Hors-jeux - Sous la douche

Alexandre Bilodeau
Photo: Agence Reuters Alexandre Bilodeau

Depuis quand le biathlon olympique se déroule-t-il sous la douche? pouvait légitimement se demander hier après-midi le téléspectateur qui n'aurait pas suivi ses actualités climatologiques ces jours derniers et n'aurait donc pas su que, bon, enfin bref, que voulez-vous, l'humain est bien peu de choses et si la Nature décide de lui faire des petites misères alors qu'il essaie très fort de se confectionner des Jeux d'hiver, le dernier mot lui appartiendra toujours, à la Nature.

Je songeais à tout cela, à l'absurde difficulté de toute quête, en regardant une interruption de 3000 mètres dames de patinage de vitesse longue piste, car oui, même à l'intérieur ils ont eu des problèmes, la glace de l'anneau de Richmond s'est faite rébarbative pendant un certain temps, refusant par un paradoxe incompréhensible de se faire belle le jour de la Saint-Valentin.

Quand la compétition a repris, on a eu droit à beaucoup de Canada, avec Cindy Klassen, Clara Hughes et Katrina Groves. Pas encore de médaille d'or, cependant: Groves a décroché le bronze. En cette journée où la France cartonnait d'aplomb, Vincent Jay champion au sprint 10 km biathlon et Jason Lamy Chappuis titré au combiné septentrional, cela nous a rappelé que le Canada n'avait jamais foulé la plus haute marche du podium au Canada.

Comment, vous n'étiez pas au courant? Vous n'avez pas suivi vos actualités? Alors, voici: depuis vendredi, on a pu entendre 2355 fois que le Canada n'avait pas gagné de médaille d'or à Montréal en 1976, ni à Calgary en 1988. J'ai même lu qu'il s'agissait d'une sorte de «malédiction», mais que si vous êtes un peu patients, vous allez voir ce que vous allez voir, peut-être même dès dimanche soir aux bosses messieurs, si un autre Français, Guilbaut Colas, premier après les qualifs, ne vient pas casser le party.

Et le croiriez-vous, cela s'est bel et bien produit, par les bons soins d'Alexandre Bilodeau. Voyez, vous n'avez pas eu à être si patients que ça... C'est bien connu, les malédictions n'existent pas.

***

Après la victoire de 18-0 du Canada contre la Slovaquie samedi soir en hockey féminin, joute au cours de laquelle les Canadiennes ont dominé 67 à 9 au chapitre des tirs au but, l'entraîneure Meldoy Davidson a déclaré que les Slovaques avaient «vraiment, vraiment bien joué». Tsé.

On se rappellera pour mémoire qu'en qualifications pour Vancouver 2010, la Slovaquie avait battu la Bulgarie 82-0, 139 lancers contre aucun. Il faut dire que les Bulgares avaient reçu leurs patins et leur équipement un gros deux semaines plus tôt.

Maintenant, si on n'a rien de particulier à faire, on se fait une imagerie mentale par la force de la pensée et on essaie de visualiser ce qui se passerait si le Canada affrontait la Bulgarie. Moi, je me dis que ce serait un peu comme si je faisais de la demi-lune contre Shaun White. Je n'aurais une mince chance de gagner que s'il s'agissait du petit gâteau Vachon.

Et tenez, pour rester dans le sujet, on apprend que la grande skieuse américaine Lindsey Vonn, dont on ne sait toujours pas si elle pourra prendre part aux épreuves alpines en raison d'une blessure au tibia droit, est prête à tout pour accélérer la guérison. Y compris appliquer du... gâteau au fromage sur sa jambe. C'est fou, hein, les Jeux olympiques?

***

Ça ne s'invente pas. Le patineur artistique américain Johnny Weir avait prévu de séjourner à l'hôtel pendant les Jeux, mais il a dû se raviser après avoir reçu des menaces de la part de militants antifourrure. C'est que Weir a l'habitude de porter de la fourrure sur son uniforme de compétition. (Il s'en abstiendra, semble-t-il, à Vancouver.) Ce qui ne s'invente pas, c'est ce qu'il a dit: «J'aime la fourrure, j'aime les choses qui proviennent d'animaux morts.»

Il a ajouté que «nous portons tous des patins en cuir provenant de vaches mortes». Weir réside au village olympique, où sa sécurité peut être mieux assurée.

***

Dans la série «On ne se refait pas», le quotidien français L'Équipe publiait mercredi dernier une page «100 % Canada» contenant des entrevues avec Jamie Cudmore, un joueur de rugby natif de Squamish, près de Vancouver, qui porte les couleurs de l'ASM Clermont Auvergne, et Cristobal Huet, l'ancien portier de filet de Canadien maintenant avec le Chicago HC.

Or dans ses titres et sous-titres, le journal a trouvé le moyen de caser les mots «ours», «bûcheron» et «cabanes à sucre».

Soupir, genre.

***

Selon une dépêche, le Français Pierre Vaultier, numéro 1 mondial du snowboard cross, s'étonne que ses adversaires des États-Unis aient fait son éloge. «C'est assez incroyable que des Américains vantent un Français», a-t-il dit.

À RDS, le monsieur a dit à la mère de Jean-Philippe Le Guellec, concurrent au biathlon, que ça devait être une journée incroyable pour son fils. Un peu plus tard, le même monsieur a demandé à Le Guellec s'il considérait que finir parmi les dix premiers serait incroyable. Le jeune homme a finalement pris la sixième place, établissant un record canadien.

Lors de la prestation du couple polonais de patin de fantaisie formé de Joanna Sulej et Mateusz Chruscinski, la jeune femme a fait une chute et Alain Goldberg a dit que c'était incroyable.

Jennifer Heil, médaillée d'argent aux bosses samedi soir, a déclaré au coin du feu que lorsqu'elle se trouvait au sommet de la piste lors de la finale, il s'agissait d'un moment incroyable. Il était aussi incroyable de savoir que tout le Canada la soutenait.

Si vous voulez l'avis d'un seul homme qui est payé pour songer à ce genre de choses, ce feu de foyer sur V, qui nous rappelle le bon vieux temps de TQS après le long métrage pour adultes consentants du samedi soir, est aussi, d'une certaine manière mais je ne vous dis pas laquelle, un peu incroyable.
2 commentaires
  • Geoffroi - Inscrit 15 février 2010 09 h 06

    Potins plates pour westerners

    En hiver, il pleut régulièrement à Vancouver depuis des siècles. On peut bien en rire...bande de cocos.

    A ce jour le Québec a récolté 2 médailles, or et argent, mais "on n'existe pas". Qu'est-ce qu'on fait là. Chasse-galerie Go home.

  • Annie Girard - Inscrite 15 février 2010 10 h 50

    Que seraient-ils sans nous...

    C'est peut-être un peu dur, mais ça me fait penser aux couples malheureux où un conjoint dénigre l'autre pour lui faire perdre confiance, dans l'espoir de l'empêcher de partir...
    Dans tous ces sports d'hiver représentés aux Jeux de Vancouver, il semble assez apparent que le contingent d'athlètes québécois est plus élevé que la porportion de la population du Québec dans celle du Canada.
    Dans le fond, ici comme dans les couples, celui qui a le plus besoin de l'autre n'est pas toujours celui qu'on pense...