Comme va le texte va le contexte

Vous êtes déjà ailleurs dans les vieux pays ou ceux du Nouveau Monde et lisez cette chronique dans Internet. Je suis toujours ici à voyager à même mon verre de vin. Vous avez le net avantage du contexte, j'en conviens. C'est capital, le contexte. Ça vous épouse de toute part, vous suspend à même vos propres lèvres, vous pénètre par tous les pores. C'est comme si vos sens avaient troqué l'oisiveté pour l'intelligence tout en demeurant en vacances. Le luxe.

Moi, pendant ce temps, je me contente toujours de voyager à même mon verre de vin. Le contexte? Eh bien pour tout vous dire, je le confectionne maison. Ainsi, lorsque je bois français, je fais jouer du Aznavour en regardant des diapos de Paris et en mordant dans un croque-madame. Je bois italien, j'invite alors Paolo Conti devant mes tortellinis tout en zieutant un film d'Antonioni; et quand je bois russe, ah, quand je bois russe! J'ajoute bien sûr un doigt de vodka dans mon Pétrus en m'enfilant des blinis fourrés aux oeufs d'esturgeon de Saint-Antoine-de-Tilly. On ne badine pas avec le contexte.

Mais revenons à vous qui avez par exemple loué une Smart à Paris direction la Loire, plus précisément le hameau de Sancerre. Vous distinguez déjà le mamelon où convergent les vignes de sauvignon et faites rugir votre Smart à l'assaut du village perché tout en haut. L'excitation vous gagne. Tout juste arrivé sur la grande place (contexte 1), sur votre droite, la boutique d'Alphonse Mellot père et fils (contexte 2), sur votre gauche, Alphonse père et Alphonse fils attablés devant un 13e verre du Domaine de la Moussière 2007 (contexte 3). L'excitation monte d'un cran. Votre accent et votre soif mettent la puce à l'oreille des Mellot, qui vous invitent à déguster avec eux un crottin de Chavignol et, bien sûr, le Sancerre frais qui le mouille (contexte 4). Vous trinquez et vous vous dites que jamais, jamais, ce Domaine de la Moussière ne vous est apparu aussi bon (contexte 5). Normal, contexte oblige, tout est suprêmement bien meilleur ailleurs. Pendant ce temps, je me contente encore et toujours de voyager dans mon verre de vin (contexte 0). Avant de quitter vos hôtes, vous faites bien sûr provision de Sancerre. Question: combien de caisses peuvent loger dans votre Smart? Pour l'avoir pratiqué, exactement cinq caisses de 12 bouteilles, juré testé devant huissier. Dans un tel contexte, c'est ce qu'on appelle avoir du coffre!

Suggestions

Contexte estival oblige: un chenin, un sauvignon, trois chardonnays et j'en passe. D'Afrique du Sud, un désormais classique pour petit porte-monnaie mais grande soif: Chenin Blanc 2007 de la Robertson Winery (10 $ - 10754228) aux nuances vives d'agrumes et de pommes vertes et à la trame légère qui ne manque ni de fruit ni de mordant. Sans sucres, sans bois, que du net et du direct, à servir sur vos sardines grillées et autres petits poissons panés **1/2,1. Passez ensuite en mode sauvignonné avec le Sauvignon blanc La Baume 2006, vin de pays d'Oc (13,90 $ - 477778), un blanc sec très attractif dans le sens que ses attraits le portent à la fois du côté français et du côté australien. D'essence exotique avec son fruité tout juste exalté qui ne manque pas de conviction, sa fraîcheur poivrée, sa vinosité qui l'allonge sur la finale. Les salades les plus tarabiscotées seront heureuses ici ***,1.

Trois chardonnay du millésime 2006, forts différents mais complémentaires. De la maison Maurel Vedeau en pays d'Oc, ce Chardonnay 2006 (11,60 $ - 10845541) parfaitement maîtrisé sur toutes ses coutures. Flaveurs pleines et franches rapidement relayées par une amertume fine qui donne du relief au fruité et le prolonge avec un panache rarement rencontré dans les vins de la région. À découvrir sur une volaille à la crème, des fruits de mer, des quenelles ***,1. Si le Domaine La Lieue fait courir en rouge les amateurs de vins bios, la version en blanc (14,25 $ - 10884655) régale tout aussi sincèrement avec un fruité, une ambiance, un souvenir minéral qui n'est pas sans rappeler le bon chablis. Grande pureté d'expression pour un blanc sec qui a du volume et un goût de poire qui charme longuement. Viandes blanches ***,1. Enfin, hautes fréquences et visibilité gustative avec le Carmen Reserva du Chili (14,95 $ - 552539) au fruité généreux, rond, épicé et bien tendu. Une alliance naturelle avec le poulet au citron ***,1.

Parce que je vous sais amateur de rouge: Nemea 2004, Tsantali, Grèce (10,65 $ - 713602). Evangelos Tsantalis nous offre ici à bon prix un bel exemple de la production locale où règne en maître le célèbre cépage agiorgitiko. Un rouge sec et intrigant, léger de style mais pourvu de légers tanins qui, combinés à la vivacité d'ensemble, offrent à la fois style et tenue. Finale sur le fruit sec. Tranche d'agneau **1/2,1. Ou encore, Valpolicella 2007, Tommasi (14,60 $ - 560797). Cette petite bombe fruitée hautement aromatique nous arrive avec ce même tracé précis sur le plan des saveurs que par le passé, affichant simplicité, tonicité et légèreté. Un rouge sec à servir autour de 15 °C à l'apéro sur du saucisson de Bologne **1/2,1. Enfin, desserrez la ceinture, inclinez le fauteuil et la tête et embrassez le contexte du Rhône et de ses terrasses avec le Cornas «Chaillot» 2005 de Franck Balthazar (39,75 $ - 480277), à la robe jeune et dense, aux arômes discrets de mûres, presque de viande fumée (eh oui!) alors que la bouche s'impose avec matière, densité, fraîcheur et longueur, le tout ventilé avec une qualité de tanins enviable. Saucisses de sanglier grillées ***1/2,2 ©.

- Posez vos questions à jean-aubry@vintempo.com

***

Les vins de la semaine

La belle affaire - Domaine Jean-Noël Bousquet, Syrah-Carignan 2006 (9,50 $ - 573410)

Vous avez aimé le 2005? Ce 2006 est tout aussi friand avec du fruit à revendre et des dispositions évidentes pour séduire l'amateur de rouge simple, savoureux et parfaitement balancé. Pas de doute, l'homme sait flatter dans le sens du poil! 1.

La bulle brut - Pinot noir brut, Cava, Codorniu, Espagne (16,25 $ - 10499167)

En plus de la couleur tendre, l'avantage de ce rosé émoustillant est d'offrir, sur une base de légèreté, un fruité qui a la fraîcheur d'un frimas, mais qui ne frime pas lorsque se pointe l'apéro au bord de la piscine. Une bouée de sauvetage au coeur de l'été. 1.

La primeur en blanc - Soave Classico Inama 2007 (19,60 $ - 908004)

J'adore me perdre dans les arômes et les saveurs d'un bon soave, surtout lorsqu'il transcende le cépage garganega. L'impression ici d'avoir les pieds dans un champs de fleurs sauvages à l'aube, la suavité d'une brise et la douceur d'une bise. Jolie densité fruitée qui fera mollir votre prosciutto-melon de bonheur. 1.

La primeur en rouge - Rosso di Montalcino 2005, Casanova di Neri (25,40 $ - 10335226)

À bon prix, un «second» qui ne se tient pas dans l'ombre de son grand frère, mais au contraire participe à son statut. Complet en tous points, bien taillé sur le plan du fruité et stylé sur celui de l'élevage, ce rouge corsé, bien frais et particulièrement étoffé se permet même une certaine profondeur. 2 .

Le vin plaisir - Château Pech-Latt 2005, Corbières (19,10 $ - 571083)

Écoutez ce vin et vous percevrez la Symphonie pastorale dans ses notes empreintes d'universalité, d'harmonie et de fréquences justes, de celles qui parviennent sans filtres et font appel à l'intelligence du coeur. Ce vin bio installe rapidement le ton avec une expression fine du fruité qui transporte. Divin. 2.

- Potentiel de vieillissement du vin: 1: moins de cinq ans; 2: entre six et dix ans; 3: dix ans et plus. ©: Le vin gagne à séjourner en carafe.

- Jean Aubry est l'auteur du Guide Aubry 2008 — Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $.

***

www.jeanaubry.typepad.com/ledevoir

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.