Elles préfèrent les nuits longues

Le poinsettia, plante de nuit longue<br />
Photo: Le poinsettia, plante de nuit longue

Traditionnellement nommées «plantes de jour court», elles sont nombreuses en cultures, celles que nous devrions appeler «plantes de nuit longue». Les plantes de jour court ne fleurissent que si la durée du jour est inférieure à une valeur critique, variable selon les espèces, mais aussi les cultivars (p. ex. hâtifs ou tardifs). Si la période d'obscurité est interrompue, elles risquent de ne pas fleurir.

Ces plantes de nuits longues accomplissent leur cycle végétatif avec une exposition solaire entre 8 à 13 heures par jour; elles poussent en général dans les zones tropicales et subtropicales et fleurissent le plus souvent en automne ou en hiver. Les plus connues sont le riz, le soja, le caféier, la canne à sucre, le chrysanthème d'automne, le poinsettia, le kalanchoé, le cactus de Noël...

En 1920, deux employés du ministère de l'Agriculture des États-Unis, W. W. Garner et H. A. Allard, ont découvert qu'une variété de tabac ne fleurissait qu'en jours courts. Ils ont ensuite classé les plantes selon leur sensibilité: plantes de jour long, plantes de jour court, plantes neutres. Les capteurs qui rendent les plantes sensibles à la durée du jour sont les phytochromes, qui réagissent seulement à certaines longueurs d'onde (rouge clair et rouge sombre, en particulier). Ces pigments se trouvent dans toutes les parties de la plante.

Les hybrideurs, dans leurs sélections, favorisent les cultivars qui auront une réponse claire à la photopériode afin de faciliter le travail de production. Les nouveaux cultivars hybrides du Schlumbergera truncata, aussi appelés cactus de Noël même s'ils fleurissent à l'Action de grâces américaine, ou encore Thanksgiving Cactus, n'ont pas vraiment besoin d'une période de froid, car ils réagissent très bien à la photopériode. Quand aux hybrides du Schlumbergera buckleyi, ils fleuriront vers Noël.

Pour faire simple, disons que les plantes de «jour court» doivent recevoir environ 10 heures de pleine clarté le jour et 14 heures de pleine obscurité ininterrompue la nuit... Comme dans une chambre d'amis inoccupée... On peut encore, de 18h à 8h, recouvrir la plante d'un carton bien opaque, et ce, dès maintenant, ou au plus tard le 1er octobre, et ce, jusqu'au 24 novembre environ, selon les cultivars (hâtifs ou tardifs). Simple, hein? De plus, chaque dimanche, vous pouvez faire la grasse matinée: pas besoin d'installer le carton une journée par semaine.

Quoiqu'il y ait encore plus simple: fermer l'entrée électrique de l'Hydro! Là, floraison garantie!

Cela dit, méfiez-vous de l'éclairage extérieur. Certains producteurs de poinsettias dont les serres sont trop proches d'une route éclairée doivent garder leurs toiles «obscursissantes» la nuit. Mais ils pourront les rentabiliser en produisant en plein été des poinsettias pour le Noël du campeur!

***

Les vernonies géantes de New York

La beauté d'un jardin d'automne se joue sur quelques plantes bien choisies, comme cette belle grande vivace américaine de la partie est des États-Unis, la vernonie géante (Vernonia gigantea). Cette vivace de trois à quatre mètres de hauteur, aux tiges solides, se pare d'une multitude de fleurs roses teintées de pourpre. Plante rustique dans la région de Montréal, elle est pourtant bien peu présente dans nos jardins. Notre voisine, la vernonie de New York (Vernonia noveboracensis), de zone 3b, qui pourtant remporta dans la catégorie Herbacées vivaces de soleil (plante présentée par la Pépinière Jasmin), un prix bien mérité lors des mérites horticoles 2009 du Jardin botanique de Montréal, n'est pas plus utilisée.

La vernonie de New York aime elle aussi les sols modérément riches et humides; sur ses tiges solides de 2 mètres de hauteur s'épanouissent actuellement une myriade de fleurs rose-pourpre qui attirent les derniers papillons. Ce genre Vernonia fut nommé en l'honneur du botaniste anglais William Vernon.

Pour la petite histoire, l'antiride de trentenaires, soin du jour de la gamme Multi-Active de Clarins, contient de l'extrait d'ambiaty, nom usuel de Vernonia appendiculata. Cet arbuste malgache a de puissantes propriétés antioxydantes et cicatrisantes. D'ailleurs, les Malgaches se servent des feuilles de l'ambiaty pour soigner les plaies. Lorsque les Vernonia se couvrent de fleurs mauves et blanches, il est temps de cultiver le riz. Cette période se nomme lahataona et le riz sera appelé «vary vaky ambiaty».

Sous notre latitude, la floraison des Vernonia nous indique qu'il faut rentrer nos plantes tropicales, dont plusieurs nous viennent d'ailleurs de l'île de Madagascar, qui possède une flore endémique réellement unique au monde et plus de 13 000 espèces. Si mon dragonnier malgache (Dracaena marginata) retrouve son bord de fenêtre, quelques magnifiques pervenches de Madagascar (Catharanthus roseus) auront droit de cité jusqu'aux Fêtes.

Ces pervenches recèlent des myriades de molécules, dont la vinblastine, utilisée pour soigner les leucémies, et la vincristine, servant à traiter la maladie de Hodgkin. Puis viennent la vinorelbine, qui traite les cancers bronchiques et les cancers du sein, et, plus récemment, la vinflunine, pour un nouveau traitement contre le cancer de la vessie. La biodiversité, c'est plus qu'un mot, c'est notre survie! Plus de la moitié de nos médicaments proviennent des plantes...

***

La semaine du jardinier

- Samedi le 25 septembre - Saint-Hermann. Surtout pas de poudre d'os pour la fertilisation des bulbes, car elle attire les écureuils. Utiliser un fertilisant inodore. La compagnie McInnes importe de Tunisie un minerai à haute teneur de phosphate (0-13-0) qu'elle commercialise sous ce nom: Os fossile.

- Dimanche le 26 septembre - Saint-Côme, Saint-Damien. Premiers froids, premières attisées dans le foyer ou le poêle. Les cendres n'ont pas toutes la même richesse en calcium, phosphore, potassium, etc., selon les essences d'arbres. Certains bois considérés comme moins nobles par leur rendement énergétique procure néanmoins des cendres utiles au jardin. Moralité: la biodiversité s'installe même dans le foyer!

- Lundi le 27 septembre - Saint-Vincent-de-Paul. Attention, on ne met jamais de cendre dans le jardin en automne. Conservez celle-ci dans un contenant hermétique (baril en métal) à l'abri de l'humidité. Au printemps, mélangez la cendre avec un peu de sable grossier. Comme la cendre fait monter de pH du sol, ne pas appliquer de chaux.

- Mardi le 28 septembre - Saint-Wenceslas. J'utilise environ 200 g de mélange cendre-sable par mètre carré de jardin, pas plus. Mais durant la saison de culture, j'en mets un peu autour des choux, oignons, betteraves, ail, échalotes, laitues, céleris et plants de tomates. Je n'utilise pas la cendre pour la rhubarbe et les pommes de terre.

- Mercredi le 29 septembre - Saint-Michel. Bientôt dans certains centres de jardinage, on retrouvera des bulbes de jacinthes (bulbes dit préparés) prêts à être forcés sur une carafe d'eau destinée à cet usage. Après six semaines dans une pièce obscure et fraîche, placez la carafe devant une fenêtre. Parfum intense assuré!

- Jeudi le 30 septembre - Saint-Jérôme. Une fois les cannas et dahlias arrachés, entreposez-les dans un endroit protégé du gel, mais pas trop chaud, soit jusqu'à ce que la terre soit sèche. Rabattez les tiges à 20 cm, puis retournez-les, les tiges vers le bas, les racines en l'air, afin de vider l'eau contenue dans les tiges creuses. Installez-les ensuite dans un contenant rempli de tourbe de mousse ou de sciure de bois. Entreposez dans un endroit frais et légèrement humide, entre 5 et 9 °C.

- Vendredi le 1er octobre - Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus. Un truc de mon collègue jardinier, poète et conteur Michel Lis, autrefois à Télématin sur France 2: «Utilisez un morceau de suif pour frotter les griffes de votre fourche bêche afin que la terre ne colle pas à celle-ci.»

***

Vous aimeriez que je traite d'un sujet en particulier? Vous désirez que je réponde à votre question? Vous acceptez que le jardinier prenne son temps? Écrivez-moi:

jeanclaudevigor@videotron.ca