Long-courrier

Sur la Piazza del Campo, à Sienne, capitale de la Toscane, en Italie.
Photo: Agence France-Presse (photo) Sur la Piazza del Campo, à Sienne, capitale de la Toscane, en Italie.

«Nous préparons un séjour dans le nord de l'Italie pour 2009. Il s'agit d'un voyage à pied de 15 jours organisé avec Sport Vac Tours, du 29 août au 12 septembre 2009, et nous aimerions le prolonger d'une ou deux semaines en faisant les vendanges dans la Vénétie ou la Toscane. Pourriez-vous nous donner des contacts de familles ou de coopératives qui font la récolte des raisins dans ces régions à la mi-septembre? Nous apprécions beaucoup votre chronique dans Le Devoir.»

L. et Emma, Montréal

Je ne connais pas de familles qui reçoivent des étrangers pour faire les vendanges en Toscane ou en Vénétie. Ce que je sais, c'est qu'elles font de plus en plus appel à de jeunes Maghrébins et Albanais et que les places deviennent limitées. Chaque région en Italie a son office de tourisme, sorte de gouvernement du tourisme, avec ses différentes fonctions internes. Vous pouvez les contacter par l'entremise de la représentation consulaire italienne à Montréal, au

% 514 849-8351. Vous pouvez également contacter au hasard des fermes qui reçoivent les touristes. Pour des adresses de fermes: www.agriturist.it, où toutes les régions de la botte transalpine sont représentées. Et pour des séjours à la campagne, www.agriturismi.amecom.it rassemble des adresses par région dans des fermes, des châteaux et des maisons rurales qui font quelquefois dans la vigne et dans l'hébergement sous le signe des vendanges.

Frais à la baisse?

«Nous sommes plusieurs à nous demander ce qu'il advient des surcharges de frais liées au coût de l'essence qui sont demandées, tant pour les billets d'avion que pour les croisières, par exemple. Y a-t-il une chance que ces montants soient révisés ou éliminés au cours des prochaines semaines, puisque les prix au baril ou même à la pompe ont vraiment diminué?»

Andrée Lapointe, Québec

Les frais liés au coût de l'essence qui sont ajoutés aux tarifs des billets d'avion et à ceux des croisières ne risquent pas de baisser, et ce, même si le prix de l'essence à la pompe a diminué. Cela dit, les croisiéristes viennent de baisser leurs suppléments de carburant et certaines compagnies aériennes laissent entendre le même refrain.

C'est une véritable chasse au trésor que la recherche de la transparence en ce qui concerne les frais de service et de carburant. Il y a quelques années, les agences détaillantes ont vu leurs commissions réduites de plus de 75 %. Les frais de service qu'elles facturent à leurs clients leur permettent ainsi de mieux respirer.

En ce qui concerne les compagnies aériennes, on ne sait pas quand elles ont passé un accord pour acheter du kérosène: lorsque le baril était au plus bas ou lorsqu'il était au plus haut? En règle générale, il apparaît que les acheteurs de carburant pour les compagnies aériennes sont assez nuls. Soit ils ne sont pas au courant, soit ils mentent. Récemment, Air France et KLM ont adopté des mesures de transparence en ce qui concerne les frais en sus sur les billets d'avion. Mais cela ne donne toujours pas le profil de celui qui achète le carburant pour la compagnie. On peut par contre se consoler en se disant que les prix des billets d'avion sont parmi ceux qui ont le moins augmenté ces 20 dernières années. Ce pour quoi il a fallu comprimer les dépenses ailleurs, mais cela ferait l'objet d'une longue chronique. Pour ceux que cela intéresse, Emirates Air Lines lance sur le marché un vol vers Dubaï au départ de Toronto en classe tout risque financier pour un prix variant entre 12 000 et 17 000 $. Si on évalue le prix en se basant sur le nombre de kilomètres parcourus, c'est purement du vol. Mais si on l'évalue en fonction du nombre de servitudes pour la gazoline, c'est un cadeau.

Occuper un ado

«Étant une fidèle lectrice de vos chroniques et ayant profité de vos recommandations, je vous soumets une question. Je suis à la recherche d'une destination soleil pour le début du mois de mars pour moi-même, une femme de 58 ans, et mon filleul, un ado de 14 ans, que je voudrais voir occupé, actif et/ou en apprentissage pour une partie de la journée...

«Quelle formule proposez-vous? Y aurait-il des écoles de surf ou de planche à voile, ou avec des "combos", offrant de façon quotidienne quelques heures de formation? Je ne crois pas avoir vu des activités vraiment organisées dans les Clubs Med déjà visités pour les jeunes de cet âge...» Une tante qui veut à la fois faire plaisir et se reposer...»

Andrée Morin, Montréal

Chère tante, pour occuper l'ado de service, les Clubs Med et les tout-compris avec des clubs pour ados sont légion. Il suffit de vous adresser à votre agent de voyages, qui pourra vous guider dans cette recherche. Pour le surf, je vous suggère les environs de Tamarindo, au Costa Rica. Les jeunes s'y emparent de leurs planches et les plus âgés vont observer les tortues, question de rythme.

En dehors du surf et de la planche à voile, il y a aussi des initiations au reggae (en Jamaïque) ou au tennis dans presque tout le Sud, avec des écoles spécialisées sur la côte ouest de la Floride (à Sarrasota). Vous pouvez également envisager l'équitation au Costa Rica, la planche à voile à Sainte-Lucie ou à Cabarete, en République dominicaine, ou les jeux de dominos dans tout Cuba...

Bonnes adresses

«Je suis allée en Argentine en février 2008. Pour me préparer, j'ai suivi quelques cours d'espagnol à Québec et d'autres à Buenos Aires, à l'école Academia Buenos Aires. Les cours individuels étaient intéressants et le personnel était sérieux. Vous pouvez aller sur le Web, tout y est expliqué. Voici l'adresse: info@academia

buenosaires.com.»

Viviane Vachon, Québec

«Il y a deux ans, je prenais des renseignements auprès de vous pour un voyage en cargo vers l'Argentine. Et voilà, du 1er au 16 février 2008, je suis monté sur le Monte Pascoal, un cargo allemand, un porte-conteneurs de 300 mètres transportant 4500 conteneurs. J'étais le seul passager parmi 27 membres d'équipage. Nous avons passé 16 jours en mer, partant du Havre, en France, avec un arrêt à Rio de Janeiro (12 heures) et à São Paulo (24 heures).

«J'ai quitté le navire à Buenos Aires, où j'ai passé 10 jours et 10 soirs à profiter du tango. Ensuite, la Bolivie, le Pérou, l'Équateur et les îles Galápagos en sac à dos. Le voyage au complet a duré cinq mois (40 000 kilomètres de planète... en cargo, à vélo et autrement).

«Merci de vos précieuses informations. Un nomade sédentaire.»

André Babin, Baie-des-Chaleurs

À suivre

Espace Select Voyages est une agence qui fait dans le voyage culturel accompagné en français. Les destinations proposées sont le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Argentine, le Costa Rica, la Chine, le Tibet, l'Égypte, la Grèce, la Jordanie, le Maroc, le Pérou, la Namibie, la Russie, la Mongolie et la Tanzanie. Ces circuits organisés sont aussi offerts à la carte. Une démarche pour la protection de l'environnement est aussi inscrite dans la politique de l'agence. 514 543-3628 et 866 994-2080, www.espaceselect.com.

À voir en vidéo