Jardiner, c'est bon pour le moral!

Dans ce jardin de Mme et M. Demay, réalisé par Art et jardin, ne sommes-nous pas dans le film Le bonheur est dans le pré? Liberté, fraîcheur, calme et poésie règnent en ce jardin.
Photo: Dans ce jardin de Mme et M. Demay, réalisé par Art et jardin, ne sommes-nous pas dans le film Le bonheur est dans le pré? Liberté, fraîcheur, calme et poésie règnent en ce jardin.

Les scientifiques redécouvrent qu'il n'est pas de meilleur antidote au stress que la vue des fleurs, de la verdure, de l'eau d'un bassin ou d'un joli jardin. L'influence de la couleur sur l'humeur et le comportement est prouvée. Il y a belle lurette que le vert des feuillages est considéré comme relaxant; voilà pourquoi il est si agréable de se rouler sur le gazon, surtout quand celui-ci étincelle de petites taches lumineuses jaunes offertes par les pissenlits!

Le jardin est propice à l'émerveillement et à la contemplation; l'espace jardiné nous remet en contact avec des réalités positives et nous baigne dans la sensualité. En effet, y a-t-il quelque chose de plus sensuel que le jardin?

Les plantes déploient des trésors de séduction avec leurs textures caressantes, leurs parfums exaltants, comme ceux des lilas, des roses, de l'incontournable lavande. Et que dire des milliers de tons de couleurs qu'offrent les fleurs, les feuilles, les troncs, qui n'attendent que la créativité qui vous anime pour venir vous faire vivre, dans votre cour, le plus fabuleux des voyages?

Oups! J'allais oublier toutes ces plantes aux vertus aphrodisiaques, dont la pauvre roquette, jugée trop sulfureuse, qui fut jadis bannie des couvents... Mais dans mon jardin, elle côtoie l'envoûtante sarriette d'hiver et mes succulentes petites fraises de Californie. Car, voyez-vous, mon jardin, je ne le mange pas seulement qu'avec les yeux.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un jardin tiré à quatre épingles, et n'en chassez plus le naturel, car cette petite touche de liberté qui s'installera sur votre terre vous avertira qu'il est bon que le jardinier sache aussi lâcher prise et que, de toute façon, un jour, la nature reviendra au galop.

Je vous invite donc à goûter les plaisirs du monde végétal et à les partager tout le long de cette saison 2009. Heureux jardinier, va!

***

Vous aimeriez que je traite d'un sujet en particulier? Vous désirez que je réponde à votre question? Vous acceptez que le jardinier prenne son temps? Écrivez-moi: jeanclaudevigor@

videotron.ca

***

Les soucis trônent dans le potager des Obama

Ne dit-on pas qu'une photo vaut mille mots? Quelle superbe publicité pour nous, les amoureux et, surtout, propagateurs du «potager santé», que de voir Mme Obama et de jeunes enfants préparant le sol, semant, transplantant, bref, pratiquant tous ces petits gestes qui assureront la récolte, mais surtout bien du plaisir. Et tout cela en toute simplicité.

Cette image a eu un véritable impact puisque la National Gardening Association note une augmentation de près de 20 % des potagers aux États-Unis. Chez nous, Claude Lemieux, de HortiClub, m'informait que la vente des semences maraîchères est toujours en augmentation. Le USA Today mentionne pour sa part que les grainetiers constatent une augmentation parfois spectaculaire de la vente des semences «potagères». Burpee, grâce à son astucieux et délectable catalogue The Cook's Garden — www.cooksgarden.com —, participe à cet engouement du plaisir de faire un jardin, même si ce ne sont parfois que quelques contenants sur un balcon. Il ne faudra donc pas s'étonner si l'année prochaine les catalogues de semences et de plants consacrent plus d'espace aux plantes potagères, avec un choix supérieur en cultivars de qualité, et ça pour notre plus grand bonheur.

J'ai remarqué que, sur le plan du potager de la famille Obama et compagnie, il y avait beaucoup de soucis (calendules). Est-ce que les Obama auraient lu Mangez vos soucis!? Il s'agit d'un livre-culte du début des années 1980, de François Couplan, aux Éditions Alternatives. Couplan, cet ethnobotaniste et écrivain spécialiste de l'utilisation des plantes comestibles, qui fait partie de mes gourous, écrivait: «L'être humain a eu un contact privilégié avec le monde végétal, qu'il a su mettre à profit depuis son apparition sur notre planète; mais nous en avons progressivement perdu le souvenir.»

Calendule vient du latin Calendae, le premier jour du mois. Dans son habitat naturel, le souci est en fleur le premier de chaque mois, c'est-à-dire toute l'année. Curieux que cette plante que l'on appelle «safran du pauvre» vienne orner les jardins de la Maison-Blanche; et peut-être parfumera-t-elle les mets servis chez les Obama. Souhaitons que dans ce jardin on ne pratique pas ce que certains malicieux producteurs font: vendre les fleurs ligulées des capitules de soucis en guise de stigmate de safran. Amis, ouvrons l'oeil! La relance économique ne nous fera pas gober des ligules pour des stigmates. Parole de safran.

***

La sève monte, le jardinier jubile!

Enfin, le jardinier a compris... Il l'avait rangé, cet objet d'exception, dans un placard de la maison plutôt que dans sa remise soumise à tous les vents, au grand désespoir des mulots rongeurs et bâtisseurs de nids en fibre de coton.

Pauvres rongeurs, qui ont dû se reconvertir dans la construction de nids douillets en fibres synthétiques grâce à une vieille «moppe» oubliée. Il n'en reste d'ailleurs que le manche, qui servira à satisfaire l'indomptable orgueil du jardinier. Imaginez ce tuteur supportant des centaines de livres de tomates! Tout ce détour pour exprimer la joie du jardinier qui pourra enfin, cette année, profiter de son hamac sans risquer de passer à travers les mailles!

Puisque notre slogan est «Penser avant d'agir» afin de ne pas user inutilement nos outils de jardinage... mais, plus sérieusement, pour imaginer et réaliser notre jardin avec la plus faible empreinte écologique possible, on comprend que le choix des matériaux et des plantes doit être judicieux et que la bonne plante semée au bon endroit s'impose.

Voici un exemple. Que répondre à cette question: faut-il déterrer les bulbes de tulipes après leur floraison? Pour profiter pleinement de votre hamac, oubliez-les! Sauf que... Au fur et à mesure que les fleurs se fanent, éliminez celles-ci mais ne coupez pas la tige (hampe florale) ni les feuilles.

Les feuilles jauniront, se faneront et se dessécheront naturellement (cela prendra environ quatre semaines). Ce processus fournit au bulbe l'énergie dont il a besoin pour fleurir de nouveau le printemps suivant. Comme j'ai opté pour toujours laisser les bulbes en place, à l'automne je les plante un peu plus profondément (de 25 à 30 cm: on dit «naturaliser») et je m'assure que leur feuillage jaunissant est caché par des plantes vivaces. J'utilise surtout des hostas. Lorsque les feuilles seront complètement jaunies, alors coupez la tige au ras du sol, sans tirer dessus.

***

Choux, genoux, cailloux au potager

Faute d'avoir l'espace consacré au potager de la Maison-Blanche (plus de 1000 pieds carrés, dit-on), et ne pouvant accueillir que quelques choux verts et des choux de Savoie ou choux de naissance (comme chacun le sait, les enfants naissent dans les choux!), ma technique de culture en carré sera toute indiquée pour accueillir des petits choux chinois, qui finiront en salade ou dans le wok.

Les humains ayant toujours voyagé avec leurs plantes préférées, les petits pak-choi (ou bok choï, on trouve plusieurs orthographes) arrivés aux États-Unis à la fin du XIXe siècle dans les besaces des ouvriers chinois qui participaient à la ruée vers l'or, se retrouvent maintenant dans nos potagers, et ils valent leur pesant d'or.

Cette année encore, un mini bok choï «Dwarf Bok Choï», aux feuilles vert foncé avec d'épais pétioles blancs croustillants, semé puis repiqué à raison de quatre plants par pied carré et qui sera récolté très petit (15 cm - environ 35 jours), viendra côtoyer ses amis épinards et carottes.

Chez HortiClub: www.horticlub.com «Dwarf Bok Choï» ( # 65-2693-010 ).

***

La semaine du jardinier

- Samedi 2 mai — Saint-Boris. «Qui a la fièvre au mois de mai, tout l'an demeure frais et gai.» Hier, pour mes collègues horticulteurs européens, c'était la fête du muguet (une jolie production). Pour les amoureux, c'était: direction bois de Chaville. Quant aux besogneux, c'était la fête des Travailleurs! De quoi épuiser un humain avant même sa saison d'ouvrages! Puis, avez-vous eu le temps d'installer votre hamac? (Toujours l'outil numéro 1 du jardinier.)

- Dimanche 3 mai — Saint-Philippe et Saint-Jacques. Encore bien des nouveautés horticoles cette année dans les jardineries. Bon temps pour planter des arbres. J'ai trouvé, pour un petit espace, un petit arbre d'une forme ovale presque parfaite d'environ 5 mètres de hauteur mais de moins de 2 mètres de largeur et couvert de fleurs blanches. Son feuillage devient rouge orangé en automne. Son nom: Amelanchier alnifolia «Standing Ovation». Zone 2.

- Lundi 4 mai — Saint-Sylvain. Un autre arbre ayant une forme pyramidale dense et uniforme avec une flèche centrale très droite. Un arbre plus imposant: 14 mètres de hauteur et 9 mètres de largeur. Son feuillage vert foncé devient rouge vif très brillant en automne puisque c'est un érable rouge. Son nom: Acer rubrum «Redpoint». Zone 4b.

- Mardi 5 mai — Sainte-Judith. Je suis passé à la librairie Biosfaire, rue Saint-Denis à Montréal, et il y reste encore quelques calendriers lunaires: Stella Natura (Working with Cocmic Rhythms - Kimberton Hills: 14,94 $US). Une petite annexe pour débutant est disponible en français. Évidemment, ce calendrier de jardinage bio-dynamique s'adresse aux jardiniers curieux. Dès 1924, Rudolf Steiner, fondateur de l'anthroposophie, donna les fondements de l'agriculture bio-dynamique. Rappelons-nous: certains producteurs se plaignaient déjà d'un environnement extrêmement pollué!

- Mercredi 6 mai — Sainte-Prudence et Saint-Jean Porte latine. «Du mois de mai la chaleur de tout l'an fait la valeur.» De nombreux bouleaux blancs comme le bouleau pleureur «Youngii» souffrent ou sont morts à la suite de fréquentes attaques parasitaires. Optez pour un bouleau noir Betula nigra, comme le «Summer Cascade», résistant aux maladies. Zone 3.

- Jeudi 7 mai — Sainte-Gisèle. Si vous habitez la région de Montréal, que votre terrain jouit d'une bonne protection contre les vents, voici un arbre magnifique pour le soleil ou la mi-ombre: le Cercidiphyllum japonicum «Red Fox», disponible au compte-gouttes. Mais si vous en trouvez un, vous tomberez sous le charme! Son feuillage est dense, sa coloration d'automne va du jaune à l'orange abricot et les feuilles dégagent un parfum de caramel. Il pousse dans un sol humide mais bien drainé. Il ne nécessite aucune taille.

- Vendredi 8 mai — Victoire 1945. Vous aimez peut-être les cerises surettes, du genre «Montmorency», «d'Evans», etc. Mais voilà de nouveaux cultivars plus sucrés, résultat des recherches menées à l'Université de la Saskatchewan: «Cupidon», «Romeo», «Juliet» et d'autres sont des arbustes qui donnent des fruits proches ou supérieurs à 20 degrés Brix. Ce sont presque les «cerises de France»! Lorsque vous achetez des arbres ou arbustes à fruits, assurez-vous de connaître la fertilité des fleurs, car souvent la pollinisation dite croisée est nécessaire, même pour une plante partiellement autofertile. Il est important de bien s'informer, afin de ne pas faire chou blanc... Voyez ces cerisiers sur Internet: www.jardinjasmin.com.

À voir en vidéo