Hors-Jeux - Plus haut, plus fort, plus lent

Photo: Agence France-Presse (photo)

Il est beaucoup question de vitesse dans des Jeux olympiques d'hiver, et on comprend un peu pourquoi, n'est-ce pas, avec tous ces chronomètres disposés un peu partout. Que voulez-vous, nous vivons dans un monde essentiellement pressé. Raison pour laquelle il y a tellement de maladies liées au stress qui engorgent notre réseau de la santé.

Aussi, vous me connaissez un peu depuis le temps, le désir constant d'aller au-delà de l'évidence immédiate et si possible à côté du sujet, me suis-je demandé dans mon sémaphore intérieur qui se mouvait le plus lentement à Vancouver 2010. Et la réponse est venue, on ne s'y attendrait pas nécessairement en temps normal, du prestigieux Wall Street Journal, qui a, aux fins d'enquête sur le terrain, loué un radar.

Ce sont donc les joueurs de curling qui, s'élançant du bloc de départ pour projeter leur pierre, atteignent une vitesse de pointe de 16 km/h lorsqu'ils veulent lancer le plus fort. On s'en doutait un peu, le curling faisant bien davantage appel à la précision qu'à l'intensité du déplacement. Aux fins de comparaison, une machine Zamboni file à quelque 18 km/h.

Ce qui m'amène à suggérer fortement que la course de Zamboni en slalom soit inscrite au programme des Jeux.

Le WSJ a par ailleurs cherché à déterminer quelle était l'activité olympique la plus lente. Il n'y a pas de réponse sûre, mais il est apparu que la file à un comptoir de bière à place Hockey du Canada avançait à 0 km/h. Hé, même mon coup de zapette administré depuis mon sofa Second Empire est plus rapide que ça.

***

Quelque temps après leur conquête de la médaille d'or, jeudi, les hockeyeuses du Canada sont retournées sur la patinoire pour se prendre en photo. Elles buvaient de la bière et du champagne et certaines fumaient un cigare.

Voilà qui confine au scandale, n'est-ce pas? Certains pensent que si, quel exemple pour notre belle jeunesse si influençable et toutes ces choses, et les images ont fait le tour du monde.

Le Comité olympique américain a présenté ses plates excuses aux personnes qui auraient pu être «offensées» par cette célébration. Certes, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle et cela aurait dû demeurer dans le vestiaire, mais qui peut se sentir offensé par ça?

N'y a-t-il pas de motifs d'indignation infiniment plus graves et plus urgents?

Pendant un moment, l'information a circulé que le Comité international olympique avait ouvert une enquête. Finalement, il s'agit simplement d'une demande d'informations supplémentaires parce que, vous savez, l'image...

Le monde est un peu coincé, des fois, je trouve.

***

C'est l'histoire d'un gars, comprends-tu, qui arrive en retard de 12 minutes et 46 secondes en temps arrêté pour se regarder une joute de hockey mettant aux prises les États-Unis et la Finlande et constate que c'est déjà 6-0 et il s'interroge sur l'opportunité de retirer le hockey masculin des Jeux olympiques à cause des scores à sens unique.

Il se dit aussi que ça serait cool de pouvoir vivre toute sa vie en temps arrêté.

***

Parlant de nouvelles disciplines qu'il serait loisible d'intégrer aux JO, on peut imaginer toutes sortes de choses juste pour s'amuser. Quand on passe sa 175e heure de visionnement en deux semaines, il arrive que l'esprit divague et qu'il se retrouve dans une sorte d'univers parallèle, ou peut-être perpendiculaire, allez savoir.

Le saut à bobsleigh, par exemple. Pour l'atterrissage, principalement.

Ou le ski-doo cross. Le brouillard induit moins par les caprices du climat que par des tuyaux d'échappement délibérément en état d'acide lactique.

Ou alors, le skeleton et la luge inversés. Le skeletonneur fonce tête première, mais il est sur le dos, et le lugeur descend les pieds devant, mais sur le ventre.

Je pense que je vais aller prendre un comprimé.

***

Une sérieuse moisson hier.

Vous serez certainement étonnés de constater qu'hier on apprenait que Jonathan Toews est incroyable, que la patineuse Katarina Witt était incroyable, que le duel de gardiens dans le match Finlande-États-Unis, Kiprusoff contre Miller, s'annonçait incroyable (elle ne le sera pas pantoute), que la performance des filles canadiennes au hockey la veille était incroyable, que l'ambiance à la Molson Hockey House était incroyable, que la domination des Américains au hockey est incroyable, que voir des athlètes au village olympique est incroyable, que la prestation des États-Unis masculins à la poursuite du longue piste est incroyable, que la défaite des Canadiennes dans la même épreuve est incroyable et que la vitesse d'un bob à quatre est incroyable.

Rassurez-vous, ça achève. Dès lundi, Vancouver 2010 sera terminé et l'univers redeviendra tout à fait vraisemblable. Du moins on l'espère.
3 commentaires
  • Annie Girard - Inscrite 27 février 2010 04 h 57

    De nouvelles disciplines sportives

    Pourquoi pas le lancer du brocoli: les athlètes le pratiquent déjà en se débarrassant au plus vite dans la foule de l'ignoble bouquet verdâtre qu'on leur remet.
    En ce qui concerne le bobsleigh renversé, le skeleton à l'envers ou la luge cul par dessus tête, la piste de Whistler permettent déjà de bien les pratiquer.
    Il y a aussi le lipsync en retard, de l'athlète québécois francophone qui essaie de suivre l'hymne canadien chanté en anglais lors de sa cérémonie des médailles.

  • Ivan Jobin - Inscrit 27 février 2010 09 h 16

    La seconde imperceptible

    Les Olympiades de la technologie

    C’est ce que nous constatons présentement, tant dans les jeux d’hiver que les jeux d’été, et cela depuis plusieurs années. Au centième de seconde l’œil humain ne perçoit pas grand mouvement, on doit se fier à l’œil électronique. Quand aux résultats des gagnants de médailles, ce n’est plus vraiment l’athlète qui les gagnent, ce sont les fabricants d’équipement sportif qui performent le mieux.

    Alors pourquoi tant d’argent investi pour la promotion des grandes marques d’équipement sportif. Si l’on s’en tenait à des jeux où les performances de l’athlète à nu seraient évaluées on pourrait parler de jeux compétitifs à chance égale.

  • Jessy Leblond - Abonnée 27 février 2010 10 h 39

    Le comité olympique américain??

    Qu'ont-ils à voir la dedans??