Afrique du Sud : une industrie viticole au tournant (2)

Marc Kent, grand manitou chez Boekenhoutskloof.
Photo: Marc Kent, grand manitou chez Boekenhoutskloof.

«We get a lot of minerality in our wines!» Jamais n'ai-je entendu le topo plus souvent qu'en Afrique du Sud. La fameuse minéralité, nous y voilà donc. Mais au fait, qu'est-ce qui la justifie? Est-ce une qualité? A-t-on besoin de sucer des bijoux, des cailloux et des choux pour en saisir la portée organoleptique?

Car il y a minéralité et minéralité. D'accord sur le fait qu'un vin, en blanc comme en rouge, puisse évoquer en raison, par exemple, d'un sous-sol calcaire, de schistes ou de granit, un caractère qui rappelle le caillou-chauffé-mouillé-sucé-longtemps.

Une certaine rigueur, doublée d'une pointe d'austérité, s'en dégage alors, avec, en prime, cette impression au palais d'un chouïa supplémentaire d'acidité. Le piège éventuel? Confondre justement cette acidité parfois marquée d'un vin avec cette suggestion minérale livrée par le terroir.

«We get a lot of acidity in our wines!» Jamais n'ai-je entendu la remarque parmi les 30 vignerons rencontrés et les 300 vins dégustés lors de mon récent séjour sur place, où l'acidification des vins est permise. Mais tous ne s'en prévalent pas, même si, est-il important de le souligner, l'Afrique du Sud est un pays chaud, très chaud même.

L'acidification? Bien calibrée, elle s'harmonise sans problème à l'ensemble mais, à l'inverse, elle offre en fin de bouche cette espèce de constriction qui, couplée aux tanins, durcit pour ne pas dire assèche ce «toucher de bouche» si cher à Chateaubriand. Certains vins pèchent par une acidité manifeste. L'accompagnement, à table, en adoucit cependant le profil.

L'Afrique du Sud, c'est une pépinière de cépages dont les sauvignons, chenins blancs, pinotages et shirazs semblent pour ma part les plus brillants ambassadeurs.

Les fameux terroirs drainant du granit décomposé, les écarts régionaux de température et une expertise technique bien sentie, à la vigne comme au chai, dessinent une tout aussi impressionnante batterie de vins qui vont des produits commerciaux à gros volumes aux «vins de garage», en passant par des produits milieu de gamme de bon niveau.

Au Québec, le marché n'a pas besoin de ces produits à gros volumes, par exemple de type Two Oceans, et élaborés par le géant Distell.

Pourquoi la SAQ n'exigerait-elle pas, en raison de son immense pouvoir d'achat, la livraison sur notre marché réputé exigeant au niveau qualité, des vins qui soient un bon cran au-dessus, et ce, pour le même prix? Elle en a le pouvoir.

L'Afrique du Sud a désormais droit de cité en tablette avec une sélection qui ne cesse de gagner en ampleur. C'est formidable. Maintenant, autant partir du bon pied et fidéliser rapidement l'intérêt des amateurs avec des vins autres que ceux prisés par les chaînes discount britanniques de type Oddbins, Majestic et autres Waitrose, qui inondent leurs tablettes avec des vins entrée de gamme à vous faire claquer le dentier.

Après, eh bien après... c'est trop tard! Voici regroupées quelques maisons sud-africaines visitées, dont certaines sont présentes au Québec.

- L'Avenir. Acheté par le chablisien Michel Laroche en 2005. Style moderne, précis. Très bons Pinotage Platinum et Grand Vin Chenin Blanc.

- Jordan. Maison familiale sérieuse très progressiste. Excellents chenins, sauvignons et chardonnays fermentés sous bois.

- Ken Forrester. L'un des rois du chenin sud-africain, dont le riche et profond FMC 2007 (57,50 $ - 10703033) mais aussi le Chenin 2007 (18,80 $ - 10702946) sont disponibles.

- Kanu. Bons chenins mais aussi tendre Noble Late Harvest Kia-Ora 2005, Stellenbosch (20,05$ - 10899751).

- Lammershoek. Petite maison familiale de Swartland où les cépages rhodaniens sont à l'honneur. Belle qualité.

- Mulderbosh. Spécialiste de blancs habilement vinifiés, dont un brillant chenin blanc, de style très Nouveau Monde.

- The Company of Wine People. L'une des cinq grosses pointures à l'exportation en volume. Fiable et tonique Chardonnay/Chenin Arniston Bay Western Cape 2008 (12,90$ - 10669453).

- De Trafford. Une boutique winery (3500 caisses) de haut calibre aux vins racés, puissants et mûrs, marqués par leurs terroirs. Excellente Shiraz «Blueprint» Stellenbosch 2005 (31$ - 10710250).

- Vergelegen. Propriété d'un consortium minier pour une batterie de vins sérieux, nerveux, profondément minéraux (influences minières?) et dont l'oenologue André Van Rensburg affirme qu'ils demandent au minimum une décennie pour s'arrondir, ce qui me laisse perplexe.

- Flagstone. Entré dans le giron du géant mondial Constellation, dont la marque Kumala affiche des records de ventes aux quatre coins du globe, Flagstone offre une gamme variée qui va de la Fish Hoek (qui fait un petit malheur en Ontario) à la superbe cuvée Mary Le Bow évoquant les meilleurs super Toscans.

- Kanonkop. Le premier à introduire le pinotage au pays en 1954 et un maître incontesté encore aujourd'hui. Race, densité, fraîcheur et, eh oui!, élégance et longueur. Pinotage Kanonkop Stellenbosch 2003 (41,50 $ - 00940288).

- The Winery of Good Hope. Éloquent Freedom Pinot Noir d'une maison ambitieuse qui devance les modes. Comme dans le cochon, tout ici est bon, dont ce Cabernet-SauvignonVinum Africa Stellenbosch 2006 (18,55 $ - 10678350).

- Fairview. Cette PME familiale roule sa bosse avec efficacité, habileté et un sens indéniable du commerce. Équitable avec ça, le commerce. Qualité d'ensemble élevée, dont cette Syrah/Viognier Goat-Roti Coastal Region 2007 (21,95 $ - 10440691).

- Suite et fin la semaine prochaine.

- Potentiel de vieillissement du vin: 1, moins de cinq ans; 2, entre six et dix ans; 3, dix ans et plus. ©: le vin y gagne à séjourner en carafe.

***

Jean Aubry est l'auteur du Guide Aubry 2009 - Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $ et chroniqueur à l'émission de Christiane Charette, à l'antenne de Radio-Canada.

***

www.vintempo.com

***

Les vins de la semaine

***

La belle affaire

Petit Chenin Blanc 2008, Ken Forrester, Stellenbosch, Afrique du Sud (13,75 $ - 10702997)

L'un des Papes sud-africains du cépage Ligérien — magistrale cuvée FMC! — Forrester et son Petit Chenin sont de ceux que je souhaiterais voir inscrits dans les produits courants SAQ. Net, précis, mûr, dégourdi, substantiel. 1.

***

Le Cabernet

Porcupine Ridge, Cabernet-Sauvignon 2007, Boekenhoutskloof, Afrique du Sud (17,15 $ - 573717)

Avec la Syrah Porcupine Ridge 2007 (17,20 $ - 10678510), une autre expérience gustative signée Marc Kent. Européen de style, franchise dans le ton, clarté dans le fruit, équilibre d'ensemble et finale digeste. 1.

***

La primeur en blanc

Viognier 2007, Fairview, Coastal Region, Afrique du Sud (22,05$ - 10745559)

Arrivée en 1693 de Lituanie, cette dynamique maison poursuit sur une lancée où dominent l'innovation, la diversification (excellents fromages de chèvre maison) et l'éthique sociale. Bien sec, floral, consistant et tonique, bref, un bijou de pureté. Un p'tit chèvre? 1.

***

La primeur en rouge

Rosso di Montalcino 2006, Casanova di Neri (29,60 $ - 10335226)

Un sangiovese qui ne donne pas l'impression d'être la seconde cuvée du grand brunello. La robe est profonde, les arômes mûrs gagnent lentement en nuances et terminent sur une bouche dense, corsée, fraîche, étoffée, complexe et de belle longueur. Vin de soir. 2.

***

Le vin plaisir

Cannonau di Sardegna Riserva 2005, Sella&Mosca, Sardaigne (17,30 $ - 425488)

À prix raisonnable compte tenu du profil original et suggestif, un vin peu coloré et parfumé, bien sec et fondant malgré des tanins épicés qui donnent l'impression d'être sucrés, d'un corps moyen, aux saveurs qui gravent longuement leur sillons. 1.

À voir en vidéo