Le mensonge national des Québécois

Une enseignante de français au secondaire me raconte l'enfer où elle travaille: «C'est pas qu'ils font des devoirs bourrés de fautes. Ils ne les font pas, tout simplement. Avoir zéro, redoubler, ils s'en fichent.» Un élève, qu'elle avait réprimandé durement, s'est jeté tête première contre un mur, pour se blesser et pouvoir ensuite l'accuser de l'avoir frappé. «Ma crisse, m'a t'avoir!»

Indiscipline chronique, insultes, menaces, iPod et téléphone en classe — «on le confisque, mais le lendemain ils en ont un autre». Franche rigolade si elle leur parle de valeurs sociales, d'héritage culturel du Québec, de nécessité de maîtriser sa langue. Pire: certains parents, prévenus que leur enfant allait vers l'échec: «Je respecte son autonomie. C'est la vie qu'il a choisie.»

Cette négligence criminelle (comment appeler autrement le fait de laisser un garçon de seize ans libre de rater sa vie?) est idéologique au Québec. Tout l'encourage et la justifie.

On engage parfois de mes étudiants pour corriger les «examens du ministère». Ils en reviennent scandalisés par les pressions que les patrons ont exercées sur eux pour qu'ils ne voient pas ce qui crève les yeux, donnent la note de passage à des copies où il y a cinq fautes par phrase, pas une phrase française, pas deux phrases de suite articulées entre elles. «Est-ce qu'il y a une idée principale? Le nombre de mots obligatoire? Le mot x, le mot y ou le mot z? Oui? Note de passage.»

«On pourra réduire la proportion du résultat de l'examen du ministère dans la note finale de l'étudiant à 0 % si ses résultats sont désastreux.» (La Presse, 21 mai 2009.) «On demande aux enseignants d'adapter les examens. Un élève qui serait en 6e année, mais du niveau de 4e année, devrait recevoir des examens de 4e année.»

À l'Université de Montréal, même en lettres, en philosophie ou en sciences humaines, il n'y a pas 20 % des étudiants qui fassent moins de cinq fautes dans un texte de deux pages. Les échecs seraient si nombreux si on en tenait compte que les professeurs ferment les yeux. Pendant quelques années, on a laissé les étudiants qui ne savaient pas le français croire qu'ils méritaient leurs diplômes. Maintenant, l'université, la société, l'État même, ont fini par se le faire accroire. La supercherie arrange tout le monde. Ceux qui se destinent à l'enseignement auraient les plus mauvais résultats au test de français d'admission à l'université. Cela ne fait hurler personne.

Depuis Duplessis, le mensonge sur la qualité de notre français forme la base de l'idéologie nationale. L'échec c'est le succès, l'ignorance c'est la connaissance, bafouiller c'est parler. Officiellement, les Québécois aiment le français (c'est le plus gros mensonge national), il faut donc maquiller la réalité en son contraire. «Il s'est formé parmi nous, écrit Renaud Camus, une caste qu'on pourrait appeler celle des amis du désastre. Sa fonction paraît être soit de nier purement et simplement les évolutions fâcheuses, soit d'expliquer, lorsque c'est impossible, qu'elles sont loin d'être aussi fâcheuses qu'il y paraît.»

Non seulement une copie qui mériterait 20 % obtient la note de passage parce que le quartier défavorisé où vit son auteur permet de lui appliquer une miraculeuse pondération socioéconomique, mais encore il se trouvera toujours un menteur patenté pour affirmer qu'en fait, celui-ci sait son français.

Au fil des ans, l'argument change. À qui s'inquiète de la mutilation de la syntaxe ou de la pauvreté du vocabulaire, l'ami du désastre répond que ces maux sont des biens parce que — selon les époques — il faut au jeune Québécois une langue proche de son vécu (pédagogie nationaliste), l'orthographe est une valeur bourgeoise (égalitariste), les jeunes vivent dans un nouvel habitus culturel (contre-culturaliste), Internet change les modes d'apprentissage (futuriste) et donc... etc. Depuis la Révolution tranquille, l'histoire de ces raisons variées pour maquiller en succès un échec invariable est celle de notre lâche dérive loin de la souveraineté. L'excuse qui les réunit toutes et qui est comme l'emblème national du mensonge québécois, c'est qu'un échec en français compromettrait l'estime de soi de l'élève.

De même, en effet, le Québec se ment pour pouvoir continuer à s'aimer tel qu'il est. La souveraineté, c'était l'amour du pays tel qu'il allait devenir.

Les médias raffolent des amis du désastre parce qu'ils aggravent la confusion mentale qui est devenue leur élément. «Les amis du désastre exercent leurs talents, assez logiquement, dans les domaines où le désastre semble le plus manifeste et s'expose avec une évidence qu'eux s'ingénient précisément à présenter comme trompeuse. Il s'agit toujours d'établir, chiffres en main, statistiques à l'appui, que nous ne voyons pas ce que nous voyons, que nous n'entendons pas ce que nous entendons, que ce que nous croyons qui arrive n'arrive pas vraiment.» Ici, les sociologues étant devenus trop intellectuels pour les médias, on leur préfère désormais les spécialistes en communications ou les journalistes (on n'est jamais si bien trompé que par soi-même). Mais quelle que soit la discipline invoquée, la vérité corrigée et médiatisée est toujours que le niveau, en fait, monte, que le français est fort au Québec, que l'image traduit mieux la pensée que le verbe et que (ici, au choix, inscrire un paradoxe contre tout bon sens, le plus absurde sera le meilleur).

«Derrière l'amour qu'on porte aux gens tels qu'ils sont, il y a la haine de l'homme authentique» (Adorno). Les baby-boomers avaient tout reçu: français, histoire, littérature, sciences, politique. L'autonomie qu'ils donnent en retour aux générations suivantes n'est qu'une défaite pour ne rien savoir de leur propre négligence criminelle. Et puis, on remarque bien qu'eux-mêmes, ceux qui ferment les yeux, savent de moins en moins le français. Entre les torts des adultes et ceux des enfants, il s'opère une confusion dont profite la lâcheté nationale.

***

Du sens dans ses rapports avec l'origine, le temps, l'histoire, l'étymologie, la morale, la culture, la littérature, l'éducation, la nationalité, l'immigration, «l'affaire Camus», etc.
Renaud Camus
P.O.L.
Paris, 2002, 400 pages

***

Collaborateur du Devoir

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

19 commentaires
  • Geoffroi - Inscrit 1 mai 2010 00 h 43

    La langue française et autres mensonges

    Clotaire a raison : nous sommes des sado-maso.

    J'ajouterais que nous sommes des colonisés jusqu'au trognon - même les péquistes ne se doutent pas comment ils sont "louisianisés".

    Ceux qui dirigent le pays : les partis politiques, les hauts fonctionnaires, les capitalistes accapareurs, les syndicats d'affaires, les publicitaires et médias manipulateurs ont créé une confortable et hypocrite société corporatiste de dépendants. Et la peste brune relève la tête, ici comme ailleurs. Marx écrivait que le capitalisme finirait par détruire la beauté du monde. Il avait peut-être raison.

    Heureusement que nous avons les drogues légales ou illégales et une pléiade d'humoristes, comme Labeaume, pour nous divertir.

    Restons optimistes. On peut discuter : la démocratie c'est cause toujours. Il finira bien par en sortir quelque chose.

  • Andre Vallee - Inscrit 1 mai 2010 04 h 24

    Les ”éducateux”

    Les éducateurs ”à la mode”, ”in”, mais ”in j'sé pâ quoais”, veulent former des ignorants qui ”baragouinent” deux langues, et à les entendre on ne sait pas s'ils essaient de parler ou s'ils rotent, et prétentieux en plus.
    Pas tous, quand même, mais c'est contagieux.

  • Jacques Bouliane - Abonnée 1 mai 2010 09 h 38

    Et ensuite ?

    Tout à fait d'accord avec le diagnostic. Et maintenant, quel est le traitement ?

  • Stéphane Martineau - Abonné 1 mai 2010 11 h 10

    Constat malheureusement trop vrai

    Le Québec a mal à sa langue c'est évident. Et, ce mal est lié à son mal être généralisé (qui suis-je ? où vais-je ?), à sa méfiance populiste envers tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à de l'intellectualisme. à son incapacité à assumer son histoire autrement qu'en négatif (je pense aux belles analyses de Fernand Dumont). Bref, le Québec n'est pas une terre fertile pour la langue de Molière. L'état catastrophique du système éducatif québécois le démontre bien. L'idéal éducatif du Rapport Parent a été abandonné. Notre école s'est balkanisée : écoles privées et programmes d'élites dans certaines écoles publiques d'un côté et le reste de l'autre. Le «reste» c'est l'école ordinaire où les classes ordinaires sont devenues trop souvent des classes pour élèves en difficulté. Pour ce qui est des futurs enseignants, en matière de recrutement : quand notre société se donnera-t-elle des exigences à la hauteur de l'importance de ce métier ? Mais cela aurait un coût pour les universités d'abord (moins d'étudiants dans des programmes notoirement «vaches à lait») et pour le Québec (pour attirer des étudiants de haut niveau, il faut une profession reconnue socialement, intéressante payante...). Cela coûterait cher ...Or,l'argent, on ne souhaite pas le prendre où il est. Soumis au chantage néo-libéral, notre État aime mieux subventionner les utlra riches (grandes entreprises au premier chef).

  • Alain Contant - Abonné 1 mai 2010 14 h 08

    Et Renaud Camus?

    Difficile d'ajouter quoi que ce soit au diagnostic de monsieur Larose. Dans les années soixante, on croyait que relever l'éducation allait tout améliorer. Ceux qui s'opposaient à cette campagne disaient que tout le monde n'était pas fait pour devenir médecin ou avocat, et qu'il faudrait toujours des manoeuvres et des balayeurs. J'ai entendu ça dans ma famille.

    Mais il s'agit ici de quelque chose de plus grave, de plus subtil, de plus difficile à critiquer, rectitude politique oblige. Une certaine «médiocritude» s'installe, et pas seulement au Québec, mais dans tout l'Occident. Sa cause?
    En apparence le rock and roll, le blue jeans, la McBouffe, la pîpeulisation hollywoodienne, tout ce qui attire pas sa rapidité, sa facilité, son tapage, sa vacuité. On a peur de se dire élitiste, c'est à dire de préférer ce qu'il y a de meilleur à ce qu'il y a de plus médiocre, populaire, ou selon l'ancien usage, vulgaire. Sauf au hockey, bien sûr.

    J'ai émis une hypothèse il y a bien longtemps: au Québec, les élites ont laissé faire, tout en encourageant leur progéniture à se dépasser, et à rafler les bonnes «jobs» le moment venu. Qui déniche les meilleures places dans les professions libérales? Un nombre remarquable d'enfants d'immigrants, dont le français est incommensurablement supérieur à celui des beaucoup de ti-counes de Rosemont ou de Sainte-Foy, incapables de formuler une pensée.

    Le Québec se louisianise t-il? Lorsqu'un peuple utilise une langue de trois cent mots, il démontre qu'il a perdu toute capacité de penser. Car penser réclame plus que trois cent mots. C'est un avocat haïtien qui m'a dit ça il y a bien trente ans. Il parlait d'expérience. Je n'ai pas oser lui demander de développer son affirmation.

    Et Renaud Camus? Très bonne plume, mais accusé d'antisémitisme. En France, ça pardonne rarement...