Nouvelles oubliées

Crise économique mondiale; guerre de Géorgie; conclusion piteuse de la présidence Bush; «affaire Madoff» qui nous tire encore plus bas qu'on ne l'aurait pensé... toutes ces choses ont fait la «une» depuis douze mois, et alimenté les chroniqueurs de tout poil. Mais il y a aussi eu, en 2008, de ces nouvelles passées inaperçues, mais qui peuvent parfois être chargées de sens.

***

- Moscou à la conquête de l'Afrique

On a amplement parlé de la résurgence de la Russie à ses portes, dans son «proche étranger» comme ils disent là-bas. On a répété que l'Ukraine, après la Géorgie à l'été 2008, pourrait être la prochaine à goûter à la nouvelle médecine russe... Et quand on évoque des incursions «néocoloniales» en Afrique, on s'attend habituellement à entendre parler de la Chine. La Chine qui place ses pions partout, et dont les entrepreneurs creusent des puits de pétrole au Soudan, construisent des autoroutes en Algérie et exploitent des mineurs en Zambie.

Mais non, on a bien écrit ici: «Moscou à la conquête de l'Afrique». L'agence Novosti nous informait le 4 décembre de la signature d'accords bilatéraux entre Moscou et Abuja, capitale du Nigeria, ce géant pétrolier et gazier de l'Afrique. En creusant un peu l'information, on apprend que des intérêts russes (Gazprom, Rosneft) sont en train de mettre la main sur de nombreux contrats relatifs au gaz et au pétrole dans cet immense pays. Et notamment que deux projets de gazoducs devant relier l'Afrique et l'Europe, sont en préparation... avec des capitaux russes. Voilà qui pourra inspirer ceux qui craignent «l'encerclement énergétique» de l'Europe par la Russie. Quand la «menace russe» ne vient pas seulement du froid... mais aussi des sables chauds du Sahara!

- Le marché de la coca se porte bien

En 2008, la guerre des gangs s'est intensifiée de façon sanglante au Mexique, véritable plaque tournante du commerce de la drogue. La production de la coca en Colombie — un petit peu plus au sud — a en effet atteint de nouveaux sommets lors de l'année qui s'achève. C'est le journal El Pais qui nous l'apprend, citant le chiffre de 27 % d'augmentation, en une année, du volume de coca produite dans ce pays.

On ne peut s'empêcher d'y voir un nouvel exemple d'échec lamentable d'une coûteuse initiative des États-Unis à l'étranger. Depuis une décennie, Washington investit un demi-milliard de dollars par an dans le «plan Colombie», pour tenter d'éradiquer la culture et la transformation de la coca. En pure perte, à ce qu'il semble.

- Un bouclier antimissile... en Inde

C'était en février dernier. Une brève dans le Times of India annonçait que le secrétaire à la Défense des États-Unis, Robert Gates, avait parlé à son homologue indien de la possibilité de transférer à New Delhi la technologie antimissile américaine, qui enrage tant les Russes. L'affaire n'a pas eu de suites immédiates. Mais si elle devait s'avérer sérieuse, voilà qui pourrait compliquer les choses avec les voisins «nucléaires» de l'Inde que sont le Pakistan et la Chine.

***

Autre beau thème de fin d'année: les guerres oubliées. En voici quelques-unes...

- La guerre dans l'est du Congo

Elle n'est pas totalement oubliée, puisqu'elle a eu sa part d'attention en Europe et chez nous, encore cet automne. Mais rien n'y fait: cette région du monde continue sa descente dans l'horreur, et l'intervention armée de l'Europe, annoncée en octobre, ne semble pas se concrétiser. Silence, on coule!

- Le Darfour

Un conflit dont on a moins parlé en 2008, malgré une certaine recrudescence des combats et une prolifération des fronts —, car il ne s'agit plus d'un simple affrontement entre milices progouvernementales arabes et «résistants» noirs. Le principal développement (ou «non-développement») de l'année au Darfour, c'est l'enlisement proche de la paralysie dans le déploiement d'une force de paix de l'ONU... qui devait être la plus importante du monde.

- Vraiment oubliées: les Philippines

Une guerre vraiment et totalement oubliée dans nos médias, c'est celle des Philippines, enclave catholique en Asie du Sud-Est: 200 000 morts depuis la fin des années 70, et ça continue. On y trouve une guérilla musulmane (le Front de libération Moro, qui a plus de trois décennies), une guérilla «communiste» (la Nouvelle Armée du peuple, qui se fait vieille à presque 40 ans)... et maintenant, dans certains secteurs de l'île de Mindanao, des groupes «d'autodéfense chrétienne» pour répliquer aux attaques islamistes.

- Le Sri Lanka

Dans cette petite île jadis enchanteresse au sud-est de l'Inde, la guerre a repris en intensité en 2008, entre les forces gouvernementales et la guérilla indépendantiste tamoule. Pour mémoire, en ces temps de «guerre au terrorisme», rappelons que les Tigres de libération de l'Eelam tamoul furent formés dans les années 70... avec des complicités en Inde. Le gouvernement de Colombo a juré d'en finir, en 2009, avec les rebelles. On verra.

***

François Brousseau est chroniqueur d'information internationale à Radio-Canada. On peut l'entendre tous les jours à l'émission Désautels à la Première Chaîne radio et lire ses carnets dans www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets.

À voir en vidéo