Littérature québécoise - Une rentrée colorée, intense

Jacques Poulin
Photo: Jacques Poulin

Parmi les belles promesses côté fiction au Québec: un nouveau Jacques Poulin, enfin. Un nouveau Nicolas Dickner, aussi. Et une fable d'Yves Beauchemin.

Autres publications annoncées qui nous font saliver: des nouvelles de Nadine Bismuth, de Robert Lalonde. Un polar d'Andrée A. Michaud. Une histoire de pirates signée Stéphane Dompierre...

Et puis, et puis, un roman à saveur biblique d'Anne Élaine Cliche, lauréate du Grand Prix du livre de Montréal pour La Pisseuse. Attention: Mon frère Ésai (XYZ) débarque ces jours-ci en librairie.

Pour ce qui est des romans historiques et sagas en tout genre, c'est encore la manne cette saison. Nous vous en reparlerons bientôt.

Parmi les romans québécois encore tout chauds: le Neil Bissoondath, bien sûr, Cartes postales de l'enfer (Boréal), dont on vous a dit le plus grand bien dans ces pages la semaine dernière.

Aussi, L'Échappée des dieux (VLB), de Reine-Aimée Côté, qui avait remporté le prix Robert-Cliche en 2004 pour Les Bruits. De son côté, François Desalliers propose Les Géants anonymes (Québec Amérique). Où des héros ordinaires sont «amenés à poser des gestes d'éclat». Revenir à toi (Les Intouchables), de Mario Cyr, se présente comme une variation sur le thème du regret.

Un titre qui intrigue: Le Chapeau de Kafka (XYZ). L'auteur, Patrice Martin, propose plusieurs clins d'oeil, non seulement à Kafka, mais aussi à Auster, à Calvino, à Borges... Il s'agit d'un premier roman.

Autre nouveau venu en littérature: David Fitoussi. Ce citoyen canadien habitant depuis peu en Israël raconte, dans La Bar-mitsva de Samuel (Marchand de feuilles), l'histoire d'un enfant juif né en banlieue de Paris qui débarque dans le quartier Snowdown, à Montréal.

Ils sont légion, les nouveaux auteurs, à se bousculer au portillon. Et ça va dans toutes les directions. Du genre: roman d'anticipation à saveur érotique pour Benoît Quessy, avec À juillet, toujours nue dans mes pensées (Québec Amérique), et roman apparenté à la chick-lit pour Nathaly Dufour, avec Sous la toge (Stanké).

C'est peu avant la Saint-Valentin qu'Yves Beauchemin publie Renard bleu (Fides). L'auteur du Matou s'immerge dans le monde animalier et fait parler les bêtes... qui s'avèrent n'être pas si bêtes.

D'ici là paraîtront deux romans dont les titres se font écho: Le Jardin de Peter Pan (Triptyque), de Pierre Gobeil, et La Mort de Peter Pan (Québec Amérique), de Claire Varin.

Tiens, l'ombre de Kafka revient... dans Rencontre avec Monsieur K (Fides). Où l'on assiste à la rencontre d'un universitaire québécois et d'un auteur tchèque d'origine russe qui vit à Paris. Un roman signé Michel Dion.

Dans La Bohème (Triptyque), François Moreau raconte le parcours d'un jeune Québécois qui rêve de gloire et s'embarque pour l'Europe. Dans HKPQ (Marchand de feuilles), Michèle Plomer nous transporte à Hong Kong.

On voyagera jusqu'en Sicile, dans Le Masque étrusque (L'Instant même), de Louis Jolicoeur. On plongera dans l'univers punk, à Québec, dans Normal (Éditions Trois-Pistoles), d'Alain Cliche.

Au rayon premiers romans, plusieurs titres, chez Québec Amérique, Guy Saint-Jean éditeur, Libre Expression... Et un doublé aux Éditions Sémaphore: Si peu de temps avant le jour, de Stéphane Desrochers, et Le Marais, de Richard Dallaire. Chez Stanké, le premier roman de Ghislaine Meunier-Tardif, L'Écarlate, titille notre curiosité. On nous promet une histoire d'amour passionnée, très sexuelle, entre deux septuagénaires...

La maison À lire, spécialisée dans le roman policier et la science-fiction, propose Une mort collégiale, d'Eric Wright, et Un automne écarlate, de notre collègue François Lévesque, qui signe ici son premier roman pour adultes.

Êtes-vous marié à un psychopathe? (Boréal). C'est le titre, pour le moins accrocheur, du nouveau recueil de nouvelles de Nadine Bismuth, Prix des libraires 2000 et Prix Adrienne-Choquette pour Les gens fidèles ne font pas les nouvelles.

En mars, les nouvelles continuent d'affluer. Robert Lalonde ouvre le bal avec Un coeur rouge dans la glace (Boréal). Suivi par Pierre Popovic, William M. Messier, Lyne Richard et Ryad Razaki.

Parmi les recueils qui pourraient sortir de l'ordinaire: Le Chat proverbial (L'Instant même), de Hans-Jürgen Greif. Et Les Contes du bout de la Beauce (Éditions Michel Brûlé), de Johanne Alice Côté et Alexis Roy.

Andrée A. Michaud, lauréate d'un Prix du Gouverneur général pour Le Ravissement, lance son huitième roman, un polar où le héros flirte avec la folie: Lazy Bird (Québec Amérique).

Autre polar à surveiller: celui de Caroline Moreno, Gosley (Éditions Trois-Pistoles). On assiste à la disparition, au viol, puis au meurtre d'un jeune homme, dans un petit village.

Chez À lire, Esther Rochon signe le tome final du Cycle de Vrénalik, et Francine Pelletier propose Un tour en Acadie.

Le moment fort du printemps revient à Jacques Poulin, qui renoue avec son héros, Jack Waterman. Il a un frère, le saviez-vous? Et il en a assez, le frangin, de vivre dans l'ombre de son grand frère écrivain... Date de sortie: 25 mars. Titre: L'anglais n'est pas une langue magique (Leméac).

Avril-mai-juin

«Tout va mieux depuis que la fin du monde est passée», écrit Nicolas Dickner dans Tarmac (Alto). Un roman pour le moins attendu, après le succès retentissant de Nikolski, couvert de prix.

Hélène Rioux, de son côté, signe la suite de Mercredi soir au Bout du monde, prix France-Québec et prix Ringuet de l'Académie des lettres du Québec. Le titre: Âmes en peine (XYZ).

Aussi: deux romans chez HMH/Hurtubise, l'un de Chris Killen, l'autre de Diane Labrecque. Puis, aux Éditions Héliotrope: Animaux de rêve, d'Angela Cozea, née en Roumanie mais installée au Canada depuis plus de 20 ans.

Stéphane Dompierre risque de nous surprendre. L'auteur d'Un petit pas pour l'homme, Grand Prix de la relève Archambault 2005, publie Morlante (Coups de tête): «Un road movie sanglant sur les eaux noires de la mer des Caraïbes», nous dit l'éditeur.

Le directeur littéraire des Coups de têtes, Michel Vézina, lance pour sa part Sur les rives. Septième roman à paraître en quatre mois dans cette collection qui veut réinventer le roman de gare.

En mai, chez Guy Saint-Jean éditeur: un roman de Marc-André Moutquin qui se passe au Sénégal, Inch'Allah, et des nouvelles qui mettent en scène des Marocaines, La Vierge dans la cité, de Raja El Ouadili.

Début juin: un roman de Gérard Bouchard, Uashat (Boréal). Où l'on pénètre dans une réserve indienne près de Sept-Îles, au milieu des années 1950.

Parmi les auteurs francophones qui publient d'ici le printemps ailleurs au Canada: Françoise Enguehard, qui nous emmène aux îles Saint-Pierre et Miquelon dans L'Archipel du Dr Thomas (Prise de parole). Et, aux Éditions David: Katia Canciani, qui publie 178 secondes, un roman où l'on redécouvre la francophonie canadienne par les yeux d'un jeune Québécois.

Aussi: Eileen Lohka. Née à l'île Maurice, établie à Calgary, elle propose C'était écrit (Éditions L'Interligne), un recueil de nouvelles centrées sur le thème de l'identité.

Bonne rentrée!

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo