Voyages: Security USA

Dimanche dernier, le vice-président Dick Cheney a déclaré «redouter» que des attentats terroristes, comparables à celui du 11 septembre, puissent bientôt se reproduire. Malgré les cris et grincements de dents des représentants de l'industrie du tourisme aux États-Unis, voyager chez nos voisins restera, pour au moins quelques années encore, une entreprise un brin compliquée.

Le resserrement des contrôles aux frontières mis de l'avant par l'administration Bush, tout comme les limitations de séjour que connaîtront les snowbirds et consorts, en sont des exemples éloquents. Sans compter les tracas aux aéroports.


Ce dernier aspect vaut qu'on s'y attarde.


À la mi-mai, la Transportation Security Administration (TSA) a publié sur son site Web (www.tsa.dot.gov/) une nouvelle liste «non exhaustive» des produits et objets interdits à bord des avions au-dessus du ciel américain. L'objectif: «aider les voyageurs à franchir sans problèmes les points de contrôle dans les aéroports».


Parcourir cette liste «qui sera périodiquement révisée» fait lever les sourcils d'étonnement. Si elle comprend, comme on peut s'y attendre, revolvers, fusils, tournevis, ciseaux pointus et couteaux de toutes dimensions (prière, donc, de laisser votre canif au fond de votre valise), elle embrasse large, si vous me permettez l'expression.


Je dirais même qu'elle traduit une conception presque paranoïaque de ce qui peut être une arme offensive. En même temps, son contenu laisse entendre que les enfants de l'oncle Sam transportaient jusqu'ici à peu près n'importe quoi en cabine.


Qu'on en juge. Sont dorénavant non grata la dynamite, les munitions, les mitraillettes et fusils mitrailleurs, les grenades, les gaz lacrymogènes et lames de rasoir mais aussi les tire-bouchons, les revolvers-jouets, les bâtons de ski et de hockey, les marteaux, les pinces monseigneur, les épées et les sabres, les haches, les arcs et les flèches. Y compris les kubatons et les namchucks... Si vous savez de quoi il s'agit, bravo! parce que je n'en ai trouvé la traduction dans aucun dictionnaire, alors que la TSA ne ressent manifestement aucun besoin de préciser ce qu'il en est.


De tels articles, ajoute l'organisme fédéral, seront immédiatement confisqués par les agents de sécurité. «Les passagers, écrit-il, doivent comprendre qu'aucune disposition ne sera prise pour leur remettre par la suite ce qui sera intercepté aux postes de contrôle. Ils peuvent même être l'objet d'amendes pouvant atteindre 1100 $ [US, bien sûr] pour toute tentative de violation de ces règles, en sus de poursuites au criminel.»


Qu'on se rassure: le site de la TSA fournit également la — courte — liste de ce qu'un passager peut garder à bord avec lui. Sont donc acceptés parapluies et cannes de marche (une fois qu'ils auront été «inspectés»), matériel d'injection d'insuline et seringues (autorisées par un billet de médecin), coupe-ongles et limes à ongles, pinces à épiler, animaux de compagnie (préalablement autorisés lors de l'achat du billet d'avion) et... faux-cils.


Vous pouvez y ajouter des fourchettes, même en métal, en dépit du fait que ces ustensiles peuvent constituer des armes redoutables, capables d'éborgner, de saigner une carotide ou de mettre en lambeaux un abdomen. Mais, allez savoir pourquoi, contrairement aux couteaux de table en métal (remplacés par des succédanés en plastique), ils ne figurent pas sur la liste des objets à proscrire.


Quelques conseils en terminant, pour vous faciliter la vie dans les aéroports aux États-Unis...

- Demandez à la compagnie aérienne ou à l'agence de voyages de vous fournir un billet «papier» conventionnel et non seulement un billet électronique. Obtenez en sus une confirmation écrite de réservation, celle-ci pouvant vous être réclamée sans préavis par des préposés à la billetterie ou par des agents de sécurité.

- N'emportez en cabine qu'un seul bagage à main en vous assurant au préalable qu'il soit conforme au gabarit autorisé.

- N'acceptez jamais de prendre en charge le bagage de quiconque ne voyage pas avec vous, même d'une personne que vous connaissez bien.

- Ne portez pas sur vous d'objets de métal pouvant être associés à une arme. Mettez-les dans une valise destinée à voyager dans la soute de l'appareil. N'essayez surtout pas de les cacher ou de les camoufler sur vous ou dans votre bagage à main.

- Ayez toujours sur vous votre passeport ou une pièce d'identité valide, documents de plus en plus exigés aux comptoirs d'embarquement et aux postes de contrôle.


Bons voyages outre-45e, tout de même...


Pour tout renseignement supplémentaire, contactez le Hazardous Materials Information Center (1-800-467-4922).