Placement ou achat d'un condo?

J'ai vendu mon condo cet été et je vis maintenant en appartement, n'ayant pu trouver à temps un autre condo ou une petite maison dans ma nouvelle région. J'habite seule et j'ai 56 ans. J'ai un revenu de 922 $ nets toutes les deux semaines.

Mon loyer mensuel, incluant l'électricité, le câble et Internet, est d'approximativement 900 $ (891 $ plus précisément). Les montants actuels et projetés de la rente de retraite qui me sera allouée sont de 444 $-511 $ à 60 ans ou de 566 $-754 $ à 65 ans. Le total de mes placements actuels s'élève approximativement à 246 000 $ (placements garantis, REER et Fonds Desjardins) et à environ 11 000 $ (FSTQ et London Life), soit environ 257 000 $. Je dois décider si je renouvelle ou pas mon loyer d'ici la fin du mois de février. Suite à la suggestion d'une amie, j'ai visité un condo ce matin pour lequel on demande

165 000 $. Entre-temps, avec quelques amis, nous cherchons un terrain depuis quelques mois (avec ou sans résidences déjà construites) dans le but de former un éco-village.

Donc:

1) serait-il plus sage de renouveler mon bail pour une autre année, en espérant trouver ce terrain et m'y construire une maison éventuellement?

2) ou est-il mieux d'investir maintenant dans un condo, quitte à déménager à nouveau dans un an ou plus?

3) Également, advenant que je reste en appartement une année supplémentaire, y a-t-il lieu de déposer le montant de 200 000 $ (le produit de la vente du condo) dans un autre type de placement plus avantageux pour une année supplémentaire?

Enfin, je prévois travailler encore au minimum dix ans et aussi longtemps que je devrai le faire pour subvenir à mes besoins et pour garder une belle qualité de vie.

Je me demande aussi si, compte tenu de mon revenu, il serait préférable que je reste en appartement. [...] J'aime beaucoup mon appartement présentement, il est spacieux, lumineux, agréable... Et il y a quand même des rénovations à faire dans le condo visité (peinture, tapisserie à enlever, lave-vaisselle à encastrer, etc., plus les dépenses de déménagement, les avis de changement d'adresse, etc.).

Voici le total approximatif des montants à débourser mensuellement:

n pour l'appartement que je loue actuellement (loyer + câble-électricité-Internet + assurances): 891 $;

n pour le condo à vendre (frais de condo + taxes mun. et scolaires + électricité + inspection — car vendu sans garantie de titre — + frais de déménagement et de rénovations): 488 $.

Aussi, j'ai un montant de 4000 $ dans mon compte d'épargne avec opérations et je me demande s'il serait plus avantageux de l'investir dans un CELI ou dans un REER.

Enfin, je me demande parfois si ce ne serait pas tout simplement plus avantageux pour moi de rester à loyer indéfiniment et de placer mon argent de façon sécuritaire, mais avec un plus haut taux de rendement.

Enfin, auriez-vous la gentillesse de me suggérer des personnes avec lesquelles je pourrais communiquer pour obtenir un avis éclairé et en toute neutralité advenant que vous ne puissiez répondre à mes questions vous-même?

Je vous remercie à l'avance de l'attention et de la confidentialité avec laquelle vous considérerez ma demande et vous souhaite une très belle journée!

M. A.


Un avoir de 257 000 $ est insuffisant pour prétendre à une retraite aisée à 56 ans. Donc, comme vous l'envisagez dans votre lettre, vous devrez encore travailler probablement jusqu'à 65 ans avant de prendre votre retraite.

D'ici là, il faut épargner et investir, question de faire passer votre avoir de 257 000 $ à près de 400 000 $ à 65 ans. Le hic: votre salaire annuel n'est pas très élevé. Votre marge de manoeuvre est donc restreinte en matière d'épargne. Que faire alors?

Une première option pourrait être d'investir votre pécule dans les valeurs mobilières. Dans votre lettre, vous dites que vous pourriez conserver votre logement actuel et investir votre argent dans des placements sécuritaires offrant un rendement plus élevé que, je présume, les comptes d'épargne. Il y a là contradiction. Le risque intrinsèque d'un placement croît avec son rendement potentiel. C'est là une loi incontournable lorsqu'il s'agit de faire du placement. Actuellement, les meilleurs rendements potentiels se trouvent à la Bourse. Et, à mes yeux, les actions des grandes entreprises canadiennes affichant un long historique de dividende offrent le meilleur rapport entre risque et rendement potentiel plus élevé. Les actions de plusieurs de ces entreprises s'échangent encore sur la base d'un taux de dividende annuel de 4 % et plus, dividende qu'elles parviennent souvent à majorer plus rapidement que l'inflation. Certes, investir dans les actions de ces grandes entreprises présente un risque intrinsèque plus élevé que de laisser dormir votre argent dans les comptes d'épargne, qui ne rapportent actuellement que des miettes (souvent moins de 1 %). Mais ce risque plus élevé est plus que compensé par les rendements potentiels de 7 % à 8 % que recèlent les actions de ces grandes entreprises à moyen terme.

Construire un tel portefeuille commande toutefois des connaissances de base en matière de placement, ce que, de toute évidence, vous ne possédez pas. Aussi serait-il assez hasardeux dans votre cas d'investir la totalité de votre avoir dans ce seul type de placement. Par ailleurs, je pense que posséder une propriété dans son avoir est important.

Une autre option, et c'est celle-là que je vous suggère, est d'acquérir un condominium tel que celui considéré dans votre lettre, dont le prix demandé est de 165 000 $ (essayez de vous en tenir à des condos de ce prix). Selon vos calculs, il vous en coûtera près de 488 $ par mois pour habiter ce condo (je présume ici que vous avez déterminé ce montant en assumant que vous paierez comptant ledit condo) contre le coût mensuel de 891 $ pour votre logement actuel. La différence, soit 403 $ par mois, vous verrez à l'épargner systématiquement. Cette épargne annuelle ainsi qu'une bonne partie de vos autres liquidités (soit autour de 80 000 $) pourront être canalisées vers les actions de grandes sociétés canadiennes. Vous verrez à n'acheter ces actions que graduellement (échelonnez votre programme d'achat sur un an et demi environ) et que sur faiblesse des cours (correction de 7 % ou plus par rapport à leur plus récent sommet des 52 dernières semaines). Et pour ce faire, vous verrez à vous inscrire à une bonne lettre financière 100 % objective (ou son équivalent), dont la mission consiste à suivre le développement des grandes entreprises canadiennes. Vu la somme à investir, vous limiterez à cinq le nombre de compagnies dont vous accumulerez les actions. Vous choisirez les entreprises de manière à pouvoir participer à quatre ou cinq secteurs clés de notre économie. Selon cette approche, votre avoir se trouvera adéquatement diversifié entre les deux principales classes d'actif essentielles à l'enrichissement de la plupart des individus.

Une autre option, et c'est celle-là que je vous suggère, est d'acquérir un condominium tel que celui considéré dans votre lettre, dont le prix demandé est de 165 000 $ (essayez de vous en tenir à des condos de ce prix). Selon vos calculs, il vous en coûtera près de 488 $ par mois pour habiter ce condo (je présume ici que vous avez déterminé ce montant en assumant que vous paierez comptant ledit condo) contre le coût mensuel de 891 $ pour votre logement actuel. La différence, soit 403 $ par mois, vous verrez à l'épargner systématiquement. Cette épargne annuelle ainsi qu'une bonne partie de vos autres liquidités (soit autour de 80 000 $) pourront être canalisées vers les actions de grandes sociétés canadiennes. Vous verrez à n'acheter ces actions que graduellement (échelonnez votre programme d'achat sur un an et demi environ) et que sur faiblesse des cours (correction de 7 % ou plus par rapport à leur plus récent sommet des 52 dernières semaines). Et pour ce faire, vous verrez à vous inscrire à une bonne lettre financière 100 % objective (ou son équivalent), dont la mission consiste à suivre le développement des grandes entreprises canadiennes. Vu la somme à investir, vous limiterez à cinq le nombre de compagnies dont vous accumulerez les actions. Vous choisirez les entreprises de manière à pouvoir participer à quatre ou cinq secteurs clés de notre économie. Selon cette approche, votre avoir se trouvera adéquatement diversifié entre les deux principales classes d'actif essentielles à l'enrichissement de la plupart des individus.

À voir en vidéo