Long-courrier -- Alaska - Barcelone

L’église Sagrada Familia de Barcelone, en Espagne, sur fond de montagnes couvertes de neige après une tempête... <br />
Photo: Agence Reuters Albert Gea L’église Sagrada Familia de Barcelone, en Espagne, sur fond de montagnes couvertes de neige après une tempête...

De l'Alaska à Barcelone: «Nous désirons faire une croisière en Alaska en 2011. La période idéale est-elle en août? Si oui, pour quelle raison? Sinon, quelle est la meilleure période et quel trajet vous semble le plus intéressant?

«En octobre, nous voulons faire un séjour à Barcelone en forfait de huit jours: est-ce trop long, selon vous? À partir de Barcelone, comment, d'une façon simple par avion, se rendre à Nice pour une quinzaine? Cela semble-t-il sorcier?»

A. B. Pilon, Québec

Deux destinations, deux destins: pour l'Alaska, ce sont les dérives de la très intellectuelle Sarah Palin; pour Barcelone, les frasques de Pedro Almodovar et ses amis. Si vous entrez par exemple dans un bar du quartier Born, que vous vous assoyez au bar, qu'une femme sans âge mais avec atours et maquillage impulsifs se présente à vous sous le nom d'Eleonora, mais avec la voix de Roberto, vous aurez assez de huit jours pour tout connaître des relents de la Movida. De Gaudi au port, des Ramblas aux musées, la semaine sera bien remplie.

Pour les vols vers Nice avec KLM, Ibéria, Af ou Swiss, vous flirtez avec les 150 euros ou plus. Ryanair ne le fait pas. Avec Vuellig (low cost espagnol), ce sera autour de 79 euros. Pour obtenir ce tarif, vous devez pratiquement avoir les mains vides, muletas en sus.

Quant à l'Alaska, la terre de Sarah se visite surtout de juin à la fin d'août pour une raison lumineuse, celle d'avoir les nuits les plus courtes et les jours les plus éclairés. Par contre, le moustique est vorace sur la côte et dans les terres. Évitez de parler politique dans les bars (ils sont souvent accros de la madame) ou sur le navire (la majorité des passagers est américaine et quelquefois d'obédience républicaine énervée).

Ces croisières sont sympas ou complètement nulles, tout dépend de la clientèle qui vous entoure. Il y a parfois des groupes qui font des concours de photos du meilleur volatile, cétacé ou bibitte exotique. Ça court sur le pont, ça crie et ça mange sans aucune élégance. Vous croyez que j'exagère? Je vous prépare dans quelques semaines tous les jeux qu'on peut ou doit faire sur les bateaux de croisières dans le monde.

Ce qui est bien des croisière en Alaska, c'est qu'on est sûr d'avoir des moments de sérénité à partir de 22h: pas de couvre-feu, mais les nuits sont fraîches, ce qui conduit le chaland maritime à battre en retraite dans sa cabine. En partant de Vancouver, les trajets sont très similaires. Il faudra seulement surveiller les excursions offertes pendant le trajet (avec naturalistes ou GO scientifiques) et le nombre de repas quotidiens (27 ou 4).

Clin d'oeil

Le site www.acta.ca est celui de l'Association canadienne des agences de voyage, connue sous le nom d'ACTA. Environ la moitié des agences dans les provinces en font partie. Les bureaux des chefs se trouvent en Ontario et le site initialement en anglais présente une version française. C'est du même genre que les traductions concernant les aspirateurs chinois ou les vadrouilles indiennes...

Concernant le portrait de la première dame de l'ACTA, on peut lire ceci: «Jacqueline Jamieson a commencé sa carrière dans le Voyage au détail en 1970 quand elle est arrivée à Vancouver de l'Ecosse en tant que jeune femme. Mis à part une interruption de cinq ans, Jacqueline est restée dans Voyage au détail tous partie de sa carrière. En 1987, avec trois autres, elle a commencé sa propre agence de Voyage et en 1992, elle a ouvert son propre absolu Voyage Services qui elle a vendu récemment. Jacqueline a été le Conseil régional de la C.-B. ACTA pour 5 ans, et sur l'Office national pour 3 ans. Elle a été vice-président pour les deux dernières années.

«Jacqueline mandat au cours de son mandat de président est pour ACTA être connecté en tant que possible avec ses membres et de répondre à l'évolution du monde du Voyage, autant que possible. Travaux de Jacqueline autre bénévole consiste à travailler avec Dress for Success, un organisme de bienfaisance qui aide les femmes qui sont défavorisées à un moment donné de leur vie à s'habiller pour une entrevue et qui sont encadrés sur une base continue.»

Et ce n'est qu'un des passages traduits... Il y a la même chose en allemand, là où Goethe se fait hara-kiri, et en espagnol, où c'est alors Garcia Lorca qu'on assassine. N'oublions pas tout de même que ce sont, paraît-il, des gens du voyage.

Bonne adresse


«Votre chronique a cette qualité exceptionnelle de susciter la participation des lecteurs. C'est dans cet esprit que je signale, à l'intention de Ginette Coutu, de Montréal, l'excellent hôtel Bella à Selçuk (Éphèse), en Turquie. Les deux frères propriétaires ont fait de cet ancien hôtel de passe un magnifique petit coffret de trésors artistiques où il fait bon séjourner. L'hôtel est situé dans une petite rue qui conduit à la citadelle d'Éphèse, où on trouve les ruines de la basilique Saint-Jean, et fait face à celle-ci. Si, le jour, de nombreux autocars de touristes empruntent cette rue, la nuit, c'est le calme complet. Les chambres sont simples mais confortables et bien tenues.

«Qui plus est, comme les propriétaires gèrent également une galerie attenante où on trouve notamment de belles miniatures turques peintes sur des os de chameau, des céramiques d'Iznik (Nicée) ainsi que des tapis comme il se doit, les chambres et les couloirs constituent en quelque sorte une extension de la galerie puisque tous les murs sont décorés d'oeuvres d'art. L'accueil y est très chaleureux et les prix très raisonnables.

«Enfin, la salle à manger sur le toit, prolongée par une agréable terrasse, est en quelque sorte un grand salon à la turque, où il fait bon prendre le repas du soir de même que le petit-déjeuner. En plus d'y déguster de bons plats, on peut observer les nids de cigognes perchés au sommet des lampadaires, juste de l'autre côté de la rue. Avec les ruines en arrière-plan, le spectacle est magnifique.»

Michel Pelletier, Cacouna

***

À lire

- Escapades pour chien et autres idées de sorties, aux Éditions Touristiques du Québec (collectif). Un guide qui sort des sentiers battus! Si vous avez un pitou piteux chaque fois que vous partez en balade ou en vacances sans lui, ce guide pourrait lui rendre la vie moins pénible, et la vôtre moins compliquée. Les idées de sorties et les escapades pour chien sont une belle tentative pour fréquenter les parcs et les chemins qui ne tirent pas sur les pitous en vadrouille accompagnés de leur maîtresse, maître et autres objets de «survivance ordinaire».

On y trouve également des adresses d'hébergement doggy friendly avec des campings adaptés aux levages de pattes à répétition et aux museaux renifleurs; des adresses aussi pour les chiens perdus, les vétérinaires, les urgences, les pensions, les parcs à chiens... Tout cela est répertorié par région au Québec. Deux détails me chatouillent pourtant. Comment savoir si une sortie va plaire à Rex, et peut-on demander à Chanel son avis?

***

Pour toute question ou pour laisser vos trucs ou vos adresses de voyage: lkiefer@ledevoir.com. Pour voyager sur le blogue: www.ledevoir.com/liokiefer.