Le guide du président

Dans la deuxième édition du Grand Guide des Vins de France 2009, du tandem Bettane & Desseauve (Éditions Minerva), on voit non seulement qu’ils sont les meilleurs ambassadeurs quand vient le temps de récompenser l’élite de la production de l’H
Photo: Dans la deuxième édition du Grand Guide des Vins de France 2009, du tandem Bettane & Desseauve (Éditions Minerva), on voit non seulement qu’ils sont les meilleurs ambassadeurs quand vient le temps de récompenser l’élite de la production de l’H

Si le vin n'est toujours pas la tasse de thé du président de la République française (même les budgets de la cave de L'Élysée ont été nettement revus à la baisse, selon le quotidien français Libération), il demeure que l'homme — que j'éviterai de nommer pour ne pas verser moi-même dans le bling bling médiatique — serait troublé de savoir que «pour près de 88 % des Canadiens, boire du vin, c'est s'offrir une expérience gustative unique et partager un moment privilégié avec des proches.

«C'est ce que révèle la récente étude pancanadienne de la firme de recherche CROP intitulée Le marché du vin et la perception des vins de France au Canada, commandée par Sopexa Canada pour le compte de Vins de France et du ministère français de l'Agriculture et de la Pêche.

«Donnant la parole aux consommateurs des quatre principaux marchés du Canada — Québec, Ontario, Alberta, Colombie-Britannique —, l'étude démontre notamment que les vins de France sont parmi les plus appréciés au Canada.»

Au Québec? Sur les 77 % que représentent les volumes de vins vendus, tous pays confondus, la douce France rafle à elle seule près de 33 % du pinard que nous éclusons bon an, mal an.

Dans cette optique, il n'est pas présomptueux d'affirmer, monsieur le président, que les Québécois, qu'ils soient francs de souche ou greffés, sont sans doute les meilleurs ambassadeurs qui soient de ce que votre merveilleux pays vinicole met en bouteille.

Vous ne me croyez pas? Alors prenez en main la deuxième édition du Grand Guide des Vins de France 2009, du tandem Bettane & Desseauve (Éditions Minerva), et potassez-le.

Vous verrez non seulement qu'ils sont eux aussi vos meilleurs ambassadeurs quand vient le temps de récompenser l'élite de la production de l'Hexagone, mais aussi que bon nombre de vins sélectionnés par la SAQ dans la dernière édition du Cellier (dont la deuxième tranche a été mise en vente pas plus tard qu'hier) se trouvent également dans ce pavé dont la consistance n'a d'égal que le professionnalisme qui s'en dégage.

Des exemples?

Le Domaine Perrot-Minot et sa cuvée En la rue de Vergy 2005 (73 $ - 10918991), plutôt discret et fermé à l'heure actuelle, mais quelle richesse, quelle puissance, quelle densité savoureuse! Maturité, race, longueur: grand bourgogne de garde, ****, 3 © (page 517).

Le Château Marjosse 2005 de Pierre Lurton (24,45 $ - 10681305), d'une belle maturité, d'un velours, d'une structure, d'une mâche et d'une allonge très classiques, ***1/2, 2 (page 195).

Le délectable Château de Francs «Les Cerisiers» 2005, Côtes de Francs (23,70 $ - 10665065), d'une définition et d'une clarté qui propulsent le fruité au premier plan, sur des tanins fins et bien vivants: une affaire, à ce prix! ***1/2, 2 (page 377).

Évidemment, le bouquin de plus de 1200 pages, recensant plus de 2300 domaines, avec plus de

60 000 vins dégustés (!), ne s'arrête pas là!

Voyez plutôt...

Château Les Troix Croix 2005 (34,75 $ - 10680476) du sympathique Patrick Léon (ex-Mouton-Rothschild), un fronsac typé, actuellement discret mais balisé par de beaux tanins, qui évoquent l'idée minérale du terroir par sa race et sa tenue exemplaire, ****, 3 © (page 420).

Château La Fleur de Boüard 2005, Lalande-de-Pomerol (59 $ - 10680521), au profil attrayant par sa robe, son registre floral, sa sève fine, éloquente, longue et stylée, ****, 3 (page 372).

Château des Estanilles 2005, Faugères (16,30 $ - 10272755), au relief fruité franc, d'une belle clarté, pourvu d'une étoffe qui le destine aux cochonnailles du moment, ***, 1 (page 785).

Domaine de la Vieille Julienne 2005 «Clavin», Côtes-du-Rhône (27,40 $ - 10919133), qui rend hommage au grenache noir, «meublant» le palais avec des tanins gras, frais, parfumés, d'une longueur enviable, ***1/2, 2 © (page 1197.

Domaine de l'Hortus 2006 «Grande Cuvée», Coteaux du Languedoc (32,75 $ - 10269775), d'une texture serrée, vivante et parfumée, qui évoque un bon bourgogne, ***1/2, 2 (page 792).

Clos Saint-Jean 2005, Châteauneuf-du-Pape (43,75 $ - 10919088), au fruité riche lové sur des tanins frais, substantiels et structurants, diablement attirant aujourd'hui mais de belle garde, ****, 3 © (page 1189).

Mercurey La Perrière 2006, Domaine Brintet (27,10 $ - 872655), au fruité frais et bien construit, détaillé avec précision, se raffermissant légèrement sur une finale nette et franche ***, 2 © (page 613).

Soyez rassuré, monsieur le président, il en restera encore lors de votre éventuel passage au Sommet de la Francophonie. Santé!

***

La vinterrogation de la semaine

«Je m'apprête à préparer un boeuf à la milanaise (2 kilos d'oignons blanchis, 1 kilo de viande et 100 grammes de prosciutto, le tout au four, à 200 degrés, pendant cinq heures: un régal avec des pâtes au parmesan) pour 20 personnes et je me demandais si vous auriez des vins à me suggérer.

«J'avais pensé au Quinta das caldas, Duas Quinta, ou au Perequita (le Reserva 1994 est superbe!) du Portugal, ou au Marques de Riscal d'Espagne. La gamme de prix: environ 10 à 15 $. Merci de vos suggestions!»
Denis Michaud

Miam! Le vin devra avoir à la fois fluidité, fraîcheur et tenue. Ce Quinta das Caldas 2006 du Douro (14,85 $ - 10865227) fera l'affaire, de même que le juteux Montepulciano d'Abbruzzo Casale Vecchio 2007, au petit prix de 16,95 $ (10921276): de quoi se rouler dans le parmesan sans rouler 20 personnes!

Potentiel de vieillissement du vin: 1, moins de cinq ans; 2, entre six et dix ans; 3, dix ans et plus. ©: Le vin gagne à séjourner en carafe.

***

Jean Aubry est l'auteur du Guide Aubry 2009 - Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $, à paraître ce mois-ci.

***

Les vins de la semaine

La belle affaire

Château Haut-Perthus 2005 Bergerac

(13,10 $ - 10802955)

Si le fruité est juteux et un rien racoleur, l'ensemble demeure diablement sincère, avec sa trame souple, fluide, fraîche et satisfaisante. Vin de soif qui se croque et se moque de plats trop sophistiqués. Avec croque-monsieur? 1.

La syrah

Goat-Roti 2006, Syrah/viognier Afrique du Sud

(22,10 $ - 10440691)

Le clin d'oeil est amusant. Le vin, lui, est plus sérieux, par la profondeur capiteuse de son bouquet mariant le caractère mentholé, fumé et réglissé aux fruits noirs, qui forment l'offensive au palais et sa capacité à se tenir fermement dans ses sabots, avec entêtement et aplomb. 1.

La primeur en blanc

Pinot Blanc Schneckenberg 2005, Paffhenheim

(20,40 $ - 10789826)

C'est sur les huîtres puis les linguine alle vongole sauce blanche que ce troublant pinot blanc s'est empressé de revitaliser, par son approche juste et tranchante, légère et minérale, les plats en question. Il a fallu en déboucher une deuxième bouteille: la première s'est sifflée en apéro!

La primeur en rouge

Château Rouquette La Clape 2005, Coteaux du Languedoc (19,20 $ - 713263)

Ce domaine n'a pas à attendre les bons millésimes pour trouver son équilibre: il le possède naturellement. Terroir et microclimat en bordure de Méditerranée lui assurent cette plénitude, cette finesse et une qualité rare de tanins que seule une vinification juste sait magnifier. 1.

Le vin plaisir

Inama 2007, Soave Classico (19,60 $ - 908004)

À moins de 20 $, style, personnalité et, pourquoi pas, spiritualité sont au rendez-vous de cette cuvée qui brille avec une régularité exemplaire au fil des millésimes. L'ensemble est détaillé, tonique, d'une vigueur et d'une densité qui l'allongent sur une finale nettement minérale. Superbe! 1.