Médias - Prédictions... jusqu'en 2050 !

En 1999, le réalisateur Steven Spielberg avait réuni un groupe d'experts du MIT pour tenter de définir ce à quoi pourrait ressembler une ville comme Washington 50 ans plus tard.

Il s'agissait d'un exercice en prévision du tournage, en 2002, d'un de ses meilleurs films, le thriller d'anticipation Rapport minoritaire.

Tous ceux et celles qui ont vu le film se souviennent des images très frappantes de l'agent Anderton, interprété par Tom Cruise, en train de consulter une banque de données informatisée en «réalité virtuelle», traçant des gestes dans l'espace qui permettent de tourner des pages, d'agrandir des images, de visionner des vidéos 3-D.

Dans cette société de 2054, les individus sont fichés au moyen de leur empreinte rétinienne. Lorsqu'ils circulent dans la rue, les messages publicitaires s'adressent à eux en s'adaptant à leur profil personnel de consommation, après les avoir identifiés par leur rétine.

Délire futurologique? On n'en est pourtant pas si loin. Plusieurs sites Internet vous font déjà des offres ciblées en conservant en mémoire votre comportement lors de vos dernières visites.

À la mi-décembre, le Pew Internet & American Life Project, un organisme réputé, publiait sur Internet un rapport fascinant, réalisé par des chercheurs de l'Elon University de Caroline du Nord, Imagining the Internet (que l'on peut consulter au www.elon.edu/predictions).

Le groupe de recherche a soumis à plus de 600 experts de la grande Toile un certain nombre d'hypothèses, en leur demandant d'imaginer à quoi ressemblera Internet en 2020.

Le consensus le plus largement partagé: dans 12 ans, les appareils mobiles, et particulièrement les nouveaux «téléphones intelligents», beaucoup plus puissants que les cellulaires actuels, seront la première porte d'accès à Internet dans le monde.

On comprend mieux pourquoi Quebecor investit autant dans le cellulaire de nouvelle génération et se montre aussi préoccupé par la production de contenus sur les nouvelles plates-formes.

Les experts s'entendent également sur quelques autres idées. Dans 12 ans, la reconnaissance vocale et les écrans tactiles feront partie du quotidien (dans le cas des écrans tactiles, c'est déjà le cas pour les propriétaires d'un iPhone). L'architecture générale d'Internet n'aura pas encore été remplacée par une nouvelle génération. Quant à la propriété intellectuelle, selon 60 % des répondants, elle ne sera pas vraiment protégée. Autrement dit: les petits malins qui savent comment copier et partager le contenu sans payer seront encore très actifs.

L'autre grand consensus est celui-ci: la réalité virtuelle sera en plein essor, et la frontière entre le temps personnel et le temps de travail, et entre l'espace physique et la réalité virtuelle, sera de moins en moins étanche.

Les utilisateurs ayant les appareils les plus performants passeront une partie de leurs heures de travail et de loisir dans des mondes virtuels en tous genres, qui serviront tant au commerce qu'au divertissement. Les experts y voient une série d'avantages et d'inconvénients: conférences et enseignement dans des espaces virtuels, mais également augmentation de l'obésité, de la violence et de l'accoutumance, et problèmes divers liés à notre perception de la réalité.

Une majorité de répondants (56 %) croient également que si le Web 2.0 et les nouveaux réseaux sociaux sur Internet «rapprochent les gens», la «tolérance sociale» n'augmentera pas dans l'ensemble de la population.

L'année 2020, c'est dans douze ans à peine. Il s'agit donc d'un avenir assez proche. Après avoir bien défini cet horizon, le projet Imagining the Internet explore les développements subséquents.

L'année 2020 est celle du développement des robots, qui vont commencer à remplir des tâches quotidiennes, selon les experts, et les criminels pourront être guéris par une intervention au cerveau qui leur permettra de mener une vie «normale» (bonjour les débats éthiques!). La télévision holographique, elle, avec les programmes en trois dimensions qui flottent dans les airs, est prévue en 2025.

Par la suite, on quitte la chronique médias pour plonger dans la chronique sciences: base lunaire vers 2040, premiers Jeux olympiques bioniques et téléchargement d'information, d'images, de mémoire et de sentiments directement dans le cerveau à compter de 2050, et ainsi de suite.

Fascinant. Mais il ne faudrait pas oublier en cours de route que, selon la tournée de l'an dernier du Conseil de presse du Québec, des régions rurales complètes et des dizaines de municipalités du Québec n'ont pas encore accès à Internet haute vitesse...

***

pcauchon@ledevoir.com

À voir en vidéo