Long-courrier

La Chine pour Junior: «Je lis toujours avec grand intérêt votre chronique. Je voudrais savoir quoi conseiller à mon fils, qui part pour quatre mois en Chine au début de mai. Je tente, autant que possible, depuis 21 ans, de limiter mes conseils en ne faisant des interventions que pour ce qui compte vraiment — à mon point de vue, évidemment. Vous voyez le travail de retenue que je me suis imposé! (rires).

«Alors, hormis les vaccins et l'importance de ne pas égarer ses médicaments qu'il ne pourra peut-être pas renouveler facilement, que lui dire qui vaille son pesant d'or? Que faire pour l'argent, par exemple, pour le transport, etc.? Existe-t-il des sites Web où il pourrait collecter de l'information pertinente sur les us et coutumes par région? Pour ce qui est du chinois, il se débrouille fort bien, ce dont je suis très fier, tant à l'écrit qu'à l'oral. Je dois avouer que bien que ce soit son premier voyage seul, sac au dos, je n'arrive pas à être vraiment inquiète. La Chine me paraît un pays à la fois sûr et accueillant.»

Maman Martel, Montréal

La bonne nouvelle, c'est que votre fils part en Asie pour seulement quatre mois. C'est beaucoup moins que Marco Polo ou que certains navigateurs qui, comme Ulysse, sont partis un matin s'acheter des cigarettes et ne sont revenus que des années plus tard. Aborder la Chine, qu'on soit âgé de 21 ou de 81 ans, c'est aller à la rencontre d'un peuple qui a des millénaires dans les yeux et dans la mémoire et qui veut être aussi aux premières loges des millénaires d'aujourd'hui et de demain. On y trouve des hôtels étoilés par hasard qui sont sordides et des lieux de villégiature sans étoiles qui sont d'agréables points de repos.

En dehors des excellents guides Lonely Planet et Guides Bleus, il faut se rabattre sur des livres comme Le Shi Jing (Livre des Odes), le premier recueil de poèmes chinois connu, ou les Analectes de Confucius, une compilation de paroles attribuées à Confucius et rassemblées par ses disciples. On pourra également surfer sur les classiques du mohisme, du taoïsme, dont celui de la Voie et de la Vertu, ainsi que le classique du Légisme. On peut enfin aller du côté du plus célèbre roman du XIXe siècle, qui fut certainement le roman familial le plus lu et qui a pour titre Hong Lou Meng (Le rêve dans le pavillon rouge); et finir par le néoconfucianisme sur les écoles du Principe, là où l'on enseigne les relations personnelles, politiques et sociales.

Avec un peu de tout cela et vos recommandations, votre fils sera comme un poisson de synthèse dans des eaux aussi bien troubles que clairvoyantes. Et avec l'accent mandarino-sechuanais, cette dernière phrase devient une passe incontournable devant quelques adversités rencontrées en sol chinois.

Bordeaux à boire

«Je ne manque jamais de jeter un coup d'oeil à votre chronique. Étant veuf et à la retraite, je voudrais réaliser mon rêve d'aller à Bordeaux et de demeurer dans le centre-ville, d'abord pour pouvoir marcher et aussi pour avoir accès à des excursions organisées, à partir de l'hôtel, d'une demi-journée ou d'une journée, pour déguster du vin. J'aimerais y passer une semaine et demeurer dans un bon hôtel, sans que ce soit le luxe. Je ne désire pas louer une automobile. Mais quelle période de l'année est la plus propice? Est-ce au printemps, avec des festivités, ou à l'automne?»

Jean-Guy Cantin, Montréal

Pour l'hôtel, le Majestic (http://www.hotel-majestic.com) est un trois-étoiles digne de mention, à quelques encablures de l'Office de tourisme de Bordeaux (www.bordeaux-tourisme.com), qui offre chaque jour des balades de dégustations dans le Bordelais. Quant à la saison, je vous suggère l'automne pour les ripailles entourant les vendanges. Ne manquez pas non plus les marchés de fins de semaine qui s'allongent le long du port et qui sont le rendez-vous de la bourgeoisie locale, avec dégustations d'huîtres, de poissons grillés ou de moules savamment assaisonnés.

Vietnam Airlines

«Je m'adresse à vous afin que vous puissiez m'aider à recevoir ce que la compagnie Vietnam Airlines me doit. Voici un résumé des faits. Le 26 mars 2008, à Vientiane (Laos), j'ai perdu mon billet d'avion Vientiane-Hanoï. Le lendemain, je me suis rendu aux bureaux de la compagnie, toujours à Vientiane, afin d'obtenir un nouveau billet. On m'a dit que je devais acheter un autre billet, ce que j'ai fait, et la préposée m'a informé que le montant du billet perdu me serait remboursé. On m'a donc remis un formulaire et on m'a invité à effectuer une demande de remboursement au Canada, mon lieu de résidence.

«À mon retour de voyage, en avril 2008, j'ai fait parvenir tous les documents pertinents aux bureaux de Vietnam Airlines, à Toronto. La compagnie n'a répondu ni à la première lettre (avril 2008), ni à la seconde (22 janvier 2009). Que puis-je faire pour me faire rembourser la somme approximative de 100 $US? J'ai en ma possession un ticket pour mes bagages ainsi qu'une copie du second billet émis.»

Robert Letendre, Montréal

J'ai fait quelques appels téléphoniques aux parties intéressées et la réponse a été que vous devrez fournir 5000 éléments pour prouver votre cas. Pour Me Gay, avocat spécialisé dans le domaine du voyage, votre demande est un cas de petites créances qui va suivre son cours. Vous devez prouver votre achat initial avec une agence de voyages ou un site Internet qui répond aux exigences de la Loi des consommateurs. Votre second billet émis et le ticket de bagage me semblent un peu discrets par rapport à ce que vous avez perdu, la réponse de Vietnam Airlines étant: «Qui perd son billet perd sa place.» Il vous faut une reconnaissance de perte de billet de la part de la préposée au guichet de Vientiane, spécifiant que vous l'avez échangé pour un nouveau billet de la compagnie vietnamienne.

Vous pouvez avoir gain de cause mais cela risque d'être long. En ce qui concerne les non-réponses, envoyez vos courriels avec un logo du drapeau canadien. Cela peut aider un peu dans la lancinance soutenue des administrations aéronautiques.

Le Bénélux en liberté

«Nous vous lisons toutes les semaines avec beaucoup d'intérêt. Ma conjointe et moi préparons un voyage d'environ 21 jours en Hollande et en Belgique, fin avril-début mai, pour profiter des tulipes et du jardin Keukenhof. Nous projetons nous déplacer par train et rayonner à partir de quelques villes servant de base de séjour. Nous aimerions avoir votre avis sur un itinéraire qui prévoit l'arrivée à Amsterdam et le départ de Bruxelles (est-ce possible?)

«Amsterdam: visite de la ville, jardin Keukenhof, marché aux fleurs d'Aalsmeer, Volendam (Haarlem)? La Haye: La Haye, Leiden, Delft et ses faïences. Rotterdam: visite de la ville? Les moulins de Kinderdjick et les fermes Nieuw Lekkerland, le plan Delta et ses barrages. Bruges: Bruges, Gand, Anvers (?). Liège: Liège, Namur, Maastricht. Bruxelles. Cet itinéraire vous paraît-il réaliste compte tenu de la durée du voyage? Est-ce réalisable en train? Les six villes de base de séjour dans notre itinéraire vous semblent-elles bien choisies afin de nous permettre de rayonner vers les endroits que nous aimerions voir? Nous voudrions éviter d'avoir à déplacer nos bagages chaque jour. Selon vous, y aurait-il possibilité de diminuer le nombre de ports d'attache?

«Les offices de tourisme locaux peuvent-ils nous renseigner sur des organisateurs d'excursions (ex.: vers le jardin Keukenhof)? Est-il préférable de négocier ces excursions avec l'aide d'un agent de voyage ici? Est-ce préférable de réserver nos hôtels à l'avance? Existe-t-il un passe de train applicable aux deux pays? Faut-il réserver les billets de train à l'avance? Y a-t-il des points d'intérêt que nous devrions ajouter à notre voyage? Existe-t-il des circuits organisés dont nous pourrions profiter et qui nous fourniraient des guides touristiques ainsi que du transport dans certaines parties de ces deux pays?»

Marcel M., Montréal

Votre itinéraire est plutôt réaliste, sauf pour Rotterdam qui ne mérite vraiment pas le détour. Séjournez une ou deux nuits de plus à Amsterdam pour aller faire un tour sur la côte, à Ijmuiden et Bergen. Là, c'est une vision surréaliste des plages de sable, avec des kilomètres sablonneux à perte de vue que seuls les vents balaient, ainsi que des chevaux qui trouvent l'occasion assez belle pour galoper, les naseaux tout droit dressés. Il y a également quelques cafés aux carreaux habillés de dentelles qui sont la propriété de femmes sans âge et qui servent depuis des lustres des profferties, de minuscules crêpes baignées de sucre.

Pour avoir plus de mobilité et d'occasions de changer votre séjour, il serait recommandé de négocier vos excursions une fois rendus en Hollande. Tout est faisable en train et la passe Benelux Interail Pass pour adultes est de 306 $ en 2e classe et de 495 $ en 1ère classe, pour huit jours de transport en l'espace d'un mois. www.eurail.com/eurail_passes.

Bonnes adresses

«Il y a tout un réseau de sentiers de randonnée pédestre en Italie et en Autriche. Vous pouvez aller de village en village en séjournant dans les refuges en montagne. Voici deux guides achetés en Europe et qu'on peut probablement commander: Mountain Huts and Refuges in the Dolomites, par Hans Kammerer; Walking in the Dolomites 28 Multi-Day Routes, par Gillian Price, aux éditions Cicerone, acheté en Italie.

Voici de bonnes adresses Internet: http://www.austria.info/xxl/_site/fr/_area/419064/_subArea/421130/AutricheRandonnee.html; Fédération européenne de la randonnée pédestre: http://www.randozone.com/articles/article.php?id=77. Mon mari et moi avons fait de la randonnée pédestre dans la région du Tyrol (à partir du village d'Hintertux) et c'est absolument merveilleux. Les pistes sont bien balisées. Merci pour votre chronique que je lis régulièrement.»

Lise Robitaille, Gatineau

À suivre

- Des appartements à Paris, Rome, Florence, Venise, Naples, Palerme, la Toscane et l'Ombrie, offerts par Loc'apart, une division d'EurocarTT, qui a comme spécialité la livraison en Europe de voitures Citroën en achat-rachat. Les appartements vont du studio au cinq-pièces, le plus souvent bien situés dans les villes concernées. Des appartements de caractère qui se trouveront dans un site Internet au mois de juin mais qui, en attendant, sont listés dans une brochure qui peut être commandée en composant le 514 904 2299 ou le 1 866 975 2299, ou en consultant votre agent de voyages.

À lire, à voir, à entendre

Dans la série des récits de voyages qui fait fureur en ce moment, on notera le Carnet Transcanadien signé Olivier Barrot pour la plume et Alain Bouldouyre pour les dessins, chez Actes Sud. De Toronto à Vancouver, ce sont surtout les dessins qui sont synonymes d'arrêt sur image. Les textes très courts de l'animateur de TV5, Olivier Barrot (Un livre, un jour) sont un tantinet prétentieux et roulent sur des rails déjà trop de fois empruntés.

Quant aux Carnets de Mexico de Bernard Pozier et Javier Valdès, aux Éditions Heures Bleues, on y parcourt la ville de Mexico à travers trois époques architecturales qui se recoupent à travers murales, parcs et personnages des rues de la capitale mexicaine. Un livre à offrir pour des images qui se juxtaposent à des textes qui ne se veulent que des accompagnements linéaires aux photos suggérées.

***

Envoyez vos questions et bonnes adresses à lkiefer@ledevoir.com

À voir en vidéo