Ça sent la Coupe - Presque tout nul

On se dirigeait tout droit vers le festival international du match nul à la Coupe du monde de soccer 2010 hier, lorsque Maicon a eu la bonne idée d'en faufiler un d'un angle impossible à la 55e minute. À 1-0 Brésil, on pouvait à peu près fermer les livres, parce que ce n'était pas comme si la Corée du Nord allait marquer un but, n'est-ce pas. Bon, certes, les hommes en rouge avaient affaire à forte partie, mais plus défensif que ça, tu joues à onze gardiens et tu attends un phénomène à la limite du surnaturel, une énorme bourrasque de vent ou le souffle des vuvuzelas qui propulserait le ballon dans la cage adverse, ou alors le Jabulani qui décide d'aller là où il veut encore plus qu'à l'accoutumée et qui se fraie un chemin jusque derrière Julio Cesar.

Voilà ce à quoi il nous était loisible de penser, et on se trompait, car tout peut se produire dans une manifestation sportive, raison d'ailleurs de notre constant émerveillement. Ils ont bel et bien marqué un but, les Nord-Coréens, avec un vrai coup de pied précis. Cela s'est avéré insuffisant et on ne sait trop dans quel état d'esprit se trouve Kim Jong-il à l'heure qu'il est — le sélectionneur Kim Jong-hun avait annoncé qu'une victoire susciterait «une grande joie chez notre Cher Leader» —, mais être dans le coup jusqu'à la toute fin avec la Selecao constitue un exploit sui generis, pourrait-on dire si on savait ce que cela signifie.

En attendant, les Brésiliens qui s'attarderont au score final de 2-1 continueront sans doute d'enfoncer le clou sur l'entraîneur Dunga, qui a sonné la fin de la samba et préconise un style de jeu plus rigoureux et moins flamboyant que ce à quoi on nous avait habitués par le passé. L'ancien grand joueur Socrates a même parlé d'«affront à notre culture» dans un pays où la manière de gagner importe davantage que la victoire elle-même. Et on a entendu le président du Brésil Lula da Silva soi-même en personne reprocher publiquement à Dunga de ne pas avoir retenu Ronaldinho dans sa sélection.

Il pourra au moins rétorquer à ses détracteurs que le premier but de son équipe dans le tournoi a été inscrit par un défenseur.

***

L'Angleterre ne s'est pas encore remise de l'erreur du gardien Robert Green, qui a échappé un ballon facile samedi et ainsi permis aux États-Unis de soutirer un verdict nul de 1-1. Or si le

Canada ne participe pas à ce Mondial, il pourrait y jouer un rôle tout à fait considérable.

Voilà du moins ce que donnent à entendre deux tabloïds londoniens, le Daily Mirror et le Daily Mail, qui ont révélé que Green était grandement perturbé depuis sa récente séparation d'avec sa petite amie, un mannequin torontois répondant au nom idoine d'Elizabeth Minett. «Dévasté» est le mot utilisé.

L'agent de Green a toutefois indiqué que son client demeurait entièrement concentré sur le foot.

Mme Minett et sa famille auraient semble-t-il été eux-mêmes atterrés de l'ampleur qu'a prise l'affaire alors qu'ils sont harcelés depuis quelques jours par les médias britanniques.

Par ailleurs, dans la longue liste des parallèles entre la bourde du gardien et la catastrophe du golfe du Mexique, il faut ajouter celui de Sam's Army, un regroupement de partisans américains: «Les Britanniques sont incapables d'empêcher les fuites.»

***

Dans les flashs sonores du jour, on note qu'alors que plusieurs entraîneurs choisissent de tenir des séances d'exercice à huis clos, à l'abri des regards indiscrets de possibles espions de l'adversaire ou de journalistes qui aiment raconter tout ce qu'ils voient, le pilote de la Suisse, Ottmar Hitzfeld, a pour sa part décidé d'inviter des partisans sud-africains à assister au dernier entraînement de son équipe.

C'est que Hitzfeld était convaincu que ceux-ci allaient emporter leurs vuvuzelas, et il voulait que ses joueurs s'habituent à communiquer entre eux au milieu du vacarme qu'émettent les trompettes.

Et pendant que les chaînes de télévision tentent de trouver le moyen d'atténuer le bruit, voire de l'enlever complètement pour les téléspectateurs qui le désirent, certains craignent que l'instrument soit en voie d'exportation. Car s'il en irrite plusieurs, l'engouement qu'il suscite se révèle puissant.

Ce qui a notamment fait dire à Rudi Völler, l'ancien grand joueur allemand aujourd'hui directeur sportif du club Bayer Leverkusen: «Toute personne qui se présentera à l'entrée du stade du Bayer Leverkusen avec une vuvuzela sera refoulée.»

Pour sa part, interrogée à ce sujet, la direction de la Premier League anglaise a fait savoir qu'aucun de ses règlements actuels ne prohibait l'usage de vuvuzelas dans ses stades. Des clubs individuels pourraient cependant décider de les interdire.

Que se produira-t-il? Nul ne sait, mais on peut parier sur la chose. Le preneur aux livres londonien William Hill offre en effet une cote de 7 contre 4 sur une interdiction de l'instrument par la Premier League. Il est également possible de miser sur la première équipe du championnat anglais qui mettra en marché des vuvuzelas à ses couleurs.

***

L'impact d'une Coupe du monde sur le rendement économique général? Lundi, 1,2 million de Néerlandais ont pris congé pour assister en après-midi au match que les Pays-Bas ont remporté 2-0 face au Danemark. Cela représente 15 % de la population active au pays.

Et si vous voulez mon avis, ce n'est pas beaucoup. Les gens ont parfois de drôles de priorités, comme travailler.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 16 juin 2010 10 h 11

    CBC vs RC

    1) Pourquoi CBC est-elle parvenue à régler le problème des trompettes du Carnaval alors que RC nous les impose-t-elle encore péniblement?
    2) Pourquoi CBC , qui diffuse les mêmes images que RC, est-elle beaucoup plus focus (au moins 20% selon mon oeil d'expert), plus gros plan, alors que RC est si loin de l'action, avec les mêmes images?