Et que ça mousse!

L’heure est aux mousses, qu’elles soient de Champagne ou d’ailleurs.
Photo: Agence France-Presse (photo) L’heure est aux mousses, qu’elles soient de Champagne ou d’ailleurs.

La mise en garde paraîtra ringarde, mais mieux vaut prévenir: attention aux yeux lorsque vous éjecterez d'un coup de pouce le bouchon libérant la mousse de vos festivités! Pourquoi débuter l'année borgne, alors que vous voyez déjà celle-ci d'un oeil optimiste? Je vous le demande. Cela étant dit, et sans ajouter à la pression ambiante, l'heure est aux mousses, qu'elles soient de Champagne ou d'ailleurs. Pas très original, j'en conviens, mais d'un intérêt certain puisque — et c'est là toute la beauté de la chose — la très grande majorité des mousseux vendus aujourd'hui ne franchissent que très rarement la barre des 12 degrés en alcool par volume. Résultat? Non seulement êtes-vous plus digne après boire, mais vous demeurez allégé du bide pour mieux batifoler jusqu'à l'aube.

Pour les besoins de la cause, je me suis amusé à déguster les Seigneurs de Reims et d'Épernay avec d'autres mousseux. Ces champagnes valent-ils le prix exigé? Grosso modo, la qualité est au rendez-vous, même si ce ne sont pas les champions du rapport qualité-plaisir-prix. Après, c'est histoire de styles, mais surtout du goût de chacun. Pour simplifier l'approche, je me suis aussi amusé à les répertorier à l'intérieur de trois contextes de consommation, qui non seulement leur ressemblent mais où ils trouveront à s'exprimer à leur meilleur, à savoir:

- copain ou famille: l'ambiance est à la camaraderie, aux échanges spontanés avec des vins légers, polyvalents, qui délient les langues, sans s'enfarger dans les fleurs du tapis;

- détente: l'ambiance est au calme avec des vins profonds, détaillés, qui interrogent et chavirent doucement;

- amour: l'ambiance est à l'intimité avec des vins suggestifs, sensuels, texturés, au charme fou.

Copain ou famille

Hungaria Grande Cuvée Brut, Hongrie (12,50 $ - 106492): cette cuvée a été de loin préférée à un champagne qui valait cinq fois son prix, lors de l'émission de Christiane Charrette où j'ai été convié la semaine dernière. Net, droit, friand et pas trop dosé avec ça, l'esprit de fête y est, sans vulgarité. Top, à ce prix!

Codorniu Clasico Brut, Cava (13,65 $ - 503490): plusieurs millions de bouteilles produites, mais surtout une régularité qualitative enviable. Fruité tranché sur bulles spontanées, rondeur appropriée sans dosage excessif. Finale propre et bien nette.

Crémant de Limoux Brut 2006, Cuvée Expression, Antech (20,15 $ - 10666084): le trio mauzac-chardonnay-chenin blanc mousse avec esprit, tonus, style et clarté fruitée, tout en y allant d'un crémeux de texture qui tient, sans fléchir. Pas mal sur la fougasse aux olives.

Crémant de Loire 2007, Paul Buisse (23,90 $ - 10517572): passablement substantiel et généreusement fruité, ce crémant déferle comme une vague dont l'écume tapisse le palais avec ferveur sans en oublier la moindre anfractuosité. Du corps, du tonus et un fruité qui ne se dément pas, le tout bien arrondi par un dosage approprié.

Roederer Anderson Valley Brut (28,30 $ - 294181): sans nul doute la plus droite et la plus intègre des cuvées du genre aux États-Unis. C'est tracé avec précision, style et réalisme, dans l'esprit des bulles champenoises, avec ce surcroît de vitalité et de continuité qui garde le palais libre et bien propre après boire. Beignets au crabe?

Champagne Lanson Rosé Label Brut (59 $ - 172130): il a l'allure d'un James Dean imprévisible et brûlant la chandelle par les deux bouts, tant il offre cette tension, cette vigueur fruitée suffisamment musclée pour tenir à table, sur les crustacés.

Champagne Devaux Brut Blanc de Noirs (51 $ - 871954): enlevez les bulles, fermez les yeux, buvez-le à 16 °C et vous avez l'impression de boire un bourgogne rouge! À défaut de nuances et de finesse, ce 100 % pinot noir offre corps, fougue, substance, vinosité et une longueur appréciable. À table, sur un sauté de veau à la crème et aux champignons, miam.

Pommery Brut Royal (61 $ - 346106): cette cuvée évoque l'élève surdoué qui fait le cancre toute l'année en classe et réussit haut la main ses examens de passage. Ensemble de belle densité avec une énergie fruitée derrière, qui régale et invite rapidement le noceur qui sommeille en vous à devenir plus festif encore.

Champagne Boizel Brut Rosé (62 $ - 10970650): composé pour plus de 80 % de pinots, ce champagne vivifiant paraît aussi friand et volubile derrière une structure fruitée qui le construit au fur et à mesure de son passage en bouche. Tiendra bien tout au long du repas, même s'il offre une bonne dose de gourmandise à l'apéro.

Champagne Veuve Clicquot Ponsardin Brut Carte Jaune (73 $ - 563338): un classique d'entre les classiques, radieux dans l'expression, au corps à la fois substantiel et bien constitué (dominante de pinots), mais avec cet élément de finesse qui donne aussi des ailes et du «fond».

Champagne Taittinger Prestige Rosé (84 $ - 372387): plutôt simple de facture, volubile et dégourdi sur le plan fruité, avec une certaine épaisseur qui le destine sur une truite fumée, par exemple.

Détente

Champagne Laurent-Perrier Brut (65 $ - 340679): l'apport de chardonnay confère toujours à ce champagne à la fois ce crémeux fin et cette perspective de saveurs qui évoque un mille-feuilles par sa nuance pâtissière et, bien sûr, sa fragilité. Véritable roulement à billes!

Champagne Louis Roederer Brut Premier (66 $ - 268771): une part élevée de vins de réserve dessine les contours, alors que les pinots (noirs et meuniers) dominent et nourrissent le corps central fruité du vin, laissant le soin au chardonnay de jouer les tonalités fines. Apéro ou repas.

Champagne Deutz Brut Classic (67 $ - 10654770): spirituel, distingué, économe comme un murmure qui sait pourtant se faire entendre, c'est tout Deutz. Le trio de cépages y est à parts égales avec ce côté aérien qui l'élève et l'élève encore. Très fin, tout ça.

Bellavista Gran Cuvée Pas Opéré 2002, Franciacorta (69 $ - 10540078): six ans sur lies fines (plus de la moitié de la moyenne champenoise) pour un mousseux subtil et somptueux, très sec mais donnant l'impression d'une voilure fruitée gonflée par des parfums de grillé, de praliné et de brioché, qui l'enrobe et l'éternise au palais. Quelle classe, grand vin! La Cuvée brut (37,25 $ - 340505) vaut aussi le détour.

Champagne Henriot Brut Souverain (75 $ - 10796946): panache, classe et fragrances sûres, affirmées, bien que voltigeant comme un colibri autour d'un décolleté plongeant. Pas une goutte ni une minute à perdre, simplement souverain!

Bollinger Spécial Cuvée Brut (83 $ - 384529): c'est presque un privilège de savourer Bollinger. La confection, griffée, est toujours impeccable, presque matelassée, tel un tissu dont l'épaisseur n'altère en rien une coupe qui défie à la fois les modes et le temps. Prix à la hausse mais qualité qui suit.

Amour

Santi Nello, Prosecco di Valdobbiadene, Botter (15,95 $ - 10540730): charmeur quoique léger, mais diablement attirant avec un sourire en coin qui en dit long sur ses intentions festives. Et pas trop racoleur avec ça. Le mousseux sympa du brunch du lendemain où le panettone est à l'honneur.

Laurens Clos des Demoiselles Tête de Cuvée 2006, Crémant de Limoux (22,15 $ - 10498973): il y a du soyeux et une finesse de bulles immédiate qui lie le tout avec tendresse et légèreté, comme si le vin n'avait pas besoin de bulles pour exister. Quiche aux poissons fumés?

Chandon Brut Classic, California (22,95 $ - 10542031): délicieusement facile d'accès, avec ce corps, ce satiné, ce fruité si consistant qu'on en devine les formes derrière le corsage. N'y manque que le clin d'oeil à peine racoleur...

Schramsberg Blanc de Noirs Brut 2005 (36,25 $ - 10970166): avec le Roederer Anderson Valley, la meilleure bulle du moment en Californie. Ici, le corps (13,5° alc./vol.), le volume, la vinosité priment, avec une patine lisse, satinée, riche et séduisante. Sexy.

Ferrari Rosé, Trento DOC (37,75 $ - 10496901): avec son petit frère Ferrari Brut (29,35 $ - 10496898), un mousseux rectiligne, peu dosé, distingué, s'engageant par petites touches fruitées pour mieux conquérir et vous glisser dans de beaux draps. Vous l'aurez voulu!

Champagne Paul Georg Brut 2004 (52 $ - 439190): cette belle bouteille vendue à prix d'ami offre le paradoxe de la richesse et de la légèreté, de la prodigalité et de la modération sans jamais verser dans le vulgaire. Ample, plein, avec cette idée de gourmandise véritable qui enchantera une lotte à la crème et au citron.

Champagne Moët & Chandon Brut Impérial (63 $ - 453084): pas besoin d'aimer le champagne pour boire Moët, mais vous lui serez fidèle dès la première gorgée! Tout le corps des pinots (noirs et meuniers) avec cette énergie, cette plénitude et cette générosité en prime. Betty Page ou Mae West habillée de bulles. C'est dire.

Champagne Duval-Leroy Cuvée Design Paris Brut (71 $ - 10516414): des progrès de géant accomplis depuis quelques années, et ce, pour tous les vins de la gamme. Un champagne à fleur de peau, stylé et personnalisé, à la fois plein, ample et raffiné. Un must sous l'alcôve ou sur les ris de veau à la crème: faudra choisir!

Champagne Laurent-Perrier Brut Rosé (93 $ - 158550): si c'était une peinture, ce serait une aquarelle, une musique, un morceau de Ravel, une poésie, un vers d'Aragon pour Elsa. Sinon, c'est fin, modulé avec charme, discrétion, mais aussi avec une affirmation fruitée qui gagne en ampleur sur la finale. Sensuel à souhait.

D'autres mousseux? Consultez Vins mousseux et champagnes, de l'auteur Guénaël Revel (Modus Vivendi), ou les pages 92 à 102 du Guide Aubry 2009 (Transcontinental).

Enfin, quatre pinots noirs pour terminer le millésime 2009 :

- Pinot Noir de la Chevalière 2007, Laroche, Vin de Pays d'Oc (14,20 $ - 10374997): souplesse, fluidité et volume dont le fruité se cueille du bout des dents. Régal assuré, surtout servi à 15 °C.

- Pinot Noir Wild Ferment 2007, Errazuriz, Chili (22,35 $ - 10769526): un pinot qui a de la poigne, du dialogue et une belle part de réalisme fruitée. Termine sur une pointe de fumée qui ajoute au caractère.

- Givry 1er Cru Clos Salomon 2005, Cardin Perrotto, Bourgogne (33,50 $ - 918086): une heure de carafe et hop! les parfums distillent la joie pure du pinot noir, dans sa dentelle, sa cohésion, sa sensualité fine. Invitez les petites cailles à table!

- Pinot Noir 2006, Drouhin, Oregon (38,25 $ - 353730): encore une fois, le savoir-faire bourguignon avec cette classe innée, cette découpe du fruit jamais pénalisée par le boisé. Net, pur, allongé, d'un velouté à peine empreint de fermeté.

***

Une mousse sans alcool?

Célébration, le Choix du Président (6,99 $): bien sûr, en soutirant l'alcool, vous perdez en rondeur, mais la pointe de sucre (quatre grammes de plus que la teneur maximale autorisée pour un Brut Champenois) couplée à une tonifiante acidité portent à l'avant-plan un fruité de raisin tout à fait net et palpable. L'illusion demeure crédible avec une mousse qui sait demeurer tenace sans être agressive. À seulement 0,3 % d'alcool par volume et servi bien frais, un mousseux sans alcool tout ce qu'il y a de recommandable.

À voir en vidéo