Les fleurons du Québec

Un jardin de Saint-Venant-de-Paquette
Photo: Un jardin de Saint-Venant-de-Paquette

Avez-vous remarqué la signalisation officielle du panneau des Fleurons du Québec dans votre environnement ou votre municipalité? Cette année, c'était leur troisième campagne de recrutement. Nous connaîtrons d'ailleurs dans quelques semaines le nom des nouvelles municipalités récompensées. Lors des deux premières éditions, 165 municipalités québécoises ont été honorées par l'obtention de cette attestation officielle soulignant les efforts déployés pour embellir durablement leur milieu de vie.

La cote de classification horticole des Fleurons du Québec, qui va d'un à cinq fleurons, est attribuée pour trois ans et est assortie d'un rapport d'évaluation professionnelle suggérant des pistes d'amélioration. Les classificateurs visitent 60 % du territoire et évaluent tous les lieux à la vue du public.

Dans un récent sondage, les municipalités participantes exprimaient leur grande satisfaction à l'égard du programme des Fleurons du Québec. La simplicité des formalités d'adhésion, l'objectivité de l'évaluation professionnelle des classificateurs, la pertinence des pistes d'amélioration recommandées et la motivation collective à embellir le milieu de vie ont été reconnues comme autant de points positifs de la nouvelle formule.

Outre les retombées sociales, culturelles et environnementales suscitées par la participation au programme, les municipalités Fleurons du Québec bénéficient, depuis ce printemps, d'un atout supplémentaire: la signalisation officielle aux abords des villes. Le panneau qui fleurira aux quatre coins du Québec est considéré à la fois comme un facteur d'attractivité pour les voyageurs et un objet de fierté pour la population locale. Alors, si vous n'avez pas encore vu ce panneau, je vous invite à visiter le site Internet www.fleuronsduquebec.com

Actuellement, on retrouve la signalisation officielle des Fleurons du Québec dans 110 municipalités québécoises. Elle indique le nombre de fleurons que la municipalité a obtenus dans le cadre de notre programme de classification horticole et mentionne les années d'édition. Les Fleurons du Québec sont présents dans toutes les régions administratives et dans 18 régions touristiques.

À ce jour, 165 municipalités ont obtenu le label et la cote de classification horticole des Fleurons du Québec. À la mi-octobre, 54 nouvelles municipalités obtiendront leurs fleurons, ce qui portera le nombre à 219 villes, villages et arrondissements fermement engagés dans l'embellissement durable de leur milieu de vie (39 % de la population du Québec).

Si vous habitez l'île de Montréal, sachez que Westmount a obtenu quatre fleurons, que Côte-Saint-Luc, Dollard-des-Ormeaux, Mont-Royal, Pointe-Claire et Sainte-Anne-de-Bellevue en ont eu chacun trois et que l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal en a reçu deux.

Actuellement, des 165 municipalités inscrites, cinq ont obtenu quatre fleurons: Rosemère, Saint-Bruno-de-Montarville, Sainte-Julie, Westmount et l'arrondissement de la Cité de la ville de Québec. Sous peu, nous connaîtrons l'évaluation horticole des 54 nouvelles municipalités inscrites.

De la couleur aux HLM

Le concours Les pouces verts des HLM a fait de nouveaux adeptes en 2008. En effet, 480 locataires de l'Office municipal d'habitation de Montréal ont participé au concours cette année et ont ainsi contribué à embellir leur habitation, leur rue et leur quartier, et ce, aux quatre coins de l'île. Plus de 320 participants étaient réunis il y a quelques semaines au Jardin botanique afin de connaître les gagnants de cette édition record.

Cinquante prix ont été remis dans les catégories «Individuel», «Communautaire» et «Embellissement durable». Dans cette dernière catégorie, réunissant les gagnants des dernières années, soulignons le travail remarquable effectué par Aven A. Comeau de l'arrondissement de Petite-Bourgogne, celui de Nury Pulgarin de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ainsi que celui des membres de l'Association de locataires des habitations Terrasse Ontario de l'arrondissement de Ville-Marie.

Ces personnes et groupes de personnes se sont distingués de façon particulière pour l'esthétisme, la qualité et l'originalité de leurs aménagements. Présent à cette soirée, Cosmo Maciocia, maire de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et responsable de l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal, s'est dit enchanté de constater que le concours d'embellissement est toujours aussi populaire et que le nombre de participants augmente chaque année. «Toutes les actions sont importantes pour améliorer la qualité de vie à Montréal. D'un côté, l'administration municipale déploie des sommes importantes en horticulture et de l'autre, les citoyens embellissent leur balcon ou leur terrain avec soin. Chaque été, Montréal vibre de verdure et de couleurs pour le bonheur de tous.»

Vous aimeriez que je traite d'un sujet en particulier...

Vous désirez que je réponde à votre question...

Vous acceptez que le jardinier prenne son temps... Écrivez-moi

***

Collectivités en fleurs 2008 décerne deux prix à Saint-Bruno

C'est avec une immense fierté que Saint-Bruno-de-Montarville s'est vu décerner deux prix dans le cadre de l'édition 2008 du concours pancanadien Collectivités en fleurs. Présents lors d'une cérémonie tenue à Lethbridge, en Alberta, le samedi 20 septembre, Claude Benjamin, maire de Saint-Bruno-de-Montarville, et Paule Benjamin, présidente du comité d'embellissement, ont reçu, au nom de la Ville et de ses résidants, les prestigieux prix.

Grande gagnante nationale dans la catégorie des villes

de 20 001 à

55 000 habitants, Saint-Bruno-de-Montarville a reçu la cote maximale de cinq fleurs avec une mention spéciale pour ses arrangements floraux et le Prix spécial de la Commission de la capitale nationale pour les arrangements floraux, décerné à la ville la plus méritante, toutes catégories confondues.

L'organisme Collectivités en fleurs explique ainsi les prix remportés par la Ville: «La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, située sur la rive sud de Montréal, offre un environnement exceptionnel à ses citoyens avec le mont Saint-Bruno, ses boisés, ses lacs et ruisseaux. La Ville donne le ton à l'ensemble de son territoire en créant une multitude de plates-bandes fleuries situées à plusieurs endroits stratégiques. Les paniers suspendus et les bacs à fleurs rendent le centre-ville vibrant et animé. Plusieurs bénévoles font un travail remarquable en adoptant divers massifs floraux. Les résidants et les commerçants contribuent également à l'embellissement général de la collectivité. À l'unisson, ils créent ensemble une véritable symphonie florale.»

Rappelons qu'il s'agissait de la deuxième participation de Saint-Bruno-de-Montarville au concours Collectivités en fleurs, qu'elle avait aussi gagné en 1996. La Ville a également obtenu, de l'organisme Fleurons du Québec, une cote de quatre fleurons sur une possibilité de cinq pour la période 2006-08, une condition nécessaire pour être invitée à participer au concours pancanadien Collectivités en fleurs.

***

La semaine du jardinier

Samedi 4 octobre, Saint-François d'Assise. Tailler ou ne pas tailler les clématites? En ce qui concerne les clématites à feuilles persistantes, comme les espèces Alpina, Montana et Macrocarpa, qui fleurissent très tôt au printemps (du groupe 1), et les clématites à grandes fleurs produites sur le bois de l'année précédente (du groupe 2), ces deux groupes ne doivent pas être taillés à l'automne. Coupez seulement les tiges mortes, ou mal orientées. Enfin, pour ce qui est des clématites les plus courantes, celles qui fleurissent tardivement, sur le bois de l'année — Jackmanii, Viticella et autres (du groupe 3) —, elles doivent être rabattues à 50 centimètres du sol. L'installation d'un bon paillis de protection assure une meilleure croissance au printemps.

Dimanche 5 octobre, Sainte-Fleur et Saint-Placide. Faut-il couper le feuillage des plantes vivaces? Six points importants à retenir...

1 - On coupe ou taille seulement après un gel sévère.

2 - Lundi 6 octobre, Saint-Bruno. Dans le cas des pivoines et des delphinium, il faut les rabattre à 20 cm, afin d'obtenir une meilleure protection (la formation d'un petit «nid» avec la base des tiges permet une accumulation de neige). Tôt au printemps, il faudra recouper ces tiges au ras du sol.

3 - Mardi 7 octobre, Saint-Serge. Quant aux vivaces qui portent des graines, comme les Rudbeckia, les Liatris et d'autres, ne coupez pas ces plantes puisque leurs graines seront profitables aux oiseaux durant la période hivernale. Pratiquez plutôt un bon nettoyage au printemps.

4 - Il ne faut pas couper les feuilles des hostas puisque celles-ci vont protéger les racines des froids intenses avant la venue de la neige... Même chose d'ailleurs pour les fougères, les graminées et toutes les vivaces à feuilles en rosettes...

5 - Mercredi 8 octobre, Sainte-Pélagie. Les plantes sensibles au froid doivent être recouvertes de feuilles sèches et parfois d'une toile géo-textile blanche et d'un polyéthylène blanc opaque — surtout dans les endroits du jardin où il n'y aura pas beaucoup d'accumulation de neige.

6 - Jeudi 9 octobre, Saint-Denis. En ce qui concerne les vivaces à feuilles persistantes, comme les Bergenia et les Ajuga, avant de les recouvrir de feuilles, il faut installer un filet ou, mieux, une couverture flottante comme pour les fraisiers afin d'éviter tout risque de contamination (maladies) des feuillages.

Vendredi 10 octobre, Sainte-Ghislaine. Les plantes d'intérieur manquent de fer. La plupart des réseaux d'aqueduc offrent une eau avec un pH plus élevé que 7. Les plantes tropicales préfèrent un sol acide, avec un pH de 5 ou 6. Il faut donc acidifier le terreau. Plusieurs d'entre vous connaissent l'utilisation du vinaigre et du jus de citron, mais cela n'apporte pas de fer. Vous trouverez dans les jardineries et chez des fleuristes un fertilisant (supplément) qui s'appelle chélate de fer, parfois citrate de fer, formidable pour les fougères et bénéfique à toutes les plantes.