cache information close 

Crise à Développement et Paix

Le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, est accusé par le site LifeSiteNews d’être «en contradiction avec les enseignements de l’Église catholique sur l’avortement et sur le condom».
Photo: Jacques Grenier Le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, est accusé par le site LifeSiteNews d’être «en contradiction avec les enseignements de l’Église catholique sur l’avortement et sur le condom».

Un média nord-américain, LifeSiteNews, mène campagne depuis un mois contre les évêques catholiques du Canada et leur organisation Développement et Paix (D&P), en raison du financement qu'ils accorderaient, au Mexique, à des groupes défendant le droit des femmes à l'avortement.

Lancée peu avant la cueillette de D&P dans les paroisses du pays, à la fin du Carême, cette attaque a causé un malaise sérieux dans l'épiscopat comme au sein de l'organisation. Née dans la foulée du concile Vatican II, Développement et paix répondait au voeu de l'Église. «Le développement est le nouveau nom de la paix.» Basée a Montréal, elle appuie plus de 200 projets dans le monde, surtout auprès de populations pauvres.

Bien que D&P nie tout appui aux groupes pro-choix du Mexique, pays où l'Église catholique fait campagne contre l'avortement, des évêques canadiens, dont celui de Toronto, ont temporairement retenu les dons versés par les catholiques. Deux évêques, François Lapierre, de Saint-Hyacinthe, et Martin W. Currie, de St. John's et Grand Falls (Terre-Neuve et Labrador), ont mandat de faire enquête.

Les partenaires de D&P au Mexique ont aussi nié participer aux mouvements qui veulent y préserver, là où il est reconnu, le droit des femmes à l'avortement ou qui s'opposent aux tentatives des militants pro-vie de faire interdire toute interruption de grossesse.

Un site actif

LifeSiteNews a été créé en 1997 par Campaign Life Coalition, un groupe de Toronto fondé en 1978, et voué à la lutte sur le plan international contre les «attaques à la vie et à la famille». Ce média vise, d'après son site officiel, à fournir une «couverture équilibrée et plus exacte» que dans les autres médias des questions de vie, de culture et de famille.

Les rédacteurs ont compris, disent-ils, qu'un «conflit international» menace le respect envers la vie et la famille. Tout en mettant en relief la «valeur sociale des principes de la tradition judéo-chrétienne», ils affirment respecter toutes les religions «authentiques» ainsi que «les cultures qui estiment la famille, la vie et les normes universelles de la moralité».

Mais, explique-t-on, l'avortement, l'euthanasie, le clonage, l'homosexualité et d'autres problèmes moraux participent d'un conflit qui affecte «toutes les nations». Et LifeSiteNews entend en informer ses lecteurs, la plupart américains. Aussi actif au Mexique et au Canada, ce service d'information diffuse partout dans le monde. Financé par des dons, il compte également sur des revenus de publicité.

LifeSiteNews ne fait pas que dépister les courants de «laïcisation» qui voient dans la morale chrétienne et les principes naturels autant d'obstacles au «nouvel ordre mondial» qu'ils veulent implanter. Ce média s'en prend aussi ouvertement aux gens d'Église qui, à son avis, font le jeu de pareils courants.

Ainsi, le dignitaire du Vatican qui a pris ses distances de l'excommunication, au Brésil, de catholiques ayant participé à l'avortement d'une enfant violée a subi les foudres de LifeSiteNews. Toute institution catholique qui accueillera des gens d'une autre opinion, comme l'université Notre-Dame, fut-ce le président Barack Obama, sera également dénoncée.

Développement et paix ébranlée

Les articles sur D&P invitent les lecteurs à faire part de leurs «préoccupations» directement aux membres de l'épiscopat canadien. Cette pression a d'abord ébranlé la direction de D&P. Son président, Pat Hogan, a diffusé une lettre niant les faits reprochés, mais suspendant néanmoins le financement de ces partenaires mexicains.

Si des évêques sont tentés de sévir contre D&P, ils auront cependant la surprise d'apprendre, grâce à LifeSiteNews, qu'un des leurs, le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, a tenu dans une entrevue au Devoir des propos qui le mettent, lui aussi, «en contradiction avec les enseignements de l'Église catholique sur l'avortement et sur le condom».

LifeSiteNews, il est vrai, cite le passage du journal où le cardinal Turcotte semble venir en aide à Benoît XVI, malmené pour ses propos sur le sida en Afrique. Mais cela n'empêche pas le média pro-vie d'inviter ses lecteurs à faire part de leurs préoccupations («concern») au cardinal Giovanni Battista Re, le préfet chargé au Vatican de la Congrégation pour les évêques, un ministère du pape pour les cas de pasteurs problématiques.

Le site invitait aussi son public à réagir auprès de «Son Éminence Jean-Claude Turcotte», à l'adresse et au téléphone de l'archevêché de Montréal. Une cinquantaine de courriels ont suivi l'invitation, a-t-on appris, presque tous anglophones, quelques-uns toutefois félicitant le cardinal!

Dans son enquête, LifeSiteNews a trouvé des déclarations reliant des partenaires de D&P à des campagnes pour les droits des femmes, non seulement au Mexique, mais aussi au Brésil et en Haïti, et jusqu'en Afrique. Par contre, signale LifeSiteNews, aucun groupe pro-vie n'a obtenu d'appui financier de D&P.

LifeSiteNews n'explique pas cette politique de D&P. Mais jeudi dernier, on y citait un article du magazine canadien Catholic Insight consacré au «scandale D&P». L'auteur ne se surprend pas de l'affaire mexicaine. Elle ne serait que la dernière preuve des penchants «gauchistes et laïcistes» de l'organisation fondée par les évêques du pays il y a plus de 40 ans.

À cette époque, soutient-on, l'Église catholique du Canada a abandonné les valeurs familiales défendues par le pape Paul VI dans Humanae Vitae. La majorité des évêques ont cessé de prêcher contre la contraception. Ils ont même fermé leur Bureau de la vie familiale. C'est ainsi qu'adoptant «la mode alors populaire de l'aide aux pauvres en pays sous-développé», ils ont créé D&P.

Une possible solution d'Insight au «scandale», rapporte LifeSiteNews, serait que «chaque diocèse prenne en main la distribution de l'argent». Si jamais on l'applique, craignent des membres de D&P, le carême des pauvres risque d'être long.

****

redaction@ledevoir.com

Jean-Claude Leclerc enseigne le journalisme à l'Université de Montréal
14 commentaires
  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 20 avril 2009 07 h 02

    Avortement et développement en paix

    La première cause de la mauvaise santé humaine étant la pauvreté, voilà pourquoi je donne régulièrement à Développement et paix. Il faut se souvenir que Jésus n'a jamais condamné personne d'autre que les pharisiens, même pas la femme adultère.

  • Daniel Beaudry - Abonné 20 avril 2009 07 h 39

    Il se tirent dans le pied

    D&P est catholique. Si on la détruit parce qu'elle s'occupe des vrais problèmes, l'argent humanitaire ira simplement vers d'autres organisations caritatives. L'église perdra un de ses fanions à cause de fanatiques qui préfèrent les mots à la réalité.

  • Raymond Gravel - Inscrit 20 avril 2009 09 h 44

    Le fanatisme catholique

    Monsieur Leclerc, en vous lisant ce matin, ça m'a rappelé des événements douloureux que j'ai eu à vivre, comme député fédéral, à cause de ce média "LifeSiteNews", composé d'intégristes qui se disent catholiques, mais dont les propos sont tout à fait contraires à l'Évangile. Malheureusement, ces catholiques extrémistes ont de l'influence à Rome; de sorte que lorsque mon évêque a reçu une lettre du préfet de la congrégation du clergé m'obligeant à me retirer de la politique, à cette lettre était joint un dossier presque exclusivement en anglais de commentaires négatifs à mon sujet, des lettres de dénonciation qui provenaient toutes de ce média ultra-conservateur qui n'a pas peur des mensonges et des demi-vérités afin de discréditer les évêques, les prêtres, les religieux(ses) et les chrétiens engagés qui n'appuient pas ce mouvement fanatique "Campaign Life Coalition", qui a été créé à Toronto, mais qui a des ramifications au Québec et même aux États-Unis.

    Lorsque j'ai entendu, il y a quelques semaines, cette information douteuse que l'organisme catholique "Développement et Paix" finançait au Mexique des organisations pro-choix en faveur de l'avortement, je savais déjà qu'il s'agissait d'une tactique hypocrite et d'une information erronée de la part de ces fanatiques pro-vie qui ne bénéficient pas de financement de cet organisme catholique et de l'appui de nos évêques, et qui cherchent par tous les moyens à discréditer les évêques et à affaiblir leur mouvement caritatif. Et pour preuve, des rédacteurs de LifeSiteNews essaient de semer la discorde entre les évêques eux-mêmes, en dénonçant les propos du cardinal Jean-Claude Turcotte sur l'avortement et sur le condom, en disant que ses propos, sortis de leur contexte, étaient contraires à l'enseignement de l'Église catholique. Et le pire de toute cette affaire, c'est que bon nombre de croyants se laissent influencer par ces diffamations et subventionnent ces extrémistes qui disent défendre les valeurs chrétiennes de la vie, de la famille et de la morale.

    C'est pourquoi, il faudrait que tous les catholiques d'ici et d'ailleurs, les plus fervents et même ceux qui ont pris leur distance par rapport à l'Église, se portent à la défense de nos évêques et de l'organisme Développement et Paix. La politique de Développement et Paix est de venir en aide aux populations pauvres de la planète en appuyant des projets concrets qui permettent à des hommes, à des femmes et à des enfants de vivre dans l'espérance en retrouvant leur dignité. Comment peut-on s'opposer à une telle générosité?

    Il faut dénoncer LifeSiteNews et cesser son financement. On peut croire à la vie, la défendre et la promouvoir, sans pour autant appuyer ces fanatiques qui se disent catholiques, mais qui n'arrêtent pas de juger, de condamner et d'exclure tous ceux et celles qui ne pensent pas comme eux. Il en va de la crédibilité de l'Église et de ses pasteurs de poursuivre sa mission caritative dans le monde, auprès des populations pauvres, exploitées et complètement démunies. Raymond Gravel ptre

  • Cybèle Rioux - Inscrit 20 avril 2009 09 h 58

    Pour la vie, ou pour l'expansion de l'église ?

    C'est étrange l'acharnement de ces personnes contre l'avortement, alors qu'on ne les voit pas protester autant ou même du tout contre la guerre, la pauvreté, la maladie, la pollution et les techniques de fertilité (qui entraînent tous beaucoup de morts et de fausses couches). Est-ce qu'ils prêchent vraiment pour la vie, ou pour le contrôle de la fertilité des femmes afin d'augmenter leur pouvoir ?

  • Éloise Gaudreau - Inscrite 20 avril 2009 10 h 45

    L'emprise de la religion

    Je suis athée. Peut-être la personne la plus allergique à toute manifestation du religieux que vous pourriez connaître.

    Et pourtant, j'appuie Développement et Paix. J'ai participé à un stage jeunesse au Brésil par le passé et cette année, j'agirai en tant qu'accompagnatrice pour ce même stage.

    Dév. et Paix est issu d'un courant de l'Église progressiste qui s'insère dans ce mouvement intellectuel qu'est la théologie de la libération, qui marque une rupture entre l'Église conservatrice traditionnellement liée au pouvoir de l'État et à la répression des populations.

    Je trouve répugnant qu'alors qu'on parle du recul de l'Église et des religions, on constate d'autre part une augmentation des prises de positions conservatrices de mouvements religieux qui, en imposant l'impérialisme de leur morale rétrograde, rejettent les femmes dans un monde dans lequel elles ne peuvent décider elles-même du nombre d'enfants qu'elles souhaitent.
    J'espère que cette sortie médiatique n'empêchera pas développement et paix de continuer à soutenir les mouvements sociaux qui luttent dans un contexte souvent difficile pour une meilleure répartition des richesses et une meilleure équité des genres.