde. La raison? Constance du goût, mais surtout accessibilité sur le plan de saveurs qui n'effraient ni la femme ni l'homme, qu'ils soient néophytes ou connaisseurs. Pas trop «tourbé», plutôt sec, sans ce «truc qui gratte la gorge» au passage, bref, un malt qui se déguste à la petite cuillère. Parce que nous avons été sages ou que nous sommes une société distincte, nous aurons la chance de pouvoir acheter ici, à la SAQ, la seule bouteille de Glenfiddich 50 ans d'âge, d'une valeur de... 26 000 beaux dollars, vendue au Canada. Ce serait un miracle digne de saint frère André qu'elle ne soit pas à la hauteur des 12, 15, 18 et autres 30 ans dégustés cette semaine! Pour exaucer vos vœux, les voici tout de même.

-Glenfiddich 12 ans (44,25 $ — 012385): la pierre angulaire de cette distillerie familiale pour un malt discret, floral, fruité, doucement épicé par l'élevage, à la fois suave mais relevé en finale. Classique; ***1/2.

-Glenfiddich 15 ans (64,75 $ — 11027031): le système de solera (les vieux malts «éduquent» les plus jeunes) transitant par trois types d'élevage (fût français, bourbon et sherry) pousse ici plus loin le détail et la profondeur, sachant que le boisé en question est responsable pour 65 % du profil organoleptique. C'est parfumé, captivant, d'un moelleux riche attisé d'un «feu» intérieur vivace mais élégant; ****.

-Glenfiddich 18 ans (96,75 $ — 530352): cette eau-de-vie de grain rejoint ici celle d'une eau-de-vie de fruit (cognac) tant la richesse subtile des flaveurs, l'intensité très zen du profil et l'ampleur mesurée de l'ensemble étonnent. Et réconfortent. Un malt de méditation marqué par les nuances de caramel au beurre d'un oloroso andalou. Madame aimera; ****.

-Glenfiddich 30 ans (n. d.): subtilité et profondeur sur une trame fine, fondue, caressante et détaillée, alliant grâce et puissance avec virtuosité. Miraculeux; ****1/2.

Champagnes. C'est principalement autour du cépage chardonnay de Vertus qu'un regroupement d'adhérents (aujourd'hui au nombre de 110) se rallie pour fonder en 1950 ce qui, en 1984, portera le nom de Champagne Paul Goerg. Avec ses 120 hectares maison (à 85 % chardonnay), cette coopérative, qui vend aussi des moûts (après fermentation) aux grandes maisons, invite sans cesse ses partenaires au dépassement en tirant la qualité vers le haut. Tous y trouvent leur compte. Et moi aussi. Seul vin disponible chez nous, ce Paul Goerg Brut Premier Cru 2004 (52,25 $ — 439190) à 100 % chardonnay ayant bien plus du séjour sur lies réglementaire (15 mois selon la loi, mais 60 mois au minimum ici) offre un profil à la fois fin et éclairé du célèbre cépage de la Côte des Blancs, avec cette tension vigoureuse derrière qui l'anime longuement. Une affaire; ***,2. L'offre actuelle pourrait s'enrichir chez nous des cuvées Brut Blanc de Blancs, superbe de profondeur avec ses vins de réserve qui comptent pour plus de 40 % (****,2), Brut Rosé, au fruité franc et soutenu de fraise des champs (***), ou encore cette Cuvée Lady, lumineuse et filiforme, sous sa fine tension minérale (****,2).

Maison familiale celle-là, avec ses 214 hectares qui lui assurent les deux tiers de ses approvisionnements, Louis Roederer, dont la célèbre Cuvée Cristal fait baver tout à la fois le porte-monnaie et l'amateur pressé d'en boire, inscrit son style dans la continuité et l'esprit des grands champagnes de ce monde. Ici, les pinots dominent pour des vins aux fruités de grande clarté, nourris d'une énergie que des vins de base (8 à 9 %) viennent enrober dans un esprit de puissance et d'élégance. Ce Champagne Louis Roederer Brut Premier (65,25 $ — 268771) en est l'exemple type; ***1/2,2. Le Brut Rosé 2005 (86,25 $ — 368415) surprend plus encore avec ses tonalités pralinées, sveltes et vineuses, très fines, sans cette idée de «tanins» trop souvent associée aux rosés. En tous points superbe; ****,1. Enfin, ne m'en veuillez pas d'aimer ce Cristal 2004 (278,50 $ — 268755) qui, s'il est hors de ma portée financière, cadre parfaitement avec ma portée esthétique axée sur le grand vin qui touche et qui élève. Incroyable présence fruitée qui ne joue jamais du coude mais s'impose finement, sans dosage excessif, sur plusieurs dimensions. Le rêve; ****1/2,2.

Porto. Avec l'achat de Ramos Pinto en 1990, la maison champenoise Louis Roederer s'est fait plaisir, en s'offrant une gamme exceptionnelle de portos, bien sûr, mais en créant l'un des premiers rouges secs du Douro: le Duas Quintas. Le sympathique et débordant d'humanité João Nicolau de Almeida y est toujours à la barre à titre d'ambassadeur et de vinificateur en chef, y distillant la précision et le savoir-faire de ses études à Bordeaux (il a travaillé avec Peynaud et Ribéreau-Gayon père). Les vins respirent la franchise en suggérant, en sec comme en doux, ce véritable caractère minéral typique des terroirs du Douro. Sur la pieuvre grillée, optez pour ce Duas Quinta blanc 2009 (17,10 $ — 10668514) non boisé, d'un beau volume fruité, ***,1 ou encore la version rouge 2008 (16,55 $ — 10237458) souple et tonique, de corps moyen, polyvalent à souhait; ***,1. Les portos? Des tawnys sensuels et texturés évidemment et ce LBV 2004 (25,15 $ — 743187) que je vous recommande d'office pour ces jours plus frisquets qui s'annoncent; ***1/2,2.

Le Salon des vins et fromages du Québec

C'est à la grande place du Complexe Desjardins, les vendredi 29, samedi 30 et dimanche 31 octobre prochains, que la viticulture québécoise et ses vignerons se frotteront aux pâtes molles, aux pâtes fermes, aux croûtes lavées et autres délices persillés de chez nous pour cette 5e édition consacrée aux produits du terroir. Au total, 29 vignerons et une vingtaine de fromagers vous proposent d'imaginer que ce qui se produit ici, chez nous, est aussi bon qu'ailleurs, à condition que les préjugés soient laissés au vestiaire (deuxième porte à gauche en entrant). Surtout, surtout que, si on y regarde de très près, la qualité est là. Ensuite, c'est une affaire de goût, de vos goûts. Pour tout renseignement, appelez au 1 888 847-2050 ou consultez le site www.salonvinsfromages.ca.

***

Potentiel de vieillissement du vin: 1, moins de cinq ans; 2, entre six et dix ans; 3, dix ans et plus. ©: le vin gagne à séjourner en carafe.

***

Jean Aubry est l'auteur du Guide Aubry 2011 — Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $ et chroniqueur à l'émission d'Isabelle Maréchal sur les ondes du 98,5 FM.

***

Collaborateur du Devoir

***

www.guide-aubry.com

***

Les vins de la semaine


La belle affaire - L'Opéra de Villerambert Julien 2007, Minervois (12,40 $ — 488270)

Cette maison sait rendre le fruit, naturellement, avec une part d'élégance non, un tanin palpable, bien frais, jamais boisé à outrance. Une constitution digne du millésime, qui fera l'affaire d'une côte d'agneau grillée. 1.

***

Chianti Classico 2008 Carpineto (17,55 $ — 478891) et Fonterutoli (24,95 $ — 856484)

Parfums, fluidité, aisance, mobilité: c'est ce que vous propose ce Carpineto tout ce qu'il y a de frais pour accompagner cette pointe de pizza du midi (**1/2,1), alors que Fonterutoli, plus sérieux, s'impose le soir, riche et coloré, étoffé au boisé très frais; ***,1 ©.

***

La primeur en blanc - Sylvaner Crystal d'Alsace 2008, Dopff & Irion (13,30 $ — 043422)

Bien sec, pâle, léger, simple, droit, tonique et bien net: le ballon de blanc s'annonce ravageur sur ces huîtres qui d'office n'offrent aucune résistance de la coquille. 1.

***

La primeur en rouge - Les Vignes de Bila-Haut 2009, Côtes du Roussillon Villages, Chapoutier (15,90 $ — 11314970)

Ce rouge généreux, corsé et consistant n'en offre pas moins une texture fruitée de premier plan. C'est coloré, plein et épicé, avec du volume, du tonus et un goût prononcé pour les burritos. 1.

***

Le vin plaisir - Domaine de la Cadette 2009 «La Châtelaine», Bourgogne Vézelay (19,75 $ — 11094621)

Ce chardonnay «chardonne» clair et haut, avec finesse et subtilité de ton, d'une magistrale clarté fruitée. On y sent une présence sincère, une fraîcheur et un équilibre serein. Magique. 1.