Quand l'eau des Bois-Francs devient rouge

Je me souviens encore de cette première visite à Saint-Louis-de-Blandford, dans la région des Bois-Francs, il y a une vingtaine d'années, pour admirer la couleur pourpre des canneberges. Une couleur teintée d'ocre avec les érables qui entourent les cannebergières de la région. C'était un émerveillement et une richesse que d'assister à la récolte de la canneberge.

Avec le temps, comme le petit fruit est riche en antioxydants, en vitamines et autres bienfaits qui réjouissent le corps, je me suis aperçu que la canneberge gagnait en popularité par rapport à l'autre fruit national qu'est le bleuet.

Nul besoin d'être touriste pour être impressionné par le processus de cueillette des canneberges. Les grandes tourbières sont inondées et, progrès oblige, une moissonneuse-batteuse spécialement conçue pour ce faire soulève les arbrisseaux afin de libérer les fruits, qui vont ainsi flotter. À ce moment, l'eau se teinte en surface de rouge pourpre à rouge flamboyant.

Les fruits sont dirigés vers un entonnoir avant d'être happés par un aspirateur, puis envoyés par une chaîne d'escalier jusqu'au transporteur. Le conditionnement doit se faire rapidement pour en protéger la valeur. Environ 70 % des fruits seront traités pour faire du jus, bien que depuis quelques années l'attrait pour les canneberges séchées augmente d'année en année.

Un fruit d'histoire

Il s'agit en fait de l'airelle rouge du Nord, qui porte aussi le nom d'atoka en iroquois. Cette plante vivace sauvage pousse dans la sphaigne et l'humidité. L'arbrisseau est constitué de rameaux qui supportent les canneberges. De la famille des éricacées, elle porte le nom latin de Vaccinium macrocarpon. Un plan de canneberge peut vivre plus de cent ans tout en produisant chaque année.

La canneberge est utilisée depuis fort longtemps contre les infections urinaires. Elle contribue à diminuer la fixation de bactéries (E. coli) sur les parois des voies urinaires. Du fait, des études sérieuses démontrent l'utilité de consommer des canneberges ou des produits dérivés de la canneberge lors de troubles de la vessie.

Chez les Amérindiens, on retrouve l'atoka notamment dans des recettes de pemmican, un mélange de viande séchée de gibier avec graisse et canneberges.

Depuis quelques années, Saint-Louis-de-Blandford est la capitale de la canneberge au Québec. Jusqu'au 18 octobre prochain, des visites guidées sont organisées afin de permettre aux gens de mieux comprendre le fruit comme tel, mais aussi la récolte et la transformation du fruit mûr. Environ 90 millions de livres seront ainsi récoltées pour l'ensemble du Québec. Au centre d'interprétation de la canneberge à Saint-Louis-de-Blandford, on relate son histoire et celle des premiers pionniers à croire à la récolte du petit fruit au Québec. Si le processus semble parfaitement maîtrisé et mécanisé à ce jour, tout se faisait manuellement il y a seulement quelques décennies.

Fini le temps où la canneberge se mangeait uniquement à Noël en accompagnement de la dinde et de la tourtière. Désormais, avec les nombreuses transformations dont elle fait l'objet, il est possible de la retrouver toute l'année. La canneberge, ou l'airelle rouge du Nord, est bien implantée et compte ravir le titre de petite baie du Québec.

Pour des renseignements sur la canneberge:

www.canneberge.qc.ca

www.tourismeboisfrancs.com

***

La recette de la semaine

Mousse de foie de volaille fondante aux pignons

- 500 g de foie de volaille nettoyé

- 100 ml de crème 35 %

- 60 g de beurre

- 3 oeufs entiers

- 1 ml de muscade

- 45 ml de cidre de glace

- Poivre au goût

- Sel au goût

- 30 g de pignons de pin grillés

Passer le foie de volaille au robot avec la crème et les oeufs. Ajouter le cidre de glace et l'assaisonnement. Cuire le mélange au bain-marie durant 45 minutes à 350 degrés.

Laisser au froid durant 12 heures. Repasser au robot et ajouter le beurre. Assaisonner de nouveau. Préparer en petites terrines et servir avec, sur le dessus, les pignons grillés.

***

À l'ardoise

Cinq marchés se regroupent dans les Bois-Francs

Avec vingt-sept exposants, cinq marchés publics de la région des Bois-Francs se regroupent les 3, 4, 10 et 11 octobre au Pavillon du mont Arthabaska. Produits locaux, comme gibier et produits de l'érable, seront présentés ainsi que des produits et légumes biologiques. www.tourismeboisfrancs.com/gourmande

***

Les vendanges à l'Orpailleur

C'est reparti avec les 25es vendanges de l'Orpailleur sous le soleil. Nouveaux pressoirs. Découvrez la cuvée prestige en l'honneur de Gilles Vigneault, un musée et un marché en plein air ouvert toutes les fins de semaine. www.orpaileur.ca

***

Biblioscopiea

Mon premier livre de smoothies

Éditions Goélette jeunesse, 2009, 95 pages

Cinquante recettes de smoothies pour les enfants, simples, bien illustrées et conçues pour être réalisées par eux. Un petit livre charmant qui permet aux enfants de s'exprimer dans la cuisine.