Hors-Jeux - Notre Canada

Les experts s’attendaient à deux médailles canadiennes au 1500 m, hier, mais seule Kristina Groves est montée sur le podium en remportant l’argent à l’Anneau olympique de Richmond.
Photo: Agence Reuters Dylan Martinez Les experts s’attendaient à deux médailles canadiennes au 1500 m, hier, mais seule Kristina Groves est montée sur le podium en remportant l’argent à l’Anneau olympique de Richmond.

Par un effet de calendrier assez retentissant merci, il y avait trois joutes de hockey masculin sur glace olympique en ce dimanche. Jusque-là, rien de bien stupéfiant puisque nous sommes tout de même en plein milieu de Vancouver 2010, mais il faut voir exactement à quoi on avait affaire à Place Hockey de Canada. D'abord Russie-République tchèque, reproduction de la finale de Nagano 1998. Ensuite Canada-États-Unis, reproduction de la finale de Salt Lake City 2002. Puis Suède-Finlande, reproduction de la finale de Turin 2006. Des rivalités comme il ne s'en fait plus, dans l'ordre chronologique à part ça, messieurs dames. On aurait fait exprès que cela ne se serait pas produit autrement.

Il s'agissait donc d'une journée importante pour notre Canada, peut-être la plus importante de son histoire. Sérieux. Savez-vous ce que la presse du ROTW (Rest of the World) raconte au sujet de notre Canada?

Une balade de santé dans les internets nous révèle que notre Canada est un maniaque fini de hockey. Tout ce qui compte pour lui, c'est le hockey. La seule chose avec laquelle il ne rigole pas, c'est le hockey. Il rit de tout le reste: la luge biplace, le saut à bobsleigh, les costumes de patin de fantaisie, la prorogation du Parlement, la grippe A(H1N1). Tout. Mais le hockey, pas touche. Notre Canada ne gagnerait aucune autre médaille que l'or au hockey qu'il serait au comble de l'allégresse.

Tout cela alors que l'on ne sait pas si les pros de la Ligne nationale seront de nouveau au rendez-vous à Sotchi en 2014. Le commissionnaire Gary Bettman ne veut pas s'engager là-dessus, il va devoir y avoir des négociations, ça va être compliqué, tout est toujours compliqué. Ce qui est certain, par contre, c'est que plusieurs joueurs russes ont déclaré qu'ils seraient à Sotchi quoi qu'il advienne, même si on le leur interdit. Il serait quand même joli de voir Ovechkin, Malkin, Markov, Kovalchuk et Semin dire au boss de manger un char.

Et si on rappellera pour mémoire que l'objectif premier d'envoyer les pros aux JO était de vendre le hockey aux États, on doit constater que ça ne fonctionne pas trop trop: dimanche soir, NBC a choisi de reléguer le match Canada-USA à sa chaîne câblée MSNBC pendant que l'essentiel du grand public se voyait offrir, au réseau principal, de la danse sur glace et des trucs en différé.

***

C'est ça qui est ça. Il ne sera pas à nous, le podium, finalement. Le programme de près de 120 millions qui devait propulser notre Canada au sommet du classement des médailles n'a pas donné les résultats escomptés, et la chef de mission, Nathalie Lambert, a reconnu qu'il faudra se contenter d'un rang inférieur. En début de soirée dimanche, les États-Unis, qui cartonnent comme des malades, comptaient 24 podiums, l'Allemagne 16, la Norvège 12, la Corée du Sud et notre Canada 9 chacun.

Mais vous vous en fichez, n'est-ce pas, parce que tout ce qui vous intéresse, c'est le hockey.

***

Mon dictionnaire full préjugés m'indique qu'il n'existe pas d'équivalent féminin au mot «vétéran». Ce qui ne nous empêche nullement de faire preuve d'inventivité pour désigner une athlète qui possède beaucoup d'expérience. Personnellement, j'opterais pour «vétérane», suivant en cela l'exemple montré par courtisan/courtisane, paysan/paysanne, partisan/partisane, faisan/faisane et Gaétan/Gaétanne.

Pourtant, voilà une bonne dizaine de fois que j'entends, au cours de ces Jeux, des représentants de la télévision olympique employer «vétérante». Ce qui sonne incorrect à l'oreille interne, pour tout dire.

Il faudrait que cela soit corrigé de toute urgence. Car la vétérante est une pomme pourrite dans le vocabulaire général, un problème qui ne doit pas être pris à la légerte.

***

On remarque au passage que deux des joueuses membres de l'équipe de curling du Danemark s'appellent Madeleine Dupont et Denise Dupont. Ça doit être la diaspora du Plateau.

***

En ce dimanche, on apprend que les jeunes Norvégiens adeptes du biathlon ont une chance incroyable d'avoir un leader comme Ole Einar Bjoerndalen pour leur montrer le chemin.

Après avoir remporté une médaille d'argent jeudi au 20 kilomètres individuel, le grand Bjoerndalen compte maintenant 10 podiums dans l'ensemble de sa carrière, dont cinq titres olympiques. Hier, il n'a cependant pu faire mieux qu'une 27e place au 15 km départ groupé.

Et voulez-vous une confidence? La veille de ses épreuves, Bjoerndalen dort en compagnie de sa carabine. Vrai de vrai. «Heureusement, ma femme n'est pas jalouse», dit-il. Il faut préciser que celle-ci doit le comprendre puisqu'il s'agit de l'ancienne biathlonienne italienne Natalie Santer.

Par ailleurs, pour vous mettre à jour, le premier quart de finale de ski cross a connu une fin incroyable. La grosseur des joueurs de hockey sur glace est incroyable. En finale du ski cross, on a joué le tout pour le tout de façon incroyable.

On n'en revient juste pas.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

12 commentaires
  • Samuel Pothier - Inscrit 22 février 2010 01 h 39

    Anticipation

    Jean Dion conservera-t-il son mépris envers nos dictionnaires pour gens graves lorsque sa coquine frimousse y sera exposée aux yeux voyeurs de la postérité (ainsi que pour augmenter les ventes des dits bouquins)?

  • jacques noel - Inscrit 22 février 2010 07 h 32

    Notre sport national

    Le hockey a été inventé ici à Montréal. C'est NOTRE sport national et le tournoi a lieu dans NORTRE pays (légal). Alors comment expliquez-vous qu'il n'y ait qu'un seul Québécois dans l'équipe, et qu'il joue sur le 5e trio?

    Comment expliquer que Martin St-Louis, 6e compteur de la ligue n'ait pas été invité? Lecavalier? Vermette? Dumont? Brière? Burrow? Gagné?
    Robidas?

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 22 février 2010 07 h 31

    La carabine est chargée ou pas?

    .

  • Claude Archambault - Inscrit 22 février 2010 10 h 29

    @ M. Noel

    lisez ceci...... Moi qui n'aime pas trop ces gens qui se disent nos cousin, mais qui ne sont en général que des lacheux, ils nous ont abandonnés dans le passé, ils on joint les allemands, ils ont collaborés.... mais comme toute règle il y a des exceptions en voici une brillante.

    http://www.liberation.fr/sports/0101620458-comment

  • alcibiadez - Inscrit 22 février 2010 10 h 30

    Recomptez, M. Noël

    En plus de Patrice Bergeron, dont vous parlez, les trois gardiens (Martin Brodeur, Marc-André Fleury et Roberto Luongo) sont québécois.