Et puis euh - La conquête de l'Ouest

Seul constat possible: les traditions se perdent. Plus de 24 heures après le match des étoiles de la Ligue nationale de hockey, et il n'y a toujours pas eu de voitures automobiles brûlées au centre-ville de Montréal en guise de célébration de victoire de l'Est. Aucun drapeau de l'Est aperçu sur aucune voiture automobile. C'est comme si les fans de l'Est attendaient quelque chose. Mais quoi?

De même, plus de 24 heures après le match des étoiles, et l'entraîneur-chef de l'Ouest n'a toujours pas été congédié. Moi, je vous dis que si j'étais propriétaire de l'Ouest, ça n'aurait pas traîné.

(Remarquez par ailleurs la délicieuse ambiguïté du titre. Il peut signifier «l'Ouest qui conquiert» tout autant que «l'Ouest qui est conquis». Il faudra vous débrouiller avec ça.)

***

Veuillez n'en pas douter un seul instant, il s'en passe des affaires dans le merveilleux monde du sportª. Ça n'arrête juste pas.

Ainsi, une dépêche en provenance d'Angleterre nous informe qu'à l'occasion d'un récent match de soccer mettant aux prises les clubs Hertfordshire Rangers et Hatfield Town, une supportrice des Rangers, madame Irene Kerrigan, a pris sur elle d'emmener au stade son perroquet, qui répond au nom de Me-Tu.

«Je n'avais jamais rien vu de semblable», a déclaré au quotidien londonien Daily Mirror, auquel je suis abonné depuis sa fondation en 1903, l'arbitre Gary Bailey. «Cette dame est là sur les lignes de touche, et tout à coup elle dévoile ce gros perroquet vert dans une cage.»

Aucun problème jusque-là, sauf que Me-Tu est parfaitement capable d'imiter un coup de sifflet. Le volatile provoqua donc quelques arrêts de jeu.

«J'ai dû demander à la femme d'aller plus loin», a dit Bailey. «C'était la première fois de ma carrière que j'expulsais un perroquet d'un match.»

Pour sa part, Mme Kerrigan a indiqué que Me-Tu était un grand amateur de soccer et qu'elle l'emmènerait de nouveau assister à des matchs.

Pour les amateurs de statistiques, Hatfield l'a emporté cette fois-là par la marque de 5-2.

***

N'ayant rien de particulier à faire l'autre jour, je lisais tranquillement mon exemplaire de la dernière livraison du British Medical Journal, comme je le fais avec rigueur et régularité depuis sa fondation en 1840. C'est alors que je chutai symboliquement de mon bout de siège (je me trouvais sur le bout de mon siège en raison de l'excitation et du suspense induits par la lecture du BMJ).

Jusque-là, j'avais en effet toujours cru dur comme un normale-5 étroit que la pratique récréative du golf amateur représentait un excellent moyen de garder la forme et de conserver une saine santé, notamment par l'entremise de la respiration du bon air pur du bon dieu dans un cadre bucolique. Sauf, bien sûr, pour ce qui est du stress engendré par l'envoi systématique (dans mon cas, quand je joue, c'est-à-dire à peu près jamais) de la balle dans de quelconques fourrés, quoique, à la longue, on devient zen et on ne s'en fait plus pour ces choses pour mieux se concentrer sur l'effondrement de ses finances personnelles.

Or c'est faux. Pour la santé, je veux dire.

Voyez plutôt. Une étude réalisée par le Dr Malcolm Buchanan, de l'hôpital universitaire Norfolk and Norwich (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord), publiée par le BMJ, signale que le golf peut rendre sourd, ou à tout le moins dur de la feuille.

Selon le scientifique, un coup de départ frappé avec un bâton en titane produit un bruit pouvant atteindre 130 décibels, soit 20 dB de plus que ce que l'oreille humaine peut supporter sans douleur ni dégât. Des dommages irréparables aux tympans pourraient donc survenir chez les golfeurs assidus qui utilisent ce type de bâton.

Des recherches plus élaborées doivent être et seront menées, notamment lors du prochain British Open — du 16 au 19 juillet sur les links du club de Turnberry, en Écosse, théâtre, qui l'a oublié, de l'historique «Duel in the Sun» entre Tom Watson et Jack Nicklaus en 1977 —, où l'ouïe des professionnels qui frappent fort et souvent sera examinée de près. Mais, en attendant, le Dr Buchanan recommande aux joueurs de se mettre des bouchons dans les oreilles lors de leurs coups de départ.

(Nota: Même s'il couvre adéquatement le son du titane, un iPod jouant du Slipknot à fond la caisse n'est pas considéré comme une solution de rechange adéquate approuvée par Santé et Bien-Être social Canada.)

Un procédé qui permet par ailleurs, aurait pu ajouter le docteur, de ne pas entendre le bruit que fait la balle en pénétrant dans l'eau à la suite d'un coup de départ ni brillant ni bruyant.

Conclusion: tout est dangereux dans la vie, et à la fin on meurt.

***

Une question, juste de même. Au hockey sur glace, pourquoi donne-t-on des punitions pour avoir retardé le match alors que le fait de décerner la punition retarde encore plus le match?

Désolé si ce partage interrogatif vous empêche de dormir, mais il fallait que j'en parle à quelqu'un.

À voir en vidéo