Long-courrier

«Je viens tout juste d'avoir 50 ans, je suis en très grande forme et j'ai un coeur d'aventurier. Quel genre de voyage pourriez-vous me suggérer dans le cadre d'un laisser-aller spécial, alors que le montant d'argent impliqué n'est pas une préoccupation? Un séjour de 21 à 23 jours, ce serait bien.

«Jeunes étudiants universitaires, ma femme et moi avons déjà voyagé aux États-Unis en autostop et en moto, nous avons aussi parcouru le Canada en moto, le Venezuela en voiture jusqu'à l'orée de la jungle, le Portugal en auto, le Maroc en bus, de même que la France, l'Espagne, la Thaïlande, l'Italie, la République tchèque, l'Autriche... Je vous lis tout les samedis. Je vous fais confiance.»

Pierre, Montréal

J'ai toujours dit que c'était une question piège. Aller où, voir quoi, rencontrer qui, aimer Untel, détester l'autre? J'aime la Croatie. Allez faire un tour du côté de Zagreb, Split, Dubrovnik, Korcula. Puis dérivez vers Mostar et ses restes de cendres et poussez vers Sarajevo. Après la joie de la Croatie, la peine, les têtes hirsutes des Bosniaques. Redescendez vers la Macédoine pour l'anarchie en bord de mer.

Ces destinations ont l'avantage d'être à bon prix en ce moment. Il faut faire vite, avant que les hordes autrichiennes et allemandes ne reviennent. Fromages en bord de route, poissons et crustacés en bord de mer, cochons à la broche en bord de campagne, et à quelques endroits, des vignes sans génie mais qui font si bien chanter les «locaux».

Louez une voiture à Zagreb ou en Italie et faites le grand tour par le nord de la côte dalmate. Logez dans un phare, une bergerie, un appart ou une villa à Korcula, avec chaloupe amarrée à une plage privée. Voilà un exemple de ce que j'aimerais refaire demain. Et vous proposer.

Hôtels sécuritaires

«Je planifie un voyage de cinq semaines en Égypte et en Jordanie cet automne, probablement seul mais possiblement accompagné d'une amie. Mon budget étant fort limité, je prévois aller dans les hôtels à petit budget que proposent les guides de voyages tels le Lonely Planet. Ce sont des auberges jeunesse ou des hôtels de backpackers aux alentours de 60 à 100 livres égyptiennes. Je me demande si ces hôtels à petit budget sont recommandables et sécuritaires, comme le prétendent les guides?»

Pascal Campeau, Montréal

Pour les hôtels à petit budget en Égypte et en Jordanie, il n'y a pas de problèmes particuliers. Le plus souvent, le danger vient non pas des «locaux», mais des touristes comme vous qui, sac au dos et signes cool de la main, peuvent faire main basse sur quelques billets ou cartes de crédit.

Par contre, dans ces petits hôtels, évitez de vous faire inviter une première fois, en pleine nuit, dans la famille qui se trouve à des dizaines de kilomètres du village. Tout peut arriver... J'ai séjourné il y a quelques années à l'hôtel Adlon de Berlin, qui a «2000 étoiles». Mon étage était alors occupé par Arafat et sa cour. Je n'ai jamais été aussi stressé de ma vie dans un hôtel comme celui-là. Je crois même avoir eu peur.

Un conseil: quand vous êtes dans un petit hôtel, loin de votre mère, évitez de sourire à tout rompre. Prenez l'air du baroudeur sympa mais intouchable. Une barbe de quelques jours peut ajouter à une certaine sévérité. Lisez, soyez vous-même, reniflez les odeurs des cuisines locales, posez des questions et évitez de parler politique.

Chemins à préparer

«Nous irons bientôt en France, en Suisse et en Allemagne et louerons une voiture pour un itinéraire que nous voulons mettre sur pied d'avance. Connaissez-vous un site européen où nous pourrions calculer le kilométrage et les routes à suivre?»

Mireille Sansitaye, Québec

En Europe, vous pouvez consulter un moteur de recherche (ITI) sur Internet qui vous donne la meilleure route à suivre au départ de n'importe quelle ville, par l'autoroute ou les chemins de traverse, avec les frais de péage, le nombre d'heures de route, les sorties les plus importantes, les itinéraires bis ainsi que les coûts de l'essence selon le véhicule et la vitesse de croisière. www.mappy.fr/direct/mappy/accueil.

Certaines voitures en achat-rachat ou en location à court terme sont équipées de GPS. Il faut en faire la demande à la réservation et prévoir des coûts supplémentaires.

Bonnes adresses... parfois mauvaises

«Fidèle lecteur de votre chronique hebdomadaire, j'ai pris note de votre éloge, samedi dernier, de la chaîne Logis de France. Ayant parcouru plus de 120 000 kilomètres comme touriste en France depuis 1982 et ayant surtout logé à cette enseigne aux quatre saisons, je dois vous dire plutôt ma grande déception face à cette chaîne. Après 26 ans à titre de client fidèle, je suis des plus déçu face aux problèmes trop souvent rencontrés, dont la qualité de l'accueil (l'indifférence, entre autres) et la qualité du logement.

«J'ai loué des chambres où l'accumulation de moisissures vertes dans la cabine de la douche aurait pu vivement intéresser l'Institut Pasteur en quête de cultures pour produire de la pénicilline; d'autres avec des carreaux de verre manquants en saison hivernale ou le chauffage fermé au printemps en dépit de froids anormaux, etc. Ce que j'ai pu geler entre certains murs de vieilles pierres, bien que je sois un Canadien aguerri au froid!»

«Vous écrivez que "les membres de cette chaîne adhèrent à une charge de qualité sévère qui est contrôlée régulièrement par des visiteurs anonymes d'organisations extérieures à l'ensemble. Cela signifie que les cheminées sont ramonées en moyenne tous les trois ans". Je veux bien croire à cette politique, mais selon mon expérience, dans de très nombreux établissements de cette chaîne, les établissements exigeraient un ramonage beaucoup plus sévère.

«Comment des inspecteurs peuvent-ils ignorer des anomalies dans la qualité du logement? Comment fait-on pour changer l'attitude de certains hôteliers qui se comportent comme si on les emmerdait dès l'arrivée? Certains établissements étaient pourtant corrects, mais trop d'entre eux surfaient sur une réputation qu'ils ne méritent surtout pas, ou ne méritent plus.

«J'ai souvent ragé après mon départ, chaque fois victime d'établissements indignes d'y accrocher l'enseigne de la chaîne, mais il m'aurait fallu écrire trop souvent pour dénoncer. Et d'ailleurs, j'avais d'autres préoccupations plus positives à rechercher à titre de touriste. Je devais partager le résultat de mon propre "ramonage". Notez que je fais parvenir une copie de ce courriel à la chaîne.»

Jean Poirier, Alfred, Ontario

Je suis un peu étonné du nombre de mauvaises surprises que vous avez eues avec des hôtels de cette chaîne. Je me suis souvent arrêté au hasard dans une de ces petites auberges et je n'ai jamais observé de telles anomalies. Ce qui me surprend peut-être le plus, c'est que vous continuiez à y descendre.

Voulez-vous écrire un guide de vos déceptions, ou attendez-vous l'auberge miraculeuse qui va vous réconcilier avec toutes les autres? Car 26 ans, c'est toute une idylle à rebâtir.

***

Envoyez vos questions et bonnes adresses à lkiefer@ledevoir.com..

À voir en vidéo