Ce qui se cache sous le bruit

Depuis le retour du Parlement, on ne cesse d'entendre que le manque de décorum à la Chambre des communes est en grande partie responsable du désenchantement des Canadiens à l'égard du processus politique. Est-ce vraiment le cas? Et si c'était ce qui se dit à travers le grabuge qui avait cet effet?

Qu'on crie ou murmure des insultes, des faussetés, des idioties, ça reste des injures, des mensonges et des bêtises. Ce n'est pas tant le ton du débat public qui rebute les gens que sa teneur. Et ce à quoi on assiste actuellement à Ottawa — comme ailleurs — est particulièrement préoccupant. Les enjeux sérieux ne manquent pourtant pas, mais bien peu de gens semblent capables ou désireux d'en débattre avec rigueur.

Déformation, illogismes, demi-vérités, omissions sont devenus la pièce de résistance du menu parlementaire. Tous les partis s'en régalent, mais c'est le gouvernement qui semble en être le plus friand. Plus préoccupant encore, il semble prendre plaisir à alimenter ce penchant.

Dans nombre de dossiers, les conservateurs font fi de la réalité et tentent d'imposer leur vision des choses, la répétant encore et encore en espérant qu'il en restera quelque chose. On s'est ainsi habitué à ce qu'ils ne tiennent pas compte des statistiques sur la baisse de la criminalité pour mieux justifier ensuite de serrer la vis aux criminels et de construire plus de prisons. On ne s'est pas étonné non plus quand on a appris cet été que le gouvernement avait gardé dans ses tiroirs pendant des mois un rapport de la GRC vantant les mérites du contrôle des armes à feu, y compris le registre des armes d'épaule.

Ce déni de la réalité déteint sur tout et tous, même sur le premier ministre Stephen Harper. L'attribution sans appel d'offres du contrat d'achat de 65 avions F-35 en offre un exemple. Les faits ont beau le contredire, M. Harper persiste à laisser entendre que le choix de cet avion a été fait sous les libéraux. Encore hier, aux Communes, il a dit que c'était «une compagnie sélectionnée par le gouvernement libéral précédent». Or, comme l'a rappelé plusieurs fois en ces pages mon collègue Alec Castonguay, les ententes conclues avec Lockheed Martin par le gouvernement Chrétien étaient strictement économiques. Le Canada contribuait au développement de l'avion de chasse en échange de retombées économiques pour les entreprises canadiennes. Les accords ne comportaient pas d'obligation d'achat d'appareils.

***

Le dossier qui torture le plus notre intelligence est sûrement celui de l'abandon du questionnaire long du recensement. D'obligatoire, il deviendra volontaire en 2011, mettant ainsi en péril la précision des données qui seront recueillies. Il est en effet prouvé que le taux de réponse aux enquêtes volontaires est inférieur à celui du recensement, en particulier parmi certains groupes vulnérables ou marginalisés.

Les Communes ont passé la journée d'hier à en débattre, les libéraux ayant décidé d'y consacrer leur journée d'opposition. L'argument du gouvernement n'a pas varié d'un iota. Que personne n'ait jamais été emprisonné pour cette raison n'y change rien, l'épouvantail tient bon. Il ne veut pas envoyer une personne en prison pour avoir refusé de répondre à toutes ces questions indiscrètes. Et il est persuadé qu'il faut un juste équilibre entre la collecte d'information et l'intrusion du gouvernement dans la vie privée des gens. (Comment justifie-t-il alors sa décision d'installer des scanneurs corporels dans les aéroports? Des fouilles à nu, faites manuellement ou à l'aide de machines, sont nettement plus envahissantes que n'importe quelle question du recensement.)

Le ministre de l'Industrie, Tony Clement, répète que l'enquête volontaire fournira «des données utiles et utilisables qui répondront aux besoins de nombreux utilisateurs». Il y aura donc des perdants. Lesquels? Quelle politique publique, quel programme, quelle organisation ne pourront plus s'appuyer sur des données fiables pour répondre aux vrais besoins des citoyens? Il n'en souffle mot.

Quant aux communautés francophones et acadienne, qui se sont adressées aux tribunaux pour maintenir le questionnaire obligatoire, elles devraient être rassurées puisque le ministre a fait ajouter deux questions sur la langue au questionnaire court qui, lui, reste obligatoire. Le ministre ne semble pas se rendre compte combien cet accommodement donne raison à ses détracteurs. Si les données de l'enquête volontaire étaient fiables, il n'aurait pas besoin de poser ce geste pour respecter ses obligations constitutionnelles. Et s'en tenir à ces deux questions démontre une incompréhension des communautés minoritaires. Pour assurer leur vitalité, elles ont besoin d'un portrait complet de leur situation, pas seulement de compter des têtes.

Quand le déni flagrant de la réalité s'assortit de mesures pour l'obscurcir davantage, comme ce torpillage du recensement, on vogue dangereusement vers la manipulation des citoyens. Tenus dans le noir et privés de données fondamentales, ils ne sont plus aussi bien armés pour exercer leur premier droit démocratique, soit celui de juger leur gouvernement.

La démocratie s'exerce toujours mieux et avec plus d'intelligence dans un contexte de transparence, de rigueur et d'information crédible. Mais c'est souvent plus dangereux pour les idéologues, les populistes et les simplistes.
4 commentaires
  • Roger Lapointe - Inscrit 29 septembre 2010 06 h 03

    Beaucoup de boulot pour MACLEAN'S et ses semblables outre Outaouais.

    Que voila un terrain fertile pour que MACLEAN'S donne libre intervention à ses journalistes en mal de sensation. Ce qui se passe à Ottawa est de plus en plus inquiétant pour ceux et celles qui défendent les valeurs démocratiques dans ce pays qui est encore le nôtre. Il est plutôt inquiétant et surprenant de voir avec quelle indifférence le Canada Anglais ne se préoccupe peu ou pas de ce qui se passe dans sa propre cour. Harper et son gouvernement se cantonnent dans ses dogmes sous le chapeau du libertarisme ou en traduction libre, la mise en place d'une dictature sans trop faire de vagues.De très nombreux exemples sont pourtant là pour nous le rappeler dont le questionnaire long et les mesures pour la pénalisation accentuée alors que la criminalité diminue depuis les 10 dernières années à tout le moins, la mise à mort du registre de certaines armes à feu qui se fera selon Harper malgré le vote contraire du Parlement etc.Beaucoup de boulot pour Mr Coyne n'est ce pas? Wake up Canada! Wake up!

  • André Loiseau - Inscrit 29 septembre 2010 07 h 12

    Le ROC veille au grain

    Ne nous inquiétons pas, le ROC veillera à une majoritaire réélection de ce menteur de grands chemins, nous l'avons constaté aux toutes dernières partielles.
    Mais le ROC qui trouve que nous avons la malhonnêteté inscrite dans nos gènes (malgré que le peuple québécois réclame des enquêtes à grands cris) n'est-il constitué que d'imbéciles, de gens à courte vue? Je leur pose la question.
    "Pauvre Canada !", comme disait la Sainte Vierge en voyant Harper venir, crucifix créationniste au cou.

  • Denis Paquette - Abonné 29 septembre 2010 12 h 02

    le recensement et beaucoup d'autres mesures

    Ce qui se cache derrière les politiques d’Harper en s’attaquant au recensement ,au registre des armes a feu, a celui de construire plus prisons, a y mettre plus de gens et d’avoir plus d’armées, etc.etc.,c’est bien simple c’est celui qui consiste a faire plaisir aux anciens allianciste en vue des prochaines élections; des gens qui croient que nous avons besoin d’une bonne dictature, dont ils seront les maitres, En fait je crois qu’il serait intéressant que soit connu leur agenda, mais hélas, je crois qu’elle est bien protégé et a l’abri comme d’ailleurs toutes les politiques d’Harper qui évolue en autocrate et dans le secret ,ayant une sainte horreur des journalistes

  • Stéphane Martineau - Inscrit 29 septembre 2010 15 h 19

    Un gouvernement dangereux

    Le gouvernement Harper est le plus dangereux que le Canada ait eu depuis bien longtemps...peut-être depuis toujours....Mais, sa dangerosité lui vient de l'appui que lui donne une partie de la population...la bêtise est toujours dangereuse...on l'a vu avec l'Allemagne nazie.