Gourmandes, les herbes !

La pimprenelle, la capucine panachée, le tagète mexicain, la nigelle et l’origan grec sont les principales vedettes de cet aménagement. Photos: Bertrand Dumont
Photo: La pimprenelle, la capucine panachée, le tagète mexicain, la nigelle et l’origan grec sont les principales vedettes de cet aménagement. Photos: Bertrand Dumont

L'intérêt croissant pour les produits santé, la cuisine exotique et le plaisir de faire soi-même incitent le jardinier amateur à essayer des variétés inconnues. La popularité des fines herbes n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années et il n'est pas rare de retrouver aujourd'hui dans nos jardins de la coriandre vietnamienne, du basilic pourpre, de la menthe ananas, voire de la citronnelle asiatique.

Rien n'est plus simple que d'installer une belle boîte regorgeant de fines herbes sur un balcon, une terrasse ou un patio.

Si, selon l'expression consacrée, votre pouce n'est encore que vert clair, qu'à cela ne tienne, les producteurs se sont occupés de tout. Ils ont même préparé des pots de grès esthétiques, des corbeilles et des boîtes justement assorties. La plupart des plantes aromatiques demandent le plein soleil afin de développer leurs agréables parfums, mais huit heures d'ensoleillement journalier peuvent convenir. Le basilic supporte une ombre légère car parfois un soleil brûlant peut avoir raison de son enthousiasme. Si vous n'avez qu'un endroit ombragé, il vous faudra alors acheter des plantes matures et les utiliser assez rapidement, puis renouveler vos achats.

Elles sont hélas peu nombreuses à rêver d'un petit coin à l'ombre, dans la fraîcheur d'un petit ruisseau bienfaisant. Il n'est donc pas facile pour la menthe de côtoyer le thym.

Pour obtenir le meilleur de chaque plante aromatique, nous devrions donc les installer dans des sites spécifiques à leur personnalité. Toutes confinées dans un même endroit (comme une boîte, une platebande, une jarre, etc.), elles ne pourront exalter toutes leurs finesses, lesquelles intéressent au plus haut point le gourmet au bec fin. Voyez-vous, nous aussi, les jardiniers, succombons aux accommodements. D'une façon générale, les huiles essentielles se développent mieux dans un sol pauvre, rocailleux, sec, chaud et débordant de soleil, au grand plaisir entre autres du thym, de l'estragon, de la sauge et de l'origan (à placer ensemble).

***

Pour votre bibliothèque

Cultiver des fines herbes et des fleurs comestibles, c'est associer les plaisirs du jardinage à ceux de la cuisine. C'est à cette expérience qu'Hélène Baril, horticultrice épicurienne, vous convie. Elle décrit d'abord en détail les caractéristiques de plusieurs fines herbes et fleurs comestibles, connues ou inédites. Elle apporte ensuite des données pratiques sur la culture et la multiplication. Elle explique comment faire le bon choix de fines herbes ou de fleurs comestibles selon les besoins ou les emplacements (platebande, pot, potager, balcon, etc.) dont on dispose. Elle offre aussi de l'information sur la culture écologique, la culture en contenant et le compagnonnage.

Côté cuisine, elle confie d'abord tous ses trucs sur la récolte. Puis, elle livre ses recommandations pour la conservation: séchage, congélation, cristallisation, etc. Elle donne ensuite des conseils sur la manière de les utiliser dans la cuisine. Elle propose finalement quelques recettes simples et délicieuses. Voici un livre aussi beau que diversifié, qui vous invite aux plaisirs de cultiver et de savourer des fines herbes et des fleurs comestibles.

Hélène Baril est horticultrice diplômée de l'École d'horticulture du Jardin botanique de Montréal depuis 1997. Elle a entre aussi écrit Plantes décoratives pour patio et balcon chez le même éditeur.

Fines herbes et fleurs comestibles pour les jardiniers gourmands

Hélène Baril, Bertrand Dumont éditeur, coll. «Secrets de jardinier», Québec, 2008, 192 pages en couleurs, 25,95 $

***

Pour réussir son rhododendron

Peut-être avez-vous déjà remarqué le rhododendron Yak, de son vrai nom Rhododendron yakushimanum, qui est originaire de l'île japonaise de Yakushima, d'où son nom. Ce bien beau petit rhododendron très compact et rustique présente une floraison généreuse.

Pour réussir les rhododendrons, il est impératif de leur offrir un environnement abrité du vent et un sol frais et acide. Le vent froid et desséchant déshydrate les boutons et les bourgeons, et les noircit.

Généralement planté dans un endroit mi-ombragé, il se porte pourtant très bien dans ce massif à l'entrée du jardin japonais du Jardin botanique. Ce rhododendron yakushimanum «Ingrit Mehlquist» a été développé par Gus Mehlquist, de l'Université du Connecticut. Bien caché sous la neige, on le dit résistant jusqu'en zone 3b. Si vous poussez votre visite du Jardin botanique un peu plus loin, ne manquez pas un espace bien caché derrière les conifères: le jardin Leslie-Hancock, qui comporte de nombreux nouveaux cultivars d'éricacées.

***

La semaine du jardinier

- Samedi le 31 mai — Sainte-Pétronille. La semaine passée, je vous proposais de cultiver des pommes de terre dans des «chaudières» de cinq gallons. Mais plusieurs lecteurs m'ont demandé quelles variétés utiliser. M. d'Avignon m'avait transmis des tubercules de «Crotte d'ours» (Bear Poop), variété qui était cultivée par Louis-Marie Ouellet, de Saint-Onésime de Kamouraska au Québec, qui en avait hérité de son grand-père. Elle provient peut-être de l'Écosse. Semences du patrimoine: www.semences.ca

- Dimanche le 1er juin — Sainte-Paméla et Saint-Révérien. Pour se défendre des champignons et insectes, les feuilles des pommes de terre contiennent des éléments toxiques appelés glycoalcaloïdes (généralement solanine et chaconine). Mais il y en a juste sous la peau des pommes de terre; voilà pourquoi elles doivent être conservées au frais et à l'abri de la lumière, car l'exposition à la lumière provoque leur verdissement, indicateur des niveaux accrus de chlorophylle, mais aussi de solanine et de chaconine. Comme la cuisson ne détruit pas les glycoalcaloïdes, il faut ôter les parties vertes et éplucher les pommes de terre avant de les cuire.

- Lundi le 2 juin — Sainte-Blandine. Si vous avez semé ou transplanté des melons, qu'ils soient de Montréal ou de Cavaillon, le pinçage (taille) de la tige est à faire. Le premier intervient lorsque le plant a trois feuilles. Plus tard, ne conserver que deux tiges. Lorsque ces tiges auront six feuilles, il faudra tailler après la troisième feuille sur chacune des tiges. Puis recommencer si nécessaire, l'idée étant d'obtenir des fleurs puis des fruits le plus près possible des racines.

- Mardi le 3 juin — Saint-Kevin. Une bien jolie vivace: le géranium «Rozanne». Les producteurs de plantes d'Amérique du Nord l'ont choisie comme vivace de l'année 2008. Ce géranium hybride «Rozanne» a des fleurs d'un bleu mauve très riche, son feuillage est dense et il fleurit de juin jusqu'aux gelées. Dommage que les jardiniers n'utilisent pas beaucoup ces géraniums vivaces qui n'ont rien à voir avec les géraniums de nos balcons, que l'on devrait toujours nommer Pelargonium afin de ne pas perpétuer la confusion.

- Mercredi le 4 juin — Sainte-Clotilde. Quand l'avenir devient «tendance»: plus de 52 idées de jardins, voilà ce que l'on retrouve dans l'édition 2008 du numéro spécial des Plus beaux jardins du Québec, avec bien sûr les résultats du 29e concours des paysagistes professionnels. 6,95 $ dans tous les kiosques.

- Jeudi le 5 juin — Saint-Igor. Un fidèle lecteur dont j'ai perdu les coordonnées me demandait comment empêcher les hérons de manger les poissons rouges de son bassin. Installer au bord du bassin un congénère en plastique et immerger des poissons en même matière; ils se décourageront d'essayer de les attraper. Bref, les leurrer!

- Vendredi le 6 juin — Saint-Norbert. J'ai trouvé au kiosque de Jacques au marché Jean-Talon une variété de coriandre à feuilles d'aneth; elle se nomme «Delfino». Superbe, elle avait d'ailleurs gagné en 2006 le prix Selection Winner All-America. Si vous faites vos semis vous-même, vous trouverez des semences chez: Johnny's Seeds, www.johnnyseeds.com. Essayez aussi la coriandre: Cilantro Xiang Cai «Fragrant Greens».

***

Des plantes super sympa

L'objectif du concours des Mérites horticoles consiste à encourager l'émergence de nouveaux produits horticoles performants et inusités. Voici quelques plantes primées la semaine dernière et qui n'attendent que votre jardin pour s'y déployer!

- Actaea simplex «Hillside Black Beauty»: l'allure théâtrale du cierge d'argent «Hillside Black Beauty» ne laisse personne indifférent. www.jardinsmichelcorbeil.com

- Pennisetum «Prince»: à utiliser comme annuelle en isolée. Cette grande graminée a fortement impressionné les membres du jury par son feuillage très pourpre. Exceptionnelle 2008. www.itasth.qc.ca/exceptionnelles

- Hosta «Osiris Obscur»: ce superbe hosta a été développé par Serge Fafard, propriétaire de la pépinière Les jardins Osiris, made in Québec. www.lesjardinsosiris.com

- Podophylle de l'Himalaya (Podophyllum hexandrum): vivace très peu connue pour la mi-ombre ou l'ombre qui se développe avec aussi peu que deux ou trois heures d'ensoleillement par jour, mais dans un sol riche et humide. Jolie plante pour jardinier patient. www.fougeresboreales.com

- Rose trémière de l'Ukraine (Alcea rugosa): cette espèce est plus résistante aux maladies que les autres roses trémières. De plus, c'est une vivace de courte durée plutôt qu'une bisannuelle. www.pepinierevilleneuve.com

- Pruche de l'est «Moon Frost» (Tsuga canadensis): ce cultivar de pruche naine à croissance lente est très élégant au printemps avec ses jolies nouvelles pousses de couleur blanche. www.jardinjp.com

- Cornouiller à feuilles alternes «Golden Shadows»MD (Cornus alternifolia): il a fait sensation, ce cornouiller, avec son feuillage vert panaché de jaune, disposé sur des tiges horizontales qui donnent à cet arbuste une allure asiatique. www.jardinjasmin.com

- Clématite alpine «Stolwijk Gold» (Clematis alpina): premier cultivar de clématite aux feuilles jaunes produisant une multitude de fleurs bleues au printemps. Éblouissant! www.pepinierelavenir.com

- ris à crête (Iris cristata): planté dans un sol modérément riche, léger et bien drainé, ce petit iris est indestructible. Il forme avec le temps un couvre-sol dense qui ne laisse place à aucune herbe indésirable. www.jardinsmichelcorbeil.com

- Athyrie fougère-femelle «Dre's Dagger» (Athyrium filix-femina): une petite fougère très originale à planter dans un sol riche en humus et constamment humide, mais bien drainé. www.jardinjp.com

- Cortuse de Matthioli (Cortusa matthioli): une jolie petite vivace alpine de la famille des primevères qui peut aussi bien être cultivée un contenant. Solo Vivaces, Terrebonne (514 605-7712).

- Pesse d'eau (Hippuris vulgaris): plante indigène étrange ressemblant à des petits sapins. Très adaptable, peut être immergée sous l'eau (aide à conserver l'eau claire) ou peut être plantée dans un sol très humide. www.irisdeau.com

- Corydale toujours verte (Capnoides sempervirens, syn. Corydalis sempervirens): cette petite plante indigène du Québec au feuillage vert bleuté finement découpé produit aussi une jolie floraison rose et jaune durant presque toute la saison estivale. www.horticulture-indigo.com

- Coriandre mexicaine (Eryngium foetidum): elle goûte la coriandre mais ne lui ressemble pas. C'est un panicaut! Cette plante annuelle est prisée en Inde, en Thaïlande et au Vietnam. Pour un sol humide et mi-ombragé. Un goût agréable. Fleurs et saveurs, Saint-Jacques (450 839-2665)

***

Collaborateur du Devoir

***

Vous aimeriez que je traite d'un sujet en particulier? Vous désirez que je réponde à votre question?

Vous acceptez que le jardinier prenne son temps?

Écrivez-moi.

jeanclaudevigor@videotron.ca