Fonds d'investissement - Maxime Lemieux, gestionnaire de l'année aux États-Unis

Maxime Lemieux n'est pas un «petit nouveau» en tant que gestionnaire. Malgré son jeune âge, 34 ans, il est un habitué de mes écrits et des pages financières depuis de nombreuses années, et ce, autant au Canada qu'aux États-Unis. Il vient d'ailleurs d'être élu gestionnaire de l'année chez nos voisins du Sud par la publication Market Watch. Il a remporté ce titre en générant un revenu de 35 % pour le fonds Fidelity Canada, offert aux citoyens américains. Évidemment, un tel rendement a de quoi surprendre tous les investisseurs. Pendant que nos investissements en dollars américains, chez nos voisins du Sud, sous-performaient à cause des fluctuations de notre devise par rapport à celle des Américains, eux ont surperformé en investissant au Canada. «Rien ne se perd, rien ne se crée», estimait Lavoisier.

Au Canada, il est connu pour sa contribution à titre de gestionnaire des fonds Fidelity Potentiel Canada et Fidelity Expansion Canada, offerts par la famille de fonds du même nom, Fidelity, la plus grosse firme de gestion au monde. Maxime Lemieux, même s'il vit depuis plusieurs années dans la région de Boston, siège social de Fidelity, est un pur Québécois, de Québec, et a étudié à l'université McGill. Son histoire n'est d'ailleurs pas banale et devrait servir d'exemple de détermination pour bien des étudiants à la recherche d'un emploi ou d'investisseurs toujours trop impatients.

Il est à la barre du fonds Fidelity Potentiel Canada depuis sa création en juillet 2000 et fait partie de mes recommandations depuis cette date. Même s'il participe au succès du fonds Fidelity Expansion Canada depuis plusieurs années comme complice d'Alan Radlo, ce n'est que depuis le départ de celui-ci, en décembre 2006, qu'il en a la pleine responsabilité, et les résultats ne se sont pas fait attendre.

Ces deux fonds font partie de mes recommandations depuis plusieurs années, mais je crois qu'il est préférable de ne pas détenir les deux dans votre portefeuille, leur corrélation (ou similitude) étant trop importante. Évidemment, se départir d'un fonds qui nous a permis d'accumuler de généreux profits est toujours très difficile, mais c'est parfois nécessaire. Sachez toutefois que je n'ai pas de préférence: chacun me semble aussi recommandable l'un que l'autre. De toute façon, l'important est que le gestionnaire soit la même personne. Mais pour ceux qui détiendraient ces fonds hors REER, la situation est différente et demande plus de réflexion. Tenez compte des gains en capitaux imposables en cas de vente.

Les principaux titres-vedettes qui ont fait le succès de Maxime Lemieux aux États-Unis au cours des 12 derniers mois sont les mêmes que ceux que l'on retrouve dans ses portefeuilles de fonds canadiens; Reseach in Motion (RIM), fabricant du célèbre BlackBerry, Suncor (SU), Potash Corp. (POT) et SNC-Lavalin (SNC). Tant pour ses portefeuilles offerts à nos voisins que pour ceux offerts ici, au Canada, environ 40 % d'entre eux sont concentrés dans plus ou moins 10 positions.

Le fonds Potentiel Canada a un actif sous gestion de 225 millions, en hausse de 6 % depuis 12 mois. Ses principales positions au 31 décembre dernier étaient 6,3 % d'encaisse, beaucoup pour ce gestionnaire, SNC-Lavalin, Corporation Financière Power, Research in Motion et Sport Gildan. Les frais de gestion sont de 2,37 %, comparativement à 2,56 % pour la moyenne de sa catégorie. Le rendement annualisé sur cinq ans était de 15 % au 31 janvier dernier. Le plus intéressant dans ce fonds, comme pour tous les autres fonds sous la supervision de notre gestionnaire-vedette, est le rapport risque-rendement, très faible par rapport à ceux des fonds concurrents de sa catégorie. Risque minimum pour un rendement maximum, bien que ces fonds soient considérés comme étant de type croissance, voilà ce qui permet de les classer parmi les fonds exceptionnels année après année.

Le fonds Fidelity Expansion Canada, dont la création remonte à juillet 1994, a un actif sous gestion de plus d'un milliard, mais il est en baisse de 6 % depuis un an. Cette baisse peut s'expliquer, en partie, par le départ de son gestionnaire-vedette, Alan Radlo, qui a précédé Maxime Lemieux. Ses principales positions au 31 décembre dernier étaient une encaisse de 6,8 %, Researh in Motion, Groupe SNC-Lavalin et Potash Corporation. Le rendement du fonds annualisé est de 13,8 % sur cinq ans et de 3,5 % depuis 12 mois, pour une médiane de -0,3 % dans sa catégorie, pendant cette même période. Ce qui correspond à l'arrivée de M. Lemieux à la barre de ce fonds. Pour plus d'information: www.fidelity.ca.

Guide du passage à la retraite

L'équipe du magazine Le Bel Âge (Éditions Transcontinental) vient de publier son édition spéciale annuelle, sous forme d'une revue d'une centaine de pages, du «Guide du passage à la retraite», au coût minime de 7,95 $ et disponible en kiosque. Le contenu est fort intéressant et la présentation est très agréable. Peu importe vos connaissances dans le monde du placement, chacun y trouvera son compte. Le guide est divisé en neuf chapitres, et tous les sujets touchant les préretraités ou les retraités y sont étudiés. Définir et planifier sa retraite, les revenus de retraite et les régimes publics et complémentaires, l'épargne et les stratégies de placement, les REER, FERR et rentes, l'impôt, la planification successorale et les assurances. Sa présentation est nouvelle et beaucoup plus intéressante que par les années précédentes, alors que j'avais l'impression que chaque article était un copié-collé d'un texte publié les années antérieures. À ne pas manquer pour ceux qui veulent en savoir toujours un peu plus. Et faites-en donc une provision pour en offrir à tous ceux de votre entourage qui prendront leur retraite au cours de cette année. Pour information: www.lebelage.ca.

question@avantages.com

L'auteur est conseiller en placement et président d'Avantages Services financiers, une société indépendante spécialisée dans le courtage de fonds communs de placement

et dans la gestion privée.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.