Hors-jeu: Comme une odeur de Coupe

Quadriceps. C'est un joli mot, qui peut rapporter un appréciable tas de points au Scrabbleª, surtout s'il vient se caser sur le mot compte triple. Mais comme il compte 10 lettres, il faudrait qu'il y en ait trois déjà stratégiquement placées, mettons cep, auquel cas on pourrait se mettre à imaginer toutes sortes de choses complètement folles, comme ce cep en A 12 sur la grille, ce qui ferait de quadriceps un scrabble en nonuple, touchant les deux «mot compte triple», soit (23 X 9) + 50 = 257 points. Et la possibilité de narguer ses rivaux jusqu'au fin fond de l'éternité tout en sirotant ravi, justement, le produit du cep.

Mais à ce moment ici, comme le répétait encore dimanche le premier ministre du Canada, le quadriceps n'est point sujet de rigolade, du moins sous le ciel jusque-là Bleu de la douce France bercée de tant d'insouciance. Car c'est là, à cet endroit ici, que s'est blessé dimanche aussi Zinédine Zidane, leader de l'équipe de France de football, meilleur joueur au monde, auteur la semaine dernière, dans l'uniforme du Real Madrid, du but gagnant en finale de la Ligue des champions contre le Bayer Leverkusen (2-1), un but que je ne vous raconte même pas tant il était beau, époustouflant, un botté dans la lucarne repris sur une volée comme on voit peu de bottés dans la lucarne dans une vie.


Zidane qui a pour profession de donner des maux de tête aux défenses adverses, portassent-elles le nom à contre-emploi de Bayer.


Donc, Zizou, qu'on pourrait aussi appeler ZZ Top si on voulait se rendre intéressant, s'est abîmé un muscle du devant de la cuisse lors d'un match amical ce week-end en Corée du Sud, et il ratera au moins le match d'ouverture de la Coupe du monde, vendredi contre le Sénégal. Car, chers amis, disons-le en passant, la Coupe du monde de soccer s'en vient drôlement, je vous en préviens au cas où vous feriez de ce 0,00000001% de la population mondiale qui n'est pas au courant (en Amérique du Nord, c'est environ


50 %) et qui se demandera ce que c'est que cette parade de mongols dehors à 9h30 du matin avec des drapeaux de pays qu'on ne connaît même pas.


Oui, 9h30, car comme la Coupe du monde sera présentée au Japon et en Corée du Sud, les matchs auront lieu la nuit par chez nous, genre à 1h30 ou à 2h30 ou à 5h, le plus civilisé demeurant 7h30 pour une fin de rencontre juste à temps pour arriver un peu en retard au travail et essayer en vain de faire accroire au boss que le p'tit a vomi toute la nuit et que trouver une gardienne dans ces circonstances, franchement. Mais je vous jure qu'il y aura quand même des gens pour faire la parade à 9h30 en sortant de chez Champs, du Barouf, du Caffe Italia ou même de la maison.


Mais enfin bref.


Lésion du tiers médian du quadriceps pour Zidane, donc, et vous auriez eu un mal fou, hier, à trouver une publication hexagonale, que dis-je, une publication de n'importe où de par le vaste monde dans laquelle ne se retrouvait pas le substantif coupable: quadriceps (il appert à ce sujet que dans certaines langues finno-ougriennes, il n'y a qu'à inverser les lettres, car le mot quadriceps s'épelle specirdauq). Ce qui rappelle un événement semblable.


Il y a quelques semaines, David Beckham, le capitaine de l'équipe d'Angleterre, s'est fracturé un os du pied. Il semble que Beckham sera prêt pour la Coupe du monde grâce aux formidables avancées de la médecine postmoderne, mais au Royaume-Uni, on a vu peur, comme qu'on pourrait dire. L'incident a créé de tels remous et autres angoisses apparentées que selon des rapports en provenance de l'île, tout le monde y sait maintenant ce qu'est un métatarsien, sa vie et son oeuvre.


Tout comme tout le monde savait déjà que David Beckham est le légitime époux de Victoria Beckham, née Adams, aussi connue sous le nom de Posh Spice en sa qualité de membre des Spice Girls. Par contre, en dépit des formidables avancées de la psychologie postmoderne, nul ne sait encore quel peut être l'effet à long terme sur l'homme normalement constitué d'avoir une épouse qui s'appelle Posh.


***


Ce serait tout s'il n'y avait autre chose. La France arrive mal à trouver la sérénité depuis 48 heures? L'Angleterre a aussi les milieux de terrain Kieron Dyer et Nicky Butt — vous imaginez ça d'ici, s'il se mariait avec l'autre, ça ferait Posh Butt — sur le carreau. L'Argentine, le franc-tireur Claudio Caniggia. L'Allemagne, le milieu et vedette montante Michael Ballack. L'Irlande, le milieu Jason McAteer. Le Danemark, l'avant Martin Joergensen. La Croatie, le buteur Alen Boksic. L'Équateur, le franc-tireur Agustin Delgado. Et voilà que l'Italie vient de voir son centre-avant étoile Filippo Inzaghi se bousiller quelque chose.


La raison de l'hécatombe? Les joueurs disputent trop de matchs, vous répondront les experts. Experts parmi lesquels, je vous dis ça comme ça, il s'en trouvera plusieurs, ces jours prochains, pour essayer de faire accroire qu'ils connaissent l'équipe d'Arabie Saoudite comme s'ils l'avaient tricotée ou celle du Costa Rica comme s'ils avaient été à la petite école avec. Aussi, un conseil: prenez-en et laissez-en. Le hic étant évidemment de déterminer ce qu'il faut prendre et ce qu'il faut laisser, mais vous insulterai-je en disant que c'est votre problème?


Trop de matchs, oui, donc. Championnats, coupes, coupes de champions, coupes de coupes, ligues de champions, ligues de coupes, coupes de championnats de ligues, championnats de ligues de coupes, coupes de championnats de ligues de championnats de coupes de champions de ligues, cela sans même parler des qualifications, des matchs amicaux, des affrontements internationaux, des entraînements et des paparazzi à fuir, ça fait beaucoup, et beaucoup de joueurs s'en plaignent. Sauf qu'au moment de réclamer de jouer moins, ils n'exigent jamais une diminution de salaire.


N'empêche, toutes ces incertitudes font en sorte que le tournoi sera plus ouvert que jamais, et me permettent d'insérer une fine analyse/prédiction de la chose: en Coupe du monde, tout peut arriver.


On s'en reparle à compter de mercredi, et presque tous les jours jusqu'à la fin juin. Ça va péter.