Long-courrier - 13 février 2010

Les calanques, entre Marseille et Cassis, en France.
Photo: OFFICE DE TOURISME DE MARSEILLE Les calanques, entre Marseille et Cassis, en France.

«Nous lisons avec attention votre chronique dans l'édition des samedi-dimanche du Devoir. Nous conservons d'ailleurs précieusement vos avis et conseils sur les destinations qui nous intéressent. Nous prévoyons partir en Amérique du Sud à l'automne 2010. Nous voyagerons avec sac à dos.

«Nous pensons aller en Bolivie pour visiter Potosi et le désert de sel. Nous aimerions aller voir les chutes Iguasu pour ensuite nous diriger vers le Chili, l'île de Pâques et l'Argentine.

«Cependant, nous ne savons pas dans quelle direction débuter notre périple. Nous envisageons de partir vers la mi-septembre et de revenir vers la fin de novembre.

«Nos interrogations sont multiples: devrions-nous louer une auto? Est-ce facile de circuler et de faire le plein d'essence? Devons-nous prévoir des vêtements chauds même si nous irons au début de leur printemps? Nous aimons bien nous imprégner de la culture et de la vie quotidienne des gens lorsque nous visitons.

«Avez-vous des suggestions à nous faire concernant certaines villes ou villages où il ferait bon rester plusieurs jours? Nous ne cherchons pas à résider dans des hôtels quatre-étoiles.

«Nous voulons plutôt des petits hôtels à dimension humaine. Trois critères: propreté, eau chaude et salle de bain dans la chambre.

«Nous sommes ouverts à toutes vos suggestions. L'an dernier, nous sommes partis trois mois en Asie.

«Nous avons toujours utilisé les transports en commun et fait les réservations d'hôtels par Internet. Nous sommes capables de nous adapter facilement à différents modes de vie.»

Constance Bourque, Montréal


Votre dernier parcours de plusieurs mois en Asie montre que vous campez déjà sur les dérives aventureuses qui reforment la jeunesse et qui ne déforment pas trop la géographie et ses occupants. Si, en Asie, il y a parfois une certaine retenue, quand ce n'est pas une vraie timidité chez beaucoup de personnes rencontrées, vous allez vivre presque le contraire dans la partie du monde que vous vous proposez de visiter. Ce sont un peu des images faciles que je vous livre, mais ce sont le plus souvent des réalités quotidiennes.

En Argentine, on discute fort... Au Chili, on revendique fort et à l'île de Pâques, on ne s'indigne presque plus des malheurs des autres. Les statues témoignent et les charognards rigolent. La location d'une voiture pour traverser ces pays de l'Argentine à l'île de Pâques, en passant par le Chili, n'est pas nécessaire. Les transports en commun sont bien structurés en Argentine et au Chili. Se procurer l'Atlas de Rutas Firestone, avec des plans de villes et de villages qui ne figurent pas dans les guides généralistes. La route de Mendoza-Uspallata-Puente del Inca sert de porte d'entrée pour rejoindre la capitale chilienne. Si vous voulez aller du côté d'Ushaia, la route de Rio Gallegos à Ushuaia, via Punta Delgada au Chili, est une véritable aventure routière. Crucero del norte (www.crucerodelnorte.com.ar/cn/english/quienessomos.ht) et Andesmar (www.omnilineas.com/argentina/.../andesmar) sont des compagnies d'autobus très recommandables.

Pour rejoindre l'île de Pâques, on le fait en avion au départ du Chili (www.lanchile.com). Il n'existe pas, dans le monde, de territoire insulaire habité plus éloigné du continent que cette mystérieuse île de Pâques, à 3700 kilomètres à l'ouest des côtes chiliennes et à quelque 4000 kilomètres de Tahiti.

En ce qui concerne l'île de Pâques, ce qui frappe, c'est sa petitesse: 25 kilomètres de long sur 16 de large. On la fait à cheval dans le nord, en vélo de montagne, en moto ou à pied dans le reste de l'île. Pour les molosses de pierre, on court à l'alignement sur les 7 moï d'Akivi, sur le mont Tere Vaka puis sur les contreforts de la baie du sud-est à Akahanga, Tongakiri et Hanga Hoonu, pour ne citer que les sites les plus photographiés ou les plus mystiques.

Des villages que je suggère aux chercheurs de partances: en Argentine, Cabo San Pablo, San Martin de los Andes et Vilavicencio. Au Chili, San Pedro de Atacama, Toconao puis la Quebrada de Jer. Quant aux hôtels, Rough Guide et Lonely Planet donnent de bons tuyaux. Camping possible: http://www.voydecamping.com.ar/list_provincias.htm, http://www.sitiosargentina.com.ar/camping%20argentina.htm, http://www.acampante.com/...r.asp?por=provincias.

On dirait le Sud...

«Nous sommes deux couples et, du 24 mai au 17 juin, nous sillonnerons la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur-Riviera et, si possible, un peu du Languedoc (Nîmes...). Nous arriverons à Marseille. Nous prévoyons nous installer à deux ou trois endroits, dont Marseille ou région, et rayonner en voiture dans les environs. Que conseillez-vous comme lieux de résidence? Quels sont les incontournables à faire et à voir? Les petits villages à découvrir? Toutes vos suggestions de parcours seront très appréciées.»

R. Poirier, Montréal

En ce qui a trait à Marseille, la ville vaut quelques jours de visite: ville métissée, port mythique, calanques en point de mire et culture au coin de la rue. Un tour à Aix pour ses fontaines et des rues piétonnes, ainsi que le Cours Mirabeau. Cassis pour un bord de mer ouvert à l'année, la Camargue pour des herbes au vent, des crinières chevalines et des fêtes taurines. Nîmes et Arles pour des versions romaines. Collioure des peintres et des villages perchés comme Olette. Prades pour un petit train jaune.

Je vous suggère les passages de l'intérieur à faire en voiture en toute quiétude. Un village se réveille, la pétanque attend l'apéro, le marché se remballe... Et toujours, deux incontournables: l'accent et la cigale. Je veux dire par là que les cigales ont l'accent...

***

À suivre

Les Parcours Cinéma qui invitent à découvrir Paris, ses quartiers célèbres ou insolites, des lieux connus ou inconnus à travers des films réalisés dans la capitale. Le dernier parcours imaginé par la Mission Cinéma est inspiré du film consacré à Serge Gainsboug. On va vers le 5 bis, rue de Verneuil (7e arrondissement), la rue André del Sarte (18e), le Port de Montebello (15e), la Cité internationale des Arts (4e), le 2, place du Colonel-Fabien (10e), siège du Parti communiste, et les studios Ferber (20e). On pourra finir par le cimetière du Montparnasse, là où est enterré Gainsbar. Reposent également Simone de Beauvoir, Sartre et Aron. Quant aux autres parcours de films allant du Petit Nicolas à Ratatouille, ils sont téléchargeables sur http://www.paris.fr.

***

À voir, à lire, à entendre

- C'est toujours avec un certain sourire ou même un rire certain que je profile toutes les tentatives reliées au côté bon marché de la Suisse. La dernière cuvée du Guide du routard consacrée à la terre de Guillaume Tell n'échappe pas à la règle. On sait maintenant que la clientèle du Routard n'en est plus une de sac à dos omniactif, mais il n'en reste pas moins que pour ceux qui se sont légèrement embourgeoisés et qui veulent faire un séjour d'au moins trois semaines au pays du coucou, il faudra marquer les pages et lire entre les lignes pour des adresses qui ne courtisent pas trop les billets de banque. Ce que le guide ne dit pas, c'est que par les temps qui courent, crier Polanski et mosquée après minuit sur le lac de Genève est assez mal vu.

- Un plaisir malin que de parcourir le miniguide Hachette Un Grand Week-end à New York (2010) pour survoler les sites d'expos, les endroits où magasiner, les restos qui se branchent et débranchent, les déjeuners à moins de 15 $. 150 pages illustrées et commentées.