L'effet chocolat

Le Salon du chocolat de Tokyo est un véritable Klondike pour l’industrie chocolatière, en croissance de 20 % par année depuis cinq ans au Japon. Il lui permet de réaliser 80 % de son chiffre d’affaires annuel, soit bien plus qu’à la période de Noël.
Photo: Philippe Mollé Le Salon du chocolat de Tokyo est un véritable Klondike pour l’industrie chocolatière, en croissance de 20 % par année depuis cinq ans au Japon. Il lui permet de réaliser 80 % de son chiffre d’affaires annuel, soit bien plus qu’à la période de Noël.

Rien n'est plus fort que l'amour, pas même la récession ou la psychose de l'automobile, pour combattre l'effet chocolat, ou si vous préférez: le Valentine's Day tel que décrit par les Japonais.

Depuis plusieurs semaines, boutiques et grands magasins regorgent de produits de toutes sortes, avec le plus souvent le rouge en vedette.

La vie au Japon, et plus précisément dans la capitale qu'est Tokyo, est relativement chère. Bien des Japonais n'hésitent pas, par nécessité, à parcourir 100 kilomètres par jour en train pour retrouver leur domicile. Comme dans le reste de l'Asie, la nourriture y fait partie des «valeurs plaisirs». Les Japonais se retrouvent le plus souvent au restaurant, faute de temps passé à la maison.

Une crise qui dure

Depuis deux ans, les grands hôtels et les restaurants étoilés souffrent de cette crise qu'ils aimeraient bien voir derrière eux. Et rien dans l'image de Toyota n'est fait pour arranger les choses, précise Yamaguchi, hôtelier de renom installé à Tokyo, à Kobe et à Osaka, à qui la crise économique fait mal.

Cependant, fin janvier, un ballet impressionnant des plus grands chefs chocolatiers du monde se met en branle pour le Salon du chocolat de Tokyo, soit, tiens donc, deux semaines à peine avant la Saint-Valentin.

En réalité, c'est le Klondike pour cette industrie, en croissance de 20 % par année depuis cinq ans au Japon. Le Salon lui permet de réaliser 80 % de son chiffre d'affaires annuel, soit bien plus que la période de Noël. Toutes les nations y sont présentes et bien représentées, sans compter les Japonais eux-mêmes, qui n'hésitent pas à utiliser le français sur leurs emballages pour afficher leurs produits.

Passion chocolat

Difficile pour nous d'imaginer ces queues interminables devant les microboutiques installées à la va-vite dans les grands magasins et prises littéralement d'assaut par les amoureux du sucré chocolaté. Un tel engouement dans un pays en récession et durement affecté par la crise économique peut surprendre l'étranger guère habitué à ce genre de manifestation pour le plaisir du ventre. Un phénomène de société dont essaient tant bien que mal de profiter les autres commerçants liés de près à l'alimentation, qui aimeraient bien avoir leur part du gâteau de la Saint-Valentin.

La fête du martyr romain est devenue celle des amoureux, puis une occasion de remercier ou de s'offrir un cadeau à soi-même.

Les grands magasins savent fort bien tirer profit de la Saint-Valentin et n'hésitent pas à investir des milliers de yens en publicité ou pour couvrir la façade de leur enseigne. Cette manne inespérée pour les grands chocolatiers suisses, belges ou français fait en réalité l'affaire de tous.

Chez Isetan, magasin à la mode sur Shinjuku, une des grandes avenues de Tokyo, on ne laisse pas passer l'occasion. Les chefs, comme des vedettes du show-business, paradent avec un crayon pour signer les emballages, car ici emballage il y a.

Nous sommes au pays du suremballage, et pas question de se réfréner alors que le chocolat s'y vend plus cher que nulle part ailleurs.

Nouveaux joueurs

Les Japonais ont assurément le goût du luxe. Il n'est pas rare de voir des femmes, l'après-midi, se donner rendez-vous dans les cafés des grands hôtels pour y déguster champagne et pâtisseries. Le groupe LVMH (Louis Vuitton, Moet, Hennessy) réalise une grande partie de son chiffre d'affaires en Asie et, jusqu'à récemment, avant que la Chine ne se réveille, principalement au Japon.

Avec l'arrivée de nouveaux joueurs comme la Chine, Singapour et la Corée, l'effet chocolat pourrait bien, comme au Japon, y faire se déplacer les foules.

Arrivé de Lyon pour présenter aux Japonais ce qui est probablement le meilleur chocolat artisanal qui soit, Philippe Bernachon a eu la «bonne surprise» de constater à quel point il y était attendu, vendant en trois jours ce qu'il avait prévu pour 10 jours.

La Saint-Valentin rassemble les coeurs, de pierre, brisés ou amoureux; au Japon, tous ont le même point commun, ils sont faits de chocolat et ne sont jamais retournés au fabricant, pour une fois.

***

Biblioscopie

Recettes de cuisine du Moyen Âge

Le Vivendier

Traduit et adapté

par Jean-François Kosta-Théfaine

Éditions Imago

France, 2009, 141 pages

Ne cherchez pas ici de recettes faciles à préparer, car celles-ci remontent au XVe siècle et sont à usage privé: coulis pour malade, haricot de mouton...

***

À l'ardoise

Mondial des cidres de glace, Le classement 2010

Les lauréats de l'or

- Cidrerie La Pommeraie du Suroît

Les Pommes du Roy, «récolte hivernale» 2008

- Les Vergers Lafrance

Cidre de glace «cuvée spéciale» 2007, Domaine Lafrance

Cidre de glace, Domaine Lafrance 2008

- Domaine Pinnacle

Pinnacle «Signature» 2007

- Cidrerie La Pomme du Saint-Laurent

Verger de glace non millésimé


Montréal en lumière: Douces saveurs

C'est parti! Du 17 au 20 février et du 23 au 27 février, c'est la fête des saveurs au complexe Desjardins, et le tout est gratuit.

Artisans des métiers de bouche et fromagers se succéderont pour vous faire découvrir le meilleur des produits du Qubec.

n www.montrealenlumiere.com

***

Recette de la semaine

Pommes de terre rösti au lard

5 pommes de terre Yukon Gold

2 oignons blancs hachés

80 g de lardons (bacon) ou de jambon cru

1 oeuf entier

Sel et poivre au goût

Éplucher les pommes de terre et râper à la grosse grille.

Dans un saladier, mélanger les pommes de terre râpées avec l'oignon, l'oeuf et les lardons.

Assaisonner.

Verser un peu d'huile dans une poêle et faire frire durant 4 à 5 minutes sous forme de galettes.

Note: l'oeuf est facultatif, mais il permet de mieux faire tenir le mélange.