Les lectures du vin - 1

Cette semaine et la semaine prochaine, des bouquins sur le vin, des gros, des petits, des drôles, des sérieux, des subtils, des utiles, des pas chers, des onéreux. À s'offrir, à offrir, à partager mais à ne jamais photocopier.

À commencer par Cul-sec, de Desclozeaux (Albin Michel), affichiste et dessinateur de presse, entre autres au journal Le Monde. 120 petits dessins qui placent à dessein l'homme contemporain dans des situations où il devient rapidement le gamin de service. Pas triste, le vin !

Encore moins triste avec Chapleau, Marc Chapleau, et la sympathique conversation qu'il engage avec vous, avec moi et avec le vin dans À nous deux, le vin ! (XYZ éditeur).

Ici, ce sont plutôt 120 questions que tout le monde se pose (sur sept sections bien découpées, comme goûter le vin, parler du vin, servir le vin, etc.) sans aller jusqu'à oser téléphoner à l'auteur qui, je l'espère, prépare déjà la suite ! Un terrain évidemment fertile pour l'illustrateur Bruce Roberts, qui résume bien le propos par la finesse de ses esquisses.

Un autre livre sur le vin ? Oui : Le Vin (« Les Carnets gourmands », Éditions du Chêne), de Véronique Platt, est de ce type d'ouvrage très vieille France qui résume sans tambour ni trompette les mille avenues du vin avec, bien évidemment, le pays de Rabelais comme centre du monde. Une petite note à l'auteur, cependant : le chapitre sur le vin canadien donne à la fois l'impression, primo, que le domaine Inniskillin est le seul à produire le vin de glace et, secundo, que la viticulture canadienne ne se résume qu'au vin de glace ! Un joli livre à mettre entre les mains de votre ado pour le faire décrocher de ces saletés à base de vodka.

Chez Solar, l'auteur britannique Joanna Simon nous entraîne avec Le Vin - De la vigne à la dégustation dans un parcours à la fois très bien construit, superbement illustré, intelligent et clair dans l'approche.

Styles du vin, cépages, dégustation, viticulture et vinification, etc. : tout participe ici à nourrir de façon efficace et sans chichis le néophyte comme l'amateur. S'il n'y avait qu'un livre...

Pour stimuler votre fibre sommelière, c'est du côté de Saveurs complices des vins et des mets (éditions EPA), du sommelier Philippe Faure-Brac, qu'il vous faudra mettre le doigt dans la sauce de l'engrenage, ou quelque chose comme ça.

Le meilleur de la France y est marié de façon classique et sans esbroufe par un homme qui connaît la chanson, le tout sur fond de photographies si réelles qu'elles parfument le livre d'une couverture à l'autre. L'autre sommelier, le célèbre Breton de chez nous, Jacques Orhon, y va quant à lui d'une nouvelle édition revue et augmentée de son Nouveau Guide des vins d'Italie (Éditions de l'Homme).

Un bouquin riche et documenté qui semble au premier abord verser dans l'agrotourisme mais qui se resserre autour d'une somme colossale de données sur la viticulture de chacune des provinces italiennes. Un livre de référence.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore survoler le vignoble à bord d'un atlas. Celui de Benoît France, Le Grand Atlas des vignobles de France (Solar), m'en fournit les ailes avec ses cartes hyperdétaillées de chacune des appellations où se greffent les renseignements pertinents liés au paysage viticole, au climat et aux sols et sous-sols, qui sont les assises mêmes du terroir. Presque meilleur qu'une aventure de Tintin.

Ma découverte de l'année ? Eh oui, le Dictionnaire encyclopédique des cépages de Pierre Galet (Hachette), un bouquin savant qui collige plus de 9600 cépages pour ampélographes aguerris qui savent reconnaître autre chose qu'une feuille de pissenlit. Référence incontournable dans le domaine.

Je sais qu'il ne faut pas en faire tout un plat, mais en matière de vin, les références analogiques avec les différents arômes que nous offre la nature sont encore ce qu'il y a de plus efficace pour s'y retrouver et... pour s'amuser.

Arômes du vin (« Les Livrets du vin », Hachette), de Michael Moisseeff et Pierre Casamayor, devrait, tout au moins par l'image, vous dérouiller le bulbe olfactif. Références sensées, senties et sensuelles qui permettent de cheminer entre les fragrances sans avoir l'air d'un extraterrestre lorsqu'on parle de vin.

Autres livres pertinents : Dictionnaire des vins de France (« Les Livrets du vin », Hachette), Le Petit Larousse des vins (Larousse) et, encore une fois, l'incontournable Encyclopédie du vin (Hachette) de l'auteur britannique Jancis Robinson.

***

La semaine prochaine : ces guides qui vous guident.

***

* Code SAQ utile pour mieux repérer le produit.

% (514) 873-2020, 1 866 873-2020 ou www.saq.com. Potentiel de vieillissement du vin 1 : moins de cinq ans ; 2 : entre six et dix ans ; 3 : dix ans et plus.

jean-aubry@vintempo.com

***

Les vins de la semaine

La bonne affaire

Pozzi 2000, IGT Sicilia (14,30 $ - 908194)

Un rouge capiteux, solide et charnu, au fruité juteux de cerise noire, de réglisse et de bois fumé. Équilibré et savoureux, surtout sur le rôti de sanglier aux olives (1). Note : 2,5/5

Le séducteur

Domaine des Perdrix,

Bourgogne 2000, B. et C.

Devillard (25,25 $ - 917654)

Toujours cette même insistance à vous offrir le fruité sensuel et mystérieux des Côtes-de-Nuits à l'intérieur d'une enveloppe joliment concentrée, souple et drôlement appétissante. Du pinot pur et parfumé comme on aime à en mâcher sans se lasser. Extra ! (1). Note: 3/5

La primeur en blanc

Menetou Salon Le Prieuré 2001, H. Bourgeois

(20,85 $ - 917047)

Rapidement, le terroir permet ici au sauvignon un décollage en finesse, un parcours aérien sans la moindre turbulence et un atterrissage long et très classique qui ne déplairait certes pas à mon collègue Michel Phaneuf. Quelle grâce, mes amis ! (2). Note: 3/5

La primeur en rouge

La Vis 2001, Pinot Nero, Trentino (17,40 $ - 927533)

Joli rouge tendre, délicat et parfumé, jouant la carte de la subtilité et de la fraîcheur sur un axe où le fruité, l'épicé et boisé font bon ménage. S'inscrit dans la lignée des cépages aromatiques du nord. Sur la côte de veau ou de porc grillée. (1). Note: 2,5/5

Le vin-plaisir

Château Sainte-Marie 2000, Bordeaux Supérieur

(16,95 $ - 556274)

Excellente cuvée que ce 2000, marqué par la maturité et la consistance du merlot encadré avec rigueur mais aussi avec souplesse par des nuances plus végétales de tabac et de bois. Du bon bordeaux, bien typé et vendu à bon prix (1). Note: 3/5